Podcasts sur l'histoire

7 choses que vous ne saviez pas sur Stephen Hawking

7 choses que vous ne saviez pas sur Stephen Hawking

Le physicien de renom Stephen Hawking est décédé le 14 mars 2018, également connu sous le nom de Pi Day, à l'âge de 76 ans. Le scientifique se distingue par ses contributions importantes au domaine de la cosmologie, l'étude de l'origine et du développement de l'univers. Au cours de sa carrière, Hawking est devenu une icône culturelle qui a tenté de rendre les concepts scientifiques accessibles à la communauté au sens large.

Son livre de 1988, Une brève histoire du temps, établissez un record du monde Guinness en restant sur le Horaires du dimanche liste des best-sellers depuis quatre ans et demi. Pourtant, la discussion du livre sur des concepts comme le temps, l'espace, les trous noirs et le Big Bang s'est avérée un peu complexe pour les non-scientifiques, et Hawking aimait plaisanter en disant que c'était le livre le moins lu et le plus acheté de l'histoire. C'est pourquoi en 2005, il a publié une version plus accessible de l'original intitulée Une brève histoire du temps.

Hawking était si connu qu'au cours de sa vie, il est apparu dans des émissions de télévision comme Star Trek, Les Simpsons, La théorie du Big Bang, et La semaine dernière ce soir avec John Oliver. De plus, l'acteur Eddie Redmayne a remporté un Oscar pour son interprétation de Hawking dans La théorie du tout. Mais malgré sa popularité, il y a encore beaucoup de choses que vous ignorez peut-être sur lui.

1. Les médecins lui ont dit qu'il ne vivrait pas au-delà de la vingtaine

Hawking a reçu un diagnostic de sclérose latérale amyotrophique (SLA), ou maladie de Lou Gehrig, alors qu'il n'avait que 21 ans. La SLA affecte les cellules nerveuses impliquées dans les mouvements musculaires volontaires, diminuant la capacité d'une personne à bouger et à parler au fil du temps. Habituellement, les symptômes se développent après 50 ans et entraînent la mort en quelques mois ou quelques années.

Ainsi, lorsque les médecins ont diagnostiqué la SLA à Hawking à l'âge extrêmement jeune de 21 ans, ils ont prédit qu'il ne vivrait que quelques années. Au lieu de cela, il a vécu pendant 55 ans de plus.

"La race humaine", a-t-il dit, "est si chétive par rapport à l'univers qu'être handicapé n'a pas beaucoup de signification cosmique."

2. Il était un conducteur de fauteuil roulant sauvage

Hawking a commencé à utiliser des béquilles après son diagnostic dans les années 60 et a résisté à la transition vers un fauteuil roulant. Mais une fois qu'il a commencé, il aurait été un conducteur assez sauvage.

"Il y a une histoire apocryphe là-bas - je ne sais pas si c'est vrai - qu'il a en fait écrasé les orteils du prince Charles", a déclaré Kristine M. Larsen, professeur d'astronomie à la Central Connecticut State University et auteur de Stephen Hawking : une biographie.

« Il aimait vraiment danser dans son fauteuil roulant sur la piste de danse », dit-elle. "Je me souviens l'avoir vu assister à des conférences dans son fauteuil roulant." Après un incident au cours duquel il a écrasé son fauteuil roulant et s'est cassé la hanche, il a également plaisanté « d'être un mauvais conducteur ».<

3. Il a fait beaucoup de paris scientifiques, même s'il n'arrêtait pas de les perdre

Hawking est connu pour ses contributions théoriques à la science. Mais comme tout scientifique, il n'a pas toujours tout compris du premier coup ; et il avait la réputation de placer et de perdre des paris sur des concepts scientifiques.

En 1975, il a parié le physicien Kip Thorne un Attique souscription qu'un objet astronomique connu sous le nom de Cygnus X-1 n'était pas un trou noir. Plus tard, il a également parié à quelqu'un une encyclopédie sur l'affirmation de Hawking selon laquelle des informations se perdent dans les trous noirs, et a parié 100 $ que personne ne découvrirait jamais le boson de Higgs. Finalement, il a perdu ces trois paris.

4. Certaines de ses théories scientifiques ont d'abord été controversées

Malgré ces paris mal placés, Hawkins a bien fait beaucoup de choses.

« Parmi ses premières découvertes théoriques figurait sa prédiction selon laquelle les trous noirs devraient irradier », explique Larsen. "Mais quand il a eu cette idée pour la première fois et l'a présentée à ses collègues, ils ont pensé que c'était de la foutaise."

Cependant, une fois que ses calculs pour cette théorie ont été soumis à un examen scientifique par des pairs, "ils ont découvert que oui, c'est ce que prédisent les lois de la physique telles que nous les comprenons", dit-elle. "Que les trous noirs dans les bonnes circonstances devraient s'évaporer, devraient rayonner."

Ce concept scientifique est maintenant connu sous le nom de « radiation Hawking » et reste l'une de ses plus grandes contributions à la cosmologie.

VIDÉO : Stephen Hawking : Un regard sur la vie astronomique de l'auteur emblématique, cosmologue et physicien Stephen Hawking.

5. L'intelligence artificielle le mettait mal à l'aise

Hawking croyait que le développement d'une meilleure technologie était impératif pour la survie des humains. Mais il était également très préoccupé par la poursuite de l'intelligence artificielle, ou A.I.

« En plus des avantages, l'A.I. apportera également des dangers, comme de puissantes armes autonomes, ou de nouvelles façons pour quelques-uns d'opprimer le plus grand nombre », a-t-il déclaré en 2014 lors du lancement du Center for the Future of Intelligence à l'Université de Cambridge.

« À l'avenir, l'IA. pourrait développer sa propre volonté, une volonté qui est en conflit avec la nôtre », a-t-il poursuivi. « La montée en puissance d’une puissante A.I. sera soit la meilleure, soit la pire chose qui puisse arriver à l'humanité. Nous ne savons pas encore lequel.

Le sujet était personnel pour Hawking car, malgré ses craintes quant à l'endroit où A.I. mènerait, il a grandement bénéficié des avancées dans le domaine. À partir de 2008, Hawking a communiqué en tendant sa joue. À l'aide d'une technologie capable de détecter ces mouvements des joues, un algorithme d'apprentissage automatique les a traduits en sons, devenant progressivement meilleurs et plus rapides à traduire à mesure qu'il apprenait des modèles de parole de Hawking.

6. Il a eu une relation tumultueuse avec sa première femme

Lorsque La théorie du tout a fait ses débuts en 2014, il a reçu des critiques pour sa représentation du mariage de Hawking avec sa première épouse, Jane Wilde. Basé sur les écrits de Wilde sur sa vie et son mariage, le film offrait un portrait romantique et sentimental d'une femme qui a fait des sacrifices pour son mari face à une maladie très grave.

Dans la vraie vie, les choses étaient un peu plus compliquées. Jane a pris la tâche de s'occuper de son mari et de ses trois enfants alors que Hawking refusait de lui parler de sa maladie. À un moment donné, elle l'a décrit comme "un enfant doté d'un ego massif et agressif".

Au cours des dernières années de leur mariage, Hawking a quitté Jane pour son infirmière, Elaine Mason, qui est devenue sa seconde épouse.

7. Il a écrit cinq livres pour enfants avec sa fille Lucy

En plus de ses nombreux livres pour adultes, Hawking a écrit plusieurs livres pour enfants avec sa fille, Lucy, qui allient science et aventure.

Ces livres se concentrent tous sur un jeune garçon nommé George, qui découvre l'univers en voyageant autour de lui. Dans la plus récente, Georges et la lune bleue, George entre dans un programme d'entraînement sur Mars, « se battant pour la survie dans ce qui ressemble aux Hunger Games se déroulant sur la planète rouge », selon la propre description de Hawking.

Oui, Hawking était au courant de la Jeux de la faim, ainsi que quelques autres choses que les enfants aiment ces jours-ci. Interrogé sur l'importance du départ de Zayn Malik du groupe One Direction, il a répondu: "Un jour, il pourrait bien y avoir la preuve de plusieurs univers … et dans cet univers, Zayn est toujours dans One Direction."


Sept choses que la vie de Stephen Hawking peut vous apprendre sur la gestion de votre propre entreprise

Lorsque le cosmologue, physicien théoricien et auteur de renommée mondiale Stephen Hawking est décédé à l'âge de 76 ans en mars dernier, le monde a pleuré le décès de l'un des scientifiques les plus célèbres et des plus grands esprits que nous ayons jamais connus.

Les théories et les recherches de Hawking ont révolutionné notre réflexion sur les origines de notre univers. Beaucoup l'ont qualifié d'homme le plus intelligent de la Terre. Le fait que ses cendres reposeront dans l'abbaye de Westminster à côté des restes de Sir Isaac Newton et près de ceux de Charles Darwin semblerait le confirmer.

Il s'avère, sans surprise, qu'il y a beaucoup à apprendre d'un gars aussi intelligent non seulement sur le cosmos, mais aussi sur la vie en général. Ainsi, même si Stephen Hawking n'était pas avant tout un homme d'affaires, voici sept choses que sa vie peut vous apprendre sur la gestion de votre propre entreprise.


‘Big Bang Theory’ : 7 choses à savoir sur la saison 7

Qui se bat ? Qui peut devenir intime ? Johnny Galecki, Simon Helberg et Kunal Nayyar parlent de l'avenir du succès de CBS.

Lesley Goldberg

  • Partagez cet article sur Facebook
  • Partagez cet article sur Twitter
  • Partagez cet article par e-mail
  • Afficher des options de partage supplémentaires
  • Partagez cet article sur Print
  • Partagez cet article sur Commenter
  • Partagez cet article sur Whatsapp
  • Partagez cet article sur Linkedin
  • Partagez cet article sur Reddit
  • Partagez cet article sur Pinit
  • Partagez cet article sur Tumblr

  • Partagez cet article sur Facebook
  • Partagez cet article sur Twitter
  • Partagez cet article par e-mail
  • Afficher des options de partage supplémentaires
  • Partagez cet article sur Print
  • Partagez cet article sur Commenter
  • Partagez cet article sur Whatsapp
  • Partagez cet article sur Linkedin
  • Partagez cet article sur Reddit
  • Partagez cet article sur Pinit
  • Partagez cet article sur Tumblr

Après une sixième saison qui a vu la comédie ringard de CBS La théorie du Big Bang atteindre un jalon créatif lorsque Kunal NayyarRaj a surmonté son mutisme sélectif, la comédie télévisée la plus scénarisée chez les adultes de 18 à 49 ans revient pour sa septième année jeudi avec des épisodes consécutifs.

Le premier épisode trouvera Sheldon (Jim Parsons) et Penny (Kaley Cuoco) liaison sur Leonard manquant (Johnny Galecki), qui a été en mer en mission de recherche pour Stephen Hawking. Pendant ce temps, Howard (Simon Helberg) aide Raj à réparer un cœur brisé après Lucy (Kate Micucci) choisit de mettre fin à leur relation.

Le deuxième volet mettra en vedette le retour anticipé de Leonard, créant une rupture avec Sheldon, tandis que Howard se retrouve toujours à naviguer avec sa mère autoritaire.

Le journaliste hollywoodien a rattrapé Nayyar, Helberg et Galecki pour savoir à quoi s'attendre au retour de la série.

1. Ce n'est pas parce que Raj peut maintenant parler aux femmes qu'il est doué pour ça. "Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose", dit Nayyar en riant. “Il va mettre son pied dans sa bouche beaucoupLe but de Raj cette saison ? La même chose depuis la première saison : trouver l'amour.

2. L'épisode trois verra Raj organiser une chasse au trésor qui continuera ce showrunner Steve Molaro en avant-première seraient de nouveaux appariements dans la saison sept. “Ils ont mis Léonard et Bernadette (Mélissa Rauch) ensemble pour la première fois, ce qui est vraiment amusant », dit Galecki. “Ils travaillent horriblement ensemble ! J'espère qu'ils l'utilisent parce que nous comprenons tous la dynamique d'avoir un meilleur ami avec un conjoint avec lequel vous ne vous entendez pas nécessairement.

3. Galecki note que les téléspectateurs verront une nouvelle facette de Bernadette pendant la chasse au trésor. “Quand il s'agit d'être compétitive, Bernadette est un dragon ! Elle est horrible ! C'était très amusant à filmer », dit-il.

4. Sheldon et Penny se sont rapprochés, ce qui pourrait créer un problème pour Leonard. "Ils se sont liés à propos de Sheldon manquant, ce qui est vraiment doux et merveilleux", note Galecki. “Leonard rentre à la maison un peu tôt et est ravi de voir Penny, mais il lui faut du temps pour s'acclimater à l'idée d'être à nouveau près de Sheldon (des rires). Il y a des complications là-bas.”

5. En parlant de Bernadette, elle et Howard connaîtront des difficultés de croissance alors qu'ils continuent de naviguer dans le mariage. "Il y a des combats en cours", prévient Helberg. "Nous entrons dans le possessif" elle veut son mari et il veut ses amis et ses jeux vidéo. Il y a des guêtres qui se produisent.

6. Avec les querelles d'Howard et Bernadette, il se tournera vers son meilleur ami, Raj, pour se consoler, ce qui créera un scénario très embarrassant. "Wolowitz s'écrase un peu chez Raj après une bagarre avec Bernadette et il a du mal à se débarrasser de l'habitude des jeux vidéo et du temps de liaison entre hommes pour être avec sa femme", dit Helberg à propos de la nuit du duo ensemble. “Il pourrait y avoir des câlins — nos chemises se détachent à un moment donné, alors nous verrons!”

7. Galecki est prudemment optimiste quant à l'avenir de Leonard et Penny ensemble après son départ en mer alors que les tourtereaux sont au point le plus sain de leur relation. "Je ne pense pas que les choses aient jamais été mieux pour Leonard et Penny", dit-il en riant. “Mais j'ai peur de le dire à voix haute !”


7 choses que vous ne saviez pas sur le tournage de Dayton

1. L'ensemble du massacre n'a duré que 32 secondes :

Le 4 août 2019, Connor Stephen Betts, 24 ans, a tué par balle neuf personnes et en a blessé 17 autres près de l'entrée du Ned Peppers Bar dans le district de l'Oregon à Dayton, Ohio.

La fusillade s'est déroulée dans un quartier populaire de la ville qui comptait de nombreux bars et restaurants. Des dizaines de coups de feu ont été entendus, dont une cacophonie de coups de feu à la fin alors que les policiers engageaient le tireur. La police a récupéré au moins 41 douilles vides tirées par le tireur. La police a tiré 65 fois.

Le tireur, Betts, a été abattu par les policiers qui ont répondu 32 secondes après son premier coup de feu.

2. Ses ex-petites amies ont été exposées à ses fantasmes violents :

Adelia Johnson, qui est sortie avec Betts plus tôt cette année, a déclaré à "Aujourd'hui" que Betts évoquait souvent des meurtres de masse lorsqu'ils passaient du temps ensemble.

Lors de leur premier rendez-vous, a-t-elle dit, il a montré à sa caméra corporelle une vidéo d'une fusillade de masse dans une synagogue. Une autre fois, il lui a demandé de l'accompagner alors qu'il tentait de déposer une lettre anonyme à une ex-petite amie. Le message de la lettre - "Vous ne pouvez pas échapper à votre passé" - l'a énervée, a-t-elle déclaré. Sa fixation obsessionnelle sur son ex-petite amie, a déclaré Johnson, "était le dernier drapeau rouge".

Ensuite, une ancienne petite amie du lycée, Lyndsi Doll, a rappelé que lorsqu'elle a rencontré Betts pour la première fois, "beaucoup de femmes venaient me voir et m'avertissaient de ses tendances violentes".

Doll a déclaré qu'il n'avait jamais été violent ou menaçant envers elle, mais des camarades de classe et des amis lui ont parlé d'une « liste de viols » et d'une « liste de coups sûrs » qu'il aurait dressées. D'anciens camarades de classe ont déclaré que ses menaces contre les femmes lui avaient valu d'être suspendu de l'école.

3. Comment le tireur de Dayton s'est caché et est parvenu à posséder les armes :

Dayton tirant sur le tireur, Betts aurait obtenu le gilet pare-balles, le chargeur de 100 cartouches et un accessoire d'arme à feu utilisé dans l'attaque mortelle d'un ami. La police a annoncé qu'un dénommé Ethan Kollie, 24 ans, avait été inculpé de deux infractions, sans lien avec le massacre du 4 août. Il a faussement nié être un toxicomane lorsqu'il s'est acheté une arme de poing en mai, puis avoir possédé une arme à feu alors qu'il consommait illégalement de la drogue.

"Pour être clair, il n'y a aucune preuve ni allégation dans cette plainte pénale selon laquelle Kollie a intentionnellement participé à la planification de la fusillade de Betts le 4 août", a déclaré le procureur américain Benjamin Glassman pour le district sud de l'Ohio. “Je ne veux pas que cela soit mal interprété.”

Des documents judiciaires indiquent que Kollie a acheté l'équipement et l'a gardé dans son appartement pour aider Betts à le cacher aux parents de Betts.

En plus du gilet pare-balles et du magazine, Kollie a également aidé Betts en achetant un "récepteur supérieur de l'arme AR-15", selon une plainte pénale. Un récepteur supérieur est quelque chose qui crée une voie pour que la cartouche se déplace efficacement du chargeur au canon de l'arme.

4. Le tireur de Dayton avait de la cocaïne et d'autres substances dans son organisme :

Lorsque Betts a tué 9 personnes et en a blessé 27 autres à Dayton, Ohio, il se droguait au moment de son attaque, selon les autorités.

La police de Dayton a déclaré que le tireur avait de la cocaïne, du Xanax, et qu'il avait un stylo vapoteur et un sac contenant de la cocaïne dans l'une de ses poches et que de telles substances étaient dans son organisme au moment de la fusillade de masse avant que la police ne l'abatte.

Son complice présumé qui l'a aidé à acheter les armes s'est également drogué avec le tireur de 24 ans. Kollie a ensuite avoué aux agents du FBI qu'il avait consommé des drogues dures avec le tireur ainsi que de la marijuana et de l'acide, quatre ou cinq fois par semaine de 2014 à 2015".

5. Le tireur de Dayton a tiré sur sa propre sœur :

La sœur de Betts, Megan Betts, 22 ans, fait partie des victimes de la fusillade du 4 août. Un ami qui est arrivé dans le centre-ville avec les frères et sœurs a également été abattu, mais a survécu.

6. Le mobile du tireur de Dayton :

Le 4 août, la police et le FBI ont perquisitionné le domicile du tireur et ont trouvé des preuves montrant un intérêt pour la violence et les fusillades de masse et qu'il avait exprimé le désir de commettre une fusillade de masse. Une évaluation préliminaire n'a pas indiqué que le tireur avait un mobile racial ou politique.

Le 5 août, le chef de la police de Dayton, Richard Biehl, a déclaré : « Nous avons encore beaucoup de preuves à examiner sur la base de notre situation actuelle, nous ne voyons aucune indication que la race soit un motif. » Les documents examinés jusqu'à présent révèlent que l'individu avait des antécédents d'obsession pour les idées violentes, qui incluent des fusillades de masse et a exprimé le désir de commettre une fusillade de masse. dit Biehl. Les enquêteurs sont divisés et n'ont pas déterminé s'il a délibérément tiré sur son frère. Un responsable fédéral de l'application des lois a déclaré qu'ils cherchaient à savoir si le suspect était associé à des groupes incel.

Le suspect avait des chargeurs de munitions supplémentaires avec lui et portait un gilet pare-balles, un masque et une protection pendant l'attaque. Il a commandé l'arme à feu utilisée dans la fusillade en ligne depuis le Texas, et l'arme à feu a été transférée à un marchand d'armes à feu local dans l'Ohio, où il l'a récupérée. L'arme à feu utilisée a été essentiellement modifiée pour fonctionner comme un fusil, selon les photos de la police de Dayton publiées par la police de Dayton montrant une arme à feu de style AR-15 avec une attache de pistolet.

7. Le chemin mortel du tireur Connor Stephen Betts:

PC : CNN

Betts connaissait bien le quartier populaire du centre-ville de Dayton. Il est allé avec sa sœur et son compagnon à Blind Bobs cette nuit-là, puis s'est dirigé vers Ned Peppers à 00h13 et a quitté ce bar à 00h42, ont indiqué les autorités.

Betts « retourne ensuite au parking où se trouve le véhicule et passe les huit prochaines minutes à rassembler du contenu dans le coffre », ont déclaré les autorités lors d'une conférence de presse.

Une vidéo récemment publiée montre Betts quittant sa voiture avec des vêtements de rechange et un sac lourd sur le dos. À 1 h 04, Betts a émergé derrière une ruelle et « c'est là que commence la fusillade », ont déclaré les autorités.

  • 3 août, 23 h 04 : Connor Betts, sa sœur et leur compagnon arrivent dans le district de l'Oregon. Ils vont à Blind Bob’s.
  • 4 août, 00 h 13 : Betts quitte Blind Bob et se rend chez Ned Pepper.
  • 4 août, 00h42: Il quitte Ned Pepper’s.
  • 4 août, de 00 h 46 à 00 h 54 : Il se rend à sa voiture, change certains de ses vêtements et récupère des objets dans le véhicule.
  • 4 août, de 12 h 55 à 1 h 04 : il est derrière les Newcom et Heart Mercantile.
  • 4 août, 1 h 04 : Betts ouvre le feu dans la ruelle près de Blind Bob’s. Trente-deux secondes plus tard, il est tué par un policier devant le bar Ned Peppers.

Les agents pensent que l'arme à feu utilisée lors de la fusillade a été démontée à l'intérieur du sac. Selon les images du crime, il y avait une fenêtre de neuf minutes où le tireur ne peut pas être vu alors qu'il disparaît, puis il réapparaît sur des images tirant sur les victimes.

Également dans la vidéo, plusieurs des premiers officiers réagissent à la scène tandis que les clients du bar s'enfuient dans l'autre sens. Les responsables ont déclaré que les preuves recueillies à partir des communications par téléphone portable entre Betts, sa sœur et l'ami qui les accompagnaient dans le district de l'Oregon indiquaient que Betts savait où ils se trouvaient six minutes avant de commencer à tirer. Cet endroit, un stand de tacos près du bar Blind Bob’s, a été le premier à faire l'objet de tirs.

"Il y a eu une communication de son compagnon selon laquelle ils se rendaient au stand de tacos et c'était environ sept minutes avant que la fusillade ne se produise", ont déclaré des responsables.


CAFÉ, THÉ OU HYDRATATION ?

Le café et le thé nous déshydratent-ils vraiment ? – Euhhh, eh bien, puisque la caféine est l’un des diurétiques les plus efficaces, c’est l’un de ceux-là »Hé, tu veux être plus intelligent que les faits ? Eh bien, vous?" des articles.

Une chose que les lecteurs voudront peut-être garder à l'esprit lorsqu'ils réfléchiront à cette information ou à TOUTE information provenant des médias d'entreprise : les médias (ainsi que presque toutes les autres parties du monde moderne) travaillent dur et longtemps pour convaincre leurs utilisateurs que tout est une cause physique. relation -et-effet.

L'idée qu'une grande partie de la vie est basée sur des relations physiques de cause à effet est à la base de beaucoup de tromperies à la fin des temps.

Comment le boom des séjours de cet été pourrait changer le monde ?

Lorsque la nature FORCÉE des choses change, il est probable que le « boom des séjours » changera également.

« Ford s'associe à Microsoft pour créer une voiture tout électrique appelée « Microsoft Hohm ». C'est intelligent. Car s'il y a une entreprise qui sait éviter les plantages, c'est bien Microsoft.
–Jimmy Fallon (2010)

AUJOURD'HUI "FEUILLES

Tout le monde aime entendre et voir DRAMA, n'est-ce pas ?

Et quoi de plus dramatique qu'une apparente querelle entre les belles personnes, n'est-ce pas ?

Surtout si le «querelle» est entre célébrités, politiciens ou nababs royaux ?

EN FAIT, les riches et les célèbres ne sont presque jamais en désaccord : ils se disputent parfois pendant des décennies après avoir cessé d'être célébrés pour autre chose.

Que feraient les belles personnes d'elles-mêmes si ce n'était de leurs querelles sans fin ?

Le porte-parole de Satan (les médias corporatifs) a toujours eu un problème : que faire quand trop de riches et de célèbres n'ont RIEN »digne d'intérêt" à faire. Lorsque les médias se lassent de rapporter ce que portent les riches et les célébrités, ils se tournent vers la méthode éprouvée du faux "querelles« pour générer du plastique bon marché »nouvelles.”

Toute la campagne de marketing d'un chanteur populaire au fil des ans semble avoir été basée sur l'engagement dans un "querelle" après un autre. Mais, comme le «victimes« semble être principalement celui du chanteur »Ventilateurs,« C'est difficile de s'énerver à cause de la ruse.

Sports, politique et culture des célébrités, royauté européenne, partout où se rassemblent les riches et les célèbres : ce sont les arènes où les lecteurs peuvent le plus souvent trouver des histoires de « »querelles.

On peut compter sur ceux qui travaillent pour que le mystère de l'iniquité agisse, non seulement d'une manière MAUVAISE, mais aussi d'une manière très répétitive.

Exemple concret : lorsque deux disciples de Satan travaillent ensemble, l'une des premières choses qu'ils font est d'établir qu'ils 1- ne s'aiment pas 2- ils se détestent ou, 3- se battent l'un contre l'autre.

Démocrates et républicains, Russie et États-Unis, membres d'une même famille qui travaillent ensemble à de mauvaises fins, célébrités célèbres qui sont « »querelle” les uns avec les autres : cela arrive si souvent qu'il faut parfois se demander, « Est-ce que Satan a une université ou une école où il enseigne ces tours à ses disciples ? »
—-Université de Satan


Ce que Stephen Hawking nous a appris sur les trous noirs

En menant une vie extraordinairement riche et productive malgré son handicap profond, Stephen Hawking a inspiré des millions de personnes à travers le monde. Mais Hawking, décédé mercredi à l'âge de 76 ans, a apporté ses plus grandes contributions en tant que physicien théoricien.

Au fil des ans, ses livres, ses articles et ses conférences ont transformé des générations en cosmologistes de salon et ont transformé notre compréhension de l'univers, en particulier en ce qui concerne les étranges objets célestes connus sous le nom de trous noirs.

Le premier trou noir a été découvert en 1971, et nous pensons maintenant qu'environ 100 millions d'entre eux sont dispersés dans l'univers. La plupart des astronomes pensent maintenant que les trous noirs se trouvent au centre de la plupart, sinon de toutes les galaxies, y compris notre propre Voie lactée.

Mais au moment de la naissance de Hawking en 1942, les trous noirs n'étaient guère plus qu'une bizarrerie mathématique – une prédiction de la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein de 1916. Le terme trou noir lui-même n'a été inventé que dans les années 1960, lorsque les scientifiques ont commencé à se rendre compte que les mathématiques d'Einstein décrivaient en fait des objets réels - des abîmes béants de force gravitationnelle brute si puissante qu'ils aspirent la poussière, le gaz et les étoiles et empêchent la lumière elle-même de s'échapper. .

Dans les années 1960, Hawking et son collègue physicien britannique Roger Penrose se sont appuyés sur les théories d'Einstein pour décrire les caractéristiques physiques des trous noirs et ont montré que lorsqu'une étoile s'effondre, elle forme un point infiniment dense appelé singularité - la naissance d'un trou noir.

Hawking a également aidé à confirmer la théorie du Big Bang. S'inspirant une fois de plus des équations d'Einstein, lui et Penrose ont montré qu'il y a 13,8 milliards d'années, l'univers a émergé violemment d'un seul point comprimé pas plus gros qu'un atome.

"Nous ne savions pas ces choses jusqu'à ce qu'ils les prouvent", déclare Sean Carroll, professeur de physique à Caltech et l'un des plus grands cosmologistes au monde, à propos de Hawking et Penrose. "Donc, à travers cela seul, je pense qu'il est sûr de dire que Hawking nous a appris plus sur la gravité et l'espace-temps que quiconque depuis Einstein."

La plus grande percée de Hawking était encore à venir.

Des trous noirs pas si noirs

En 1974, Hawking a publié un article qui contenait l'une des idées les plus étranges à ce jour sur les trous noirs.

À l'époque, le consensus parmi les physiciens était qu'une fois que quelque chose est aspiré dans un trou noir, il ne peut jamais s'échapper. Ils croyaient qu'à mesure que les trous noirs engloutissaient toute la matière autour d'eux, ils se développaient inexorablement.

Hawking a montré que les trous noirs peuvent en fait rétrécir. La raison, a-t-il dit, était que les trous noirs rejettent des particules et émettent de l'énergie – un phénomène connu sous le nom de « rayonnement de Hawking ». Et cette conclusion signifiait qu'au lieu d'être des vides ne produisant rien du tout - comme les physiciens l'avaient longtemps pensé - les trous noirs brillent réellement.

"Comme Hawking l'a dit lui-même," les trous noirs ne sont pas si noirs "", dit Carroll. "C'était une découverte étonnante qui a surpris tout le monde, et nous essayons toujours de comprendre ses implications."

Hawking a poursuivi en montrant que, tandis que les grands trous noirs émettent des radiations sous forme de dribble lent, les plus petits brillent, émettant rapidement beaucoup de radiations. Il a montré que tous les trous noirs finissent par s'évaporer ou s'évaporer, expirant dans une brillante explosion d'énergie équivalente à un million de bombes à hydrogène de 1 mégatonne.

Alors que l'esprit de Hawking continuait à proposer de nouvelles idées, son corps se flétrissait lentement - à cause de la maladie neurodégénérative de la sclérose latérale amyotrophique, ou maladie de Lou Gehrig, avec laquelle il avait été diagnostiqué à l'âge de 21 ans. Ironiquement, sa paralysie croissante a peut-être permis lui de penser aux trous noirs d'une manière que d'autres physiciens n'auraient jamais pu imaginer.

« La plupart des physiciens travaillent avec des équations en utilisant un stylo et du papier, mais en raison de son handicap, Hawking a trouvé plus facile de visualiser les choses dans son esprit », explique Alan Lightman, professeur de physique théorique au MIT et l'un des amis de longue date de Hawking. « Il a donc développé de nouvelles méthodes graphiques pour visualiser la trajectoire des rayons lumineux à travers la géométrie de l'espace déformée créée par l'immense gravité d'un trou noir. Et il a appliqué ces méthodes pour faire ces percées majeures. »

Le paradoxe de l'information

Malgré toutes les idées remarquables de Hawking, il n'a jamais été capable de résoudre l'une des plus grandes énigmes impliquant des trous noirs.

Chaque étoile est associée à de nombreuses informations, allant de sa forme et de sa composition chimique à sa vitesse de rotation. Mais lorsqu'une étoile s'effondre pour devenir un trou noir, il semble que toutes ces informations soient perdues à jamais.

Mais cela semble violer un concept fondamental de la physique quantique, les règles qui décrivent le fonctionnement de l'univers aux niveaux atomique et subatomique. La physique quantique soutient que l'information ne peut jamais vraiment être perdue.

"La raison pour laquelle cela dérange les physiciens est que toutes nos théories actuelles de l'univers supposent que la quantité d'informations dans le monde reste constante", explique Lightman. "Vous pouvez déplacer des informations d'un endroit à un autre, mais vous ne pouvez pas les détruire."

Ce qui arrive exactement aux informations perdues contenues dans les étoiles lorsqu'elles s'effondrent reste un mystère, bien que Hawking – qui a passé 40 ans sur le problème – ait proposé un certain nombre de solutions possibles.

Au début des années 2000, il a proposé que les informations ne soient pas réellement perdues, mais qu'elles soient en quelque sorte codées dans le rayonnement émis par les trous noirs. Mais ni Hawking ni ses collègues n'ont proposé quoi que ce soit qui ressemble à une preuve concrète. Ainsi, le soi-disant « paradoxe de l'information » n'est toujours pas résolu – et pourrait le rester dans un avenir prévisible.

En rapport

Mach Stephen Hawking dit que les humains doivent quitter la Terre d'ici 600 ans

Ou il se peut que le Whole Earth Telescope – un projet qui relie 30 observatoires dans 12 pays pour créer un télescope de la taille de la Terre – détecte un petit trou noir et observe réellement le rayonnement de Hawking. Si cela se produisait, les physiciens pourraient rechercher des indices pour savoir si ce rayonnement code effectivement les informations manquantes.

"Les trous noirs que nous connaissons sont si grands que leur rayonnement Hawking devrait être beaucoup plus faible que même la lumière de fond dans le cosmos, trop faible pour être capté", explique Carroll. « Si nous pouvions identifier un trou noir vraiment minuscule, le rayonnement émis serait beaucoup plus important. »

Inspiration cosmique

Hawking lui-même n'aurait peut-être pas été surpris si la vraie réponse au paradoxe de l'information était bien plus étrange. Dans l'un de ses derniers travaux publiés, Hawking a fait valoir que les trous noirs pourraient servir de passerelles vers des univers parallèles et que les informations manquantes pourraient en fait être transférées vers ces univers.

Quelle que soit la vérité, Hawking est resté convaincu qu'en essayant de comprendre le fonctionnement interne de l'univers, les humains peuvent apprendre de précieuses leçons sur eux-mêmes. Comme il l'a expliqué dans une conférence de 2015, les trous noirs peuvent offrir leur propre forme d'inspiration.

« Les trous noirs ne sont pas les prisons éternelles qu'on croyait autrefois », a-t-il déclaré. « Des choses peuvent sortir d'un trou noir à la fois à l'extérieur et éventuellement sortir dans un autre univers. Si vous vous sentez piégé dans un trou noir, n'abandonnez pas. Il y a une issue."


L'intelligence artificielle le mettait mal à l'aise

Hawking croyait que le développement d'une meilleure technologie était impératif pour la survie des humains. Mais il était également très préoccupé par la poursuite de l'intelligence artificielle, ou A.I.

« En plus des avantages, l'A.I. apportera également des dangers, comme de puissantes armes autonomes, ou de nouvelles façons pour quelques-uns d'opprimer le plus grand nombre », a-t-il déclaré en 2014 lors du lancement du Center for the Future of Intelligence à l'Université de Cambridge.

« À l'avenir, l'IA. pourrait développer sa propre volonté, une volonté qui est en conflit avec la nôtre », a-t-il poursuivi. « La montée en puissance d’une puissante A.I. sera soit la meilleure, soit la pire chose qui puisse arriver à l'humanité. Nous ne savons pas encore lequel.

Le sujet était personnel pour Hawking car, malgré ses craintes quant à l'endroit où A.I. mènerait, il a grandement bénéficié des avancées dans le domaine. À partir de 2008, Hawking a communiqué en tendant sa joue. À l'aide d'une technologie capable de détecter ces mouvements des joues, un algorithme d'apprentissage automatique les a traduits en sons, devenant progressivement meilleurs et plus rapides à traduire au fur et à mesure qu'il apprenait des modèles de parole de Hawking.


Suppléments de calcium liés à un risque plus élevé de démence chez certaines femmes

For older women with certain health conditions, taking calcium supplements may be linked with an increased risk of dementia, according to a new study.

Researchers found that women who had previously had a stroke and who regularly took calcium supplements at the start of the study were seven times more likely to develop dementia over the five-year period than women who had had a stroke but who did not take those supplements.

Additionally, the researchers found that women who had signs of a disorder that affects blood flow in the brain and who regularly took calcium supplements were twice as likely to develop dementia over five years as women who had signs of this disorder but did not take those supplements.

However, while the study shows a link between taking calcium supplements and a higher risk of dementia in some women, it does not prove that taking calcium supplements causes dementia, said study co-author Dr. Silke Kern, a neuroscience researcher at the University of Gothenburg in Sweden. More research is needed before any recommendations for women regarding the potential risks of taking calcium supplements can be made, Kern said. [7 Things That May Raise Your Risk of Stroke]

In the study, the researchers looked at the medical history of 700 women between ages 70 and 92 who did not have dementia at the start of the study. The researchers asked the women if they were regularly taking calcium supplements and tested their memory and thinking skills. The scientists also scanned the brains of 447 of the participants.

The researchers found that 54 women had had a stroke before the study started, and 98 women were taking calcium supplements at the start of the study.

Among the women who had their brains scanned at the start of the study, 71 percent had lesions on their brains&rsquo white matter, which is a marker for cerebrovascular disease &mdash a group of disorders that affect blood flow in the brain. Such lesions are common in older adults, with one review study estimating that anywhere from 50 percent to 98 percent of elderly adults may have them.

The researchers then followed all the women for five years, and found that 59 women developed dementia, and 54 women had strokes during this time period, according to the findings, published today (Aug. 17) in the journal Neurology.

When the researchers looked at the relationship between taking calcium supplements at the start of the study and the women's risk of developing dementia during the study period, it turned out that this risk was higher, but only for the women who had signs of cerebrovascular disease at the start of the study or who had previously had a stroke. (Cerebrovascular disease is sometimes defined to also include stroke. But in this study, the researchers did not include stroke in their definition of cerebrovascular disease, and only included other types of cerebrovascular diseases.)

For example, six of 15 women who had previously had a stroke and took calcium supplements developed dementia during the study period. In comparison, a smaller proportion &mdash 12 out of 93 women who had previously had a stroke but did not take supplements &mdash developed dementia during the same time period. [10 Things You Didn't Know About the Brain]

The researchers said that they don't know for sure why the use of calcium supplements may be linked to a higher risk of dementia in women with these conditions. "The mechanism for the harmful effect of calcium supplementation is not fully understood," Kern told Live Science. However, it may be that calcium supplements affect blood vessels and thus even potentially alter the flow of blood in these vessels, Kern said. Previous research has linked problems with blood vessels to a greater risk of dementia.

Dr. Marc Gordon, chief of neurology at Zucker Hillside Hospital in Glen Oaks, New York, who was not involved in the study, also said that it is too early to determine whether calcium supplements might directly cause dementia in some women. The numbers of women who were taking supplements in the study were small, he said.

Future studies with more participants should be conducted, he said. "All of that said, I think it raises a concern that there is certainly a rationale for thinking that calcium supplements could have an adverse effect on outcomes, particularly in women with cerebrovascular disease," he said.

"People have a tendency to assume that dietary supplements are automatically innocuous, [but] high levels of supplementation as opposed to just dietary intake [of calcium] could conceivably have some deleterious effects," he said.


Behind the Biltmore Estate: 7 Things You Didn’t Know About America’s Largest Home

Think you already know everything there is to learn about Biltmore? Read on to learn some fascinating facts about the iconic North Carolina estate.

1. Asheville can thank France for the design of its popular tourist attraction. When George Vanderbilt began building his dream home in Asheville in 1889, he envisioned a French Renaissance chateau that intertwined architectural features of 16th-century castles he had seen in the Loire Valley of France.

“George Vanderbilt was an avid traveler. During his lifetime, he crossed the Atlantic 60 times in his lifetime, says Darren Poupore, chief curator of the Biltmore Estate. “When plans [for the house] were being discussed, he went to Europe with his architect to gain inspiration. The result was Biltmore – an American expression of those grand European estates that is truly an American design.”


7 things you didn't know about Italian Coloradans and their contributions

Shaped by the country they left behind, Italian immigrants made their way to Colorado in the late 1850s, spurred by the mining boom. They faced discrimination, challenges and often lived in segregated communities. Still, they persevered and prospered, making an impact on the communities they were becoming a part of.

Today Colorado’s Italian American community is experiencing a revival, with members committed to preserving their history.

Below are excerpts from our recently re-published book Italy in Colorado:Family Histories from Denver and Beyond, which includes personal histories and rare photographs collected in collaboration with this community. Read these seven stories of influential Italian Americans to learn more about the history of this unique, vibrant community and their contributions to Colorado and the nation at-large.

John Malpiede (far right) with workers in front of Denver City and County building with Christmas decorations, 1945

1. The first person to decorate Denver’s Civic Center for the holidays was John Malpiede in 1919.

Born in 1891, John Malpiede grew up in North Denver. An altar boy at Our Lady of Mount Carmel and the son of a stonemason turned vegetable gardener, he married Mary Palmasano in 1911 and went to work as an electrician for the city of Denver.

In 1919, John decorated Denver’s Civic Center for the first time in the city’s history. At first, only the evergreen trees were decorated. The public response was overwhelming, and from there the project grew. Evergreen boughs were added to lampposts, then a lit Christmas tree was placed in front of the State Capitol.

In 1926 John persuaded Mayor Stapleton to let him decorate the exterior of City Hall (today’s City and County Building). In 1938, the Christmas lights became an official project of the City and County of Denver.

For twenty-nine years John improved his exhibit by adding more garlands one year, new bulbs another, and additional figures, flowers, and even paintings the next. When he retired in 1956, the display included an eighty-five-foot artificial tree, handmade reindeer, candles, giant poinsettias, 25,000 bulbs, seventeen miles of electrical wiring, and twelve tons of evergreen boughs.

Since 1996, about half a million people every year see the elaborate display of lights begun by John Malpiede. Want to see

Since 1996, about half a million people every year see the elaborate display of lights begun by John Malpiede. You can join us for a tour of the history of Denver’s holiday lights on December 7th!

2. The Colorado Ballet was founded by Lillian Covillo.

Lillian R. Covillo was born in Denver in 1921 to Italian American parents. Discovering ballet as a girl, she went on to perform in Denver operas. As a student at the University of Denver, she started teaching in the physical education department at the Cathedral Catholic schools. She taught dance—including ballet, modern, and folk—along with basketball and softball.

Around 1940, she served as ballet mistress and choreographer for the Denver Grand Opera Company. In the late 1940s, she and fellow dancer Freidann Parker founded the Covillo-Parker School of Dance, which in turn led to the Covillo-Parker Theater Ballet.

To supplement their company, both Lillian and Freidann worked as freelance choreographers. They created a not-for-profit company so they could receive tax-deductible donations, naming their new company the Colorado Concert Ballet. In its first season in 1961, the company produced Denver’s first full-length production of The Nutcracker. In 1968, Lillian Covillo and Freidann Parker received the Governor’s Award for Excellence in the Arts.

Ten years later, they changed the name of the company to the Colorado Ballet—today a mainstay of the Denver cultural scene. Parker died in 2002. Covillo died in 2010.

3. Perry Como’s musical director was Coloradan Nick Perito.

Nick Perito was born in North Denver in 1924. His father, Rocco, left Potenza, Italy, in 1898 at the age of fifteen and after twenty-nine days on a ship in steerage reached New York City. He then traveled for another three weeks by train to Denver, where he later married Jennie Cominello, another Potenza native.

At the age of five, Nick Perito started music lessons. Soon, he was playing the accordion for family and friends at social occasions. In 1939, he took a job with KLZ, a Denver radio station, playing accordion and piano in a trio known as the Yawn Patrolman.

After graduating from North High School in 1942, Nick attended the Lamont School of Music at the University of Denver. An Army medic in World War II, he also played music with the United States Army Band.

After the war, Nick attended the Juilliard School of Music in New York City and went on to work as an arranger, composer, conductor, and pianist. Over the years, he worked with artists such as Judy Garland, Dorothy Dandridge, Peter Nero, Ferrante and Teicher, the Ray Charles Singers, and Perry Como. He also served as musical director for Perry Como and, in 1979, joined the Kennedy Center in Washington, D.C. as the musical conductor of the “Kennedy Center Honors” annual television specials.

In addition to his many and varied accomplishments, Nick garnered eleven Emmy nominations for his work as a musical director in television, released several albums, wrote a score for a movie, and wrote a book about his life in 2005.

Angelina and Frank Testa inside Frangi's, 1979

4. The largest mozzarella cheese producer in the world was founded by Michael Leprino.

Michael Leprino, Sr., was born in Potenza in 1898 and left Italy at the age of sixteen with a cousin. In 1914, he settled with family in Denver. He learned English at the Emily Griffith Opportunity School and worked on the night shift at Swift & Company. In 1920, he married Susie Pergola.

Around 1925, Mike became a US citizen and went to work as a laborer in the Denver brickyards. He also farmed a small piece of land around Thirty-eighth Avenue and Fox Street to support his growing family. He kept farming until he was forced off the land to make way for the Valley Highway, near today’s junction of I-70 and I-25.

Mike opened a small grocery store on the site of today’s Leprino Foods. In 1950, he started making small batches of ricotta cheese for his daughter, Angelina, and her husband, Frank, who sold their raviolis locally under the label “Frangi’s.” Although he’d never made cheese before, a determined Mike Leprino hired the man who’d worked with Angelina’s previous cheese supplier. Soon, Frangi’s moved from Angelina’s home to the front of her father’s grocery store, and Mike made cheese in the back.

Over twenty years, the company added more manufacturing plants and products. In 1956, Mike Leprino’s son Jim entered the family business, and upon his father’s death in 1972, Jim became chairman and chief executive officer of Leprino Foods, today the world’s largest producer of mozzarella supplying 85% of the cheese to the pizza market.

John and Genevieve Fiore, 1990

5. Coloradan Genevieve Fiore was a co-founder of the third UNESCO chapter in the world.

One of six children, Genevieve D’Amato was born in 1912 in Wyoming to Italian immigrants from the Salerno province. Her father worked as a miner and blacksmith in Wyoming before moving to Welby, Colorado, to farm.

In 1930, Genevieve met John Fiore at a dance. In 1933 they married, and they moved to North Denver, where John worked as a pressman for a publishing company while Genevieve cared for their three children. In the mid-1940s, Genevieve started promoting and campaigning for world peace—the result of two major events in her life: watching her father cry over the death of her nineteen-year-old brother in Italy during World War I and feelings of guilt because she hadn’t tried to prevent World War II, a war in which three brothers, a brother-in-law, and many friends served, some never returning and others changed forever.

After working with pacifist Frederick Enholm and attending a conference of the newly formed United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO), she co-founded the UNESCO Association of Colorado, the third UNESCO chapter in the world. A lifetime member, she served as president of the organization between 1947 and 1953.

Genevieve Fiore led the Peace Pole project in Denver, a project that inspires humankind to work toward harmony by erecting obelisks bearing messages of peace. The Peace Pole Project has spread to over 160 countries and succeeded in constructing over 100,000 poles.

Genevieve was also involved in the Sister Cities program, established in 1956 under President Eisenhower’s administration. The aim of the organization, still active today, is to promote worldwide unity. Denver now has ten sister cities. In 1975 the Italian government awarded her the title Cavaliere, an honor equal to knighthood, for her work with the Denver organization Il Circolo Italiano.

In 1991, she was inducted into the Colorado Women’s Hall of Fame. Genevieve worked for peace until her death in 2002 at age ninety.

Lucille Colacito (photo 1944), Fritsh AAGPBL baseball card, 1995

6. Lucille “Lou” Colacito was the first Denver woman to play for a major baseball league team.

One of four children born to Joseph and Katherine Appugliese, Lucille “Lou” (Appugliese) Colacito was born in Florence, Colorado, in 1921. Her Italian-born father had two years earlier married a Coloradan born to an Italian father and American mother. Joseph had worked in Colorado coal mines before their move to Denver, where he was working as a mold maker for a steel works company.

Around 1939, Lou started playing softball for local teams. One of her coaches was Mike “Buck” Colacito they married in 1941. When Buck went overseas in World War II, Lou signed a contract with Wisconsin’s Kenosha Comets, a pro baseball team.

Playing two seasons in 1944 and 1945, she was the first Denver woman to reach baseball’s big leagues. Her pay was $55 a week, plus $6.50 meal money a day when the team was on the road.

She went on to teach bowling to handicapped children and junior bowlers. In 1984, Lou Colacito was inducted into the Denver Softball Hall of Fame. Lou Colacito died on January 30, 1998.

Mount Carmel Parish School Denver with Damascio house at right, by Van's Studio, 1945

7. The Brown Palace and the Cathedral of the Immaculate Conception were built by Frank Damascio.

In 1878 Frank Damascio of Abruzzi, Italy, settled in Trinidad, Colorado. A contractor, builder, and sculptor, he’s credited with the construction of many Trinidad buildings, including the old courthouse.

Frank moved to Denver in 1890 and established himself as one of the city’s leading contractors and builders, working on the Brown Palace Hotel (1892), the Mining Exchange Building (demolished), and the Cathedral of the Immaculate Conception (started in 1902).

Other Damascio buildings include the North Denver Mercantile on Osage Street, the San Rocco Chapel/Mount Carmel Parish School (demolished), and the Damascio home at 3611 Osage. A testament to his success and wealth, the home includes an elaborate stone exterior with beautifully carved details, bay windows, marble floors, and fourteen rooms, many with Damascio’s hand-carved fireplaces.

Frank Damascio’s activities in the Italian American community included Il Circolo Filodrammatico Italo-Americano, a dramatic and literary society that supported the arts and continued use of the Italian language in the community.


Voir la vidéo: Does God exist? Stephen Hawking VS. Father Robert Spitzer Big Bang Theory (Janvier 2022).