Podcasts sur l'histoire

James Entraîneur

James Entraîneur

James Trainer est né à Wrexham le 7 janvier 1863. Il a travaillé comme carrossier tout en jouant dans les buts du club de football de Wrexham. Lors d'un match contre Oswestry, Trainer a été signalé à la Football Association of Wales pour avoir fait des commentaires insultants à l'arbitre.

L'entraîneur a déménagé à Bolton Wanderers en 1884. Sa forme était si bonne qu'il a été choisi pour jouer pour le Pays de Galles contre l'Écosse en 1887.

En 1888, le major William Sudell persuada Trainer de signer pour Preston North End. On prétend que Sudell a été impressionné par la performance de Trainer lorsque Preston a battu Bolton 12-0.

La première saison de la Football League a commencé en septembre 1888. Cette saison, Preston North End a remporté le championnat sans perdre un seul match. L'entraîneur n'a pas joué à chaque match et a dû partager le gardien de but avec son compatriote international gallois, Robert Mills-Roberts.

Entre 1888 et 1897, Trainer a joué 253 matchs pour Preston North End. À la retraite, il devint propriétaire de l'hôtel Lamb à Preston.

James Trainer a déménagé à Londres pour établir un programme de soccer d'exposition en salle à l'Olympia de Londres. L'entreprise a échoué et est mort dans la pauvreté en 1915.


James Yeager

Je suis actuellement le MFCEO de Tactical Response qui est notre société de formation basée à TN.

De juillet 2004 à mai 2005, j'étais sur deux unités de sécurité de protection à Bagdad en Irak. Notre équipe était une entité de niveau deux (Alpha) qui était responsable de la protection des 8 commissaires électoraux irakiens pendant les violentes pré-élections, élections et post-élections.

Mon équipe était également en charge de la sécurité physique de leurs bureaux dans le bâtiment du gouvernement irakien intérimaire et nous avons travaillé en étroite collaboration avec la force de garde de Gurkhan là-bas. Mes fonctions comprenaient le rôle de liaison avec les médias, la coordination des forces de sécurité du bâtiment, la coordination avec les forces de sécurité du complexe (Global Risk et US Army) et la coordination avec les deux groupes de protection de la force de l'armée américaine pour la région (82e ABN) . J'ai également aidé à la planification, à l'avancement, à la coordination et à l'exécution des nombreuses réunions, voyages en avion, navettes en hélicoptère, conférences et voyages que les 8 commissions ont pris pour mettre en place et mener à bien le processus électoral.

De mai 1996 à septembre 1998, j'ai travaillé comme patrouilleur et gestionnaire de K-9 pour le service de police de Big Sandy. À l'automne 1998, mon chef a été élu shérif du comté de Benton. En octobre 1998, le maire de Big Sandy m'a demandé d'être le chef de la police. J'ai occupé ce poste jusqu'en mai 2000, date à laquelle j'ai été embauché comme adjoint au bureau du shérif du comté de Benton. Mes fonctions au BCSO comprenaient une patrouille, un chef d'équipe tactique (SWAT) et un entraîneur pour notre équipe d'intervention en cas de crise multi-agences. En septembre 2002, j'ai suivi une formation privée à temps plein et j'ai également été vice-président d'une entreprise d'équipement tactique de plusieurs millions de dollars jusqu'en juillet 2004. J'étais instructeur d'armes à feu et tactique avec le service de police de Camden ainsi que sergent de la réserve. Unité de 2002 à 2009, date de fin du programme.

De janvier 1992 à mai 1996, j'ai travaillé avec diverses unités du groupe de travail antidrogue ainsi qu'avec de nombreuses équipes locales des services de stupéfiants pour acheter et vendre des stupéfiants illégaux à titre d'infiltration. Mon titre était « Agent ». Ces agences comprenaient, mais sans s'y limiter, le 24e groupe de travail antidrogue, le 23e D.T.F., le 27e D.T.F., le service de police de Paris et le service du shérif du comté de Henry. J'ai été député de réserve du comté de Henry pendant une partie de cette période. J'ai fait plus de 300 achats et ventes de Narcotiques au cours de cette période.

Je suis un entraîneur d'armes à feu depuis 1994, j'enseigne dans le commerce depuis 1996 et j'ai enseigné littéralement à des dizaines de milliers d'étudiants avec plusieurs individus, équipes tactiques et équipes de forces spéciales qui réussissent dans des confrontations avec des forces meurtrières tant au pays qu'à l'étranger. J'ai enseigné partout aux États-Unis, au Canada, en Europe, au Moyen-Orient, en Amérique centrale, en Amérique du Sud et en Afrique. J'ai une vaste expérience d'enseignement dans des environnements austères et je suis un témoin expert certifié pour les armes à feu, l'entraînement tactique et l'usage de la force.

Je suis également un écrivain professionnel et j'ai été publié dans des magazines tels que S.W.A.T. (Rédacteur personnel), Southern Lawman, Concealed Carry Magazine, FMG American Handgunner Special Editions et STUFF. J'ai écrit la préface du livre "Surgical Speed ​​Shooting" ainsi que la couverture de ce livre. J'ai écrit un livre sur les contrats civils à haut risque. J'ai également produit une série de DVD pédagogiques.

J'ai fait la couverture du magazine SWAT de septembre 2005 et les numéros de décembre 2005 et juin 2009 de SWAT contenaient un examen complet de ma formation. Mes entreprises ont également été présentées dans le « Barrett Annual », « Shotgun News », « The book of the AR-15 », et plusieurs autres périodiques. Le magazine financier de Kiplinger a également fait un article sur moi dans le numéro de juin 2007. J'ai participé à la première saison de "SWAT Magazine TV" en janvier 2010. En 2011, j'ai participé à l'émission Discovery Channel "One Man Army", a participé au documentaire National Geographic "Snipers Inc", Student of the Gun", et Je suis apparu sur « Friends of the NRA TV ». J'étais en couverture du magazine « Combat » 2012 d'American Handgunner.

HISTORIQUE DE LA FORMATION :

  • TN P.O.S.T. Certifié pour enseigner les armes à feu #00041S - Retraité
  • TN P.O.S.T. Certifié pour enseigner des munitions moins mortelles #00040S - Retraité
  • TN P.O.S.T. Certifié pour enseigner les armes chimiques #00042S - Retraité
  • TN P.O.S.T. Certifié pour enseigner le bâton extensible #00043S - Retraité
  • TN P.O.S.T. Agent de police certifié et gestionnaire K-9 #97276 - Retraité
  • Numéro d'instructeur d'armes à feu de la police de l'État de Louisiane # 0259
  • FBI. Instructeur d'armes à feu certifié - Prix du meilleur diplômé
  • Instructeur d'armes à feu certifié par le Département de la sécurité de TN (anciennement)
  • Certifié par la FAA pour enseigner les cours « Flying Armed » d'application de la loi
  • A.L.S. Maître instructeur (moins létal, flash-bangs, armes chimiques)
  • Instructeur de bâton extensible – Monadanock
  • Instructeur de fusil de patrouille/carabine certifié Bushmaster (Blackwater)
  • Aérosol O.C. Instructeur – Fox Labs International
  • Armor Holding - Instructeur de masques à gaz
  • Armor Holdings - Instructeur de munitions pyrotechniques
  • Armor Holdings - Instructeur d'appareils de distraction
  • Armour Holdings - Instructeur d'armes chimiques
  • Armour Holdings - Instructeur de Munitions Moins Létales
  • Instructeur d'armes de poing certifié NRA #11973397
  • Instructeur de protection personnelle NRA #11973397
  • Instructeur de fusil de patrouille des forces de l'ordre de la NRA 44 heures
  • Développement d'instructeur d'armes de poing Tom Givens
  • OPS - Instructeur de défense au couteau
  • OPS - Cours avancé d'instructeur de tir en basse lumière 40 heures
  • OPS - Cours avancé d'instructeur d'armes de poing tactique 40 heures
  • OPS - Cours d'instructeur d'armes de poing 40 heures
  • OPS - Cours d'instructeur de fusil de patrouille 40 heures
  • OPS - Cours d'instructeur de fusil de chasse 40 heures
  • Cours d'instructeur avancé d'armes de poing tactique John Farnam 20 heures
  • John Farnam Advanced Rifle and Shotgun Instructor Course 24 heures
  • Cours d'instructeur de tir actif / TTPPA 24 heures
  • Instructeur de carabine 28 heures / Jim Crews
  • Plus de 200 heures de formation Service de sécurité diplomatique pour la protection des cadres de Tony Diebler
  • Méthode de combat scientifique 20 heures
  • S.D.S.I. Cours de tir tactique 16 heures
  • Black Water Lodge 32 heures de cours de police et de fusil de chasse militaire
  • A terminé diverses écoles de survie d'officier de 40 heures
  • Assisté Snipercraft 40 heures
  • Jim Crews - Arme de poing tactique 20 heures
  • Jeff Gonzalez/Gabe Suarez - Arme de poing tactique avancée 18 heures
  • Tom Givens - Personnel à haut risque 16 heures
  • Tom Givens - Formation de l'équipe d'intervention de crise 80 heures
  • ÉCRASER. Chef Tom Long - 40 heures
  • D.E.A.- Enquêtes en laboratoire clandestin 40 heures
  • École d'enquête criminelle 40 heures
  • École d'interdiction de patrouille 40 heures
  • SWAT de base - 40 heures Jackson TN SWAT
  • Cours militaire de lutte contre la drogue SRT 48 heures
  • SWAT par Smyrne S.T.O.R.M. Equipe 40 heures
  • 40 heures d'école de tireur d'élite de la police
  • 40 heures F.B.I. Cours SWAT Memphis TN
  • Cours de certification des utilisateurs TASER
  • 5 jours Strategos Spec-Ops Tactiques d'équipe à faible luminosité 50+ heures
  • Cours de conduite de sécurité personnelle d'Armor Group (I.T.I. en VA)
  • Pat Rogers / E.A.G. Cours tactique d'opérateurs de carabine de 3 jours
  • Calibre Press Street Survival Seminar 16 heures
  • Atelier d'instructeur Glock Professional de 2,5 jours
  • Rogers Shooting School 44 heures - Pistolet (Int.) Carabine (Adv.)
  • Cours de spécialiste en technologie tactique Surefire
  • Cours d'opérateur AK de Larry Vickers 16 heures
  • Massad Ayoob 20 heures Recours légal à la force « Règles d'engagement »
  • Cours « Vitesse de combat » de 24 heures « Super Dave » Harrington
  • "Advanced Pistol" de Ken Hackathorn 18 heures
  • Thunder Ranch H.A.R.T. (Entraînement au fusil à angle élevé) 32h
  • « Adaptive Kalash » - Haley stratégique avec Travis Haley
  • "Arme de poing adaptative" - ​​Haley stratégique avec Travis Haley
  • « Carabine adaptative » Haley stratégique avec Travis Haley
  • Pistolet de mise au point de combat - Formation I.C.E avec Rob Pincus
  • Manipulation avancée des pistolets - Formation I.C.E avec Rob Pincus
  • Combat Focus Carbine - Formation I.C.E avec Rob Pincus
  • ATK/Federal Munitions – Instructeur Force contre Force
  • Pistolet de combat – Tom Givens de Rangemaster
  • Armurier - Remington 870
  • Armurier - Remington 700
  • Armurier - Bushmaster AR-15
  • Armurier de base et avancé de Glock
  • "Super Dave" Harrington "Armes Intégrées"
  • Classe de fusil d'éclaireur Gunsite
  • CRHC « Action directe »
  • Éléments de carabine Costa Ludus 1
  • Éléments de carabine Costa Ludus 2
  • Instructeur affilié certifié pour John Farnam Defence Training International
  • Fusil de combat Thunder Ranch
  • Pat MacNamara T.A.P.S.
  • Cours d'instructeur de 4 jours Super Dave Harrington
  • Formation d'instructeur Thunder Ranch
  • Pat Mac Namarra Sentinelle
  • Greenline Tactical - Nightfighter (opérateur de vision nocturne)
  • Greenline Tactique - DMR/SPR
  • Chantier 250
  • "The Perfect Storm" avec Rob Leatham et Clint Smith
  • Urban Rifle (instructeur) avec John Farnam
  • Instructeur Red Dot avec Projet Samouraï Moderne
  • Arme de poing à faible luminosité - Sentinel Concepts

Contenu

Jeffries a déménagé avec sa famille de leur ferme de l'Ohio à Los Angeles, en Californie, à l'âge de sept ans. [2] Il a travaillé un temps comme chaudronnier avant de se lancer dans la boxe. [3] Plus tard dans la vie, "Le Chaudronnier" était l'un de ses surnoms professionnels.

En tant qu'adolescent puissamment bâti et athlétique, Jeffries a boxé en tant qu'amateur jusqu'à l'âge de 20 ans, date à laquelle il a commencé à se battre professionnellement.

Dans son troisième combat, Jeffries a éliminé le boxeur très apprécié Hank Griffin au quatorzième round. Jack Johnson combattra ensuite Griffin à trois reprises.

Jeffries a combattu le meilleur concurrent des poids lourds, Gus Ruhlin, pour un match nul. Ruhlin a été renversé avec un coup de poing brutal à la fin du tour final et a été sauvé par la cloche d'être compté. La décision a suscité des réactions défavorables de la part du public, dont beaucoup ont estimé que Jeffries avait gagné.

En route vers le titre en 1898, Jeffries a mis KO Peter Jackson, le grand boxeur que John L. Sullivan avait refusé de combattre, en trois rounds. Ce n'était que la deuxième défaite de toute la carrière de Jackson, sa première défaite était due à un combat en quatre rounds plus de treize ans plus tôt au début de sa carrière. Jackson a pris sa retraite peu de temps après.

Jeffries a battu le redoutable Mexicain Pete Everett par KO au troisième tour seulement le 22 avril 1898.

Son prochain combat était contre l'Irlandais Tom Sharkey. Le combat a duré vingt rounds et Sharkey a été renversé au onzième round. Jeffries a remporté la décision.

Après avoir vaincu le grand Bob Armstrong, rapide et rapide, Jeffries avait gagné le droit de se battre pour le championnat du monde des poids lourds.

Le 9 juin 1899 à Brooklyn, New York, il bat Bob Fitzsimmons par KO au onzième round pour remporter le championnat du monde des poids lourds. En août, il entreprend une tournée en Europe, organisant des combats d'exhibition pour les fans. Jeffries a été impliqué dans plusieurs films recréant des parties de ses combats de championnat. Des parties filmées de ses autres combats et de certains de ses matchs d'exhibition survivent à ce jour.

Champion du monde des poids lourds Modifier

Lors de sa première défense de titre, il a remporté une décision en vingt-cinq rounds lors d'un match revanche contre Tom Sharkey.

Jeffries a établi le record du KO le plus rapide dans un combat pour le titre des poids lourds de tous les temps, qui était de 55 secondes contre Jack Finnegan dans sa deuxième défense de titre.

Sa défense suivante était contre l'ancien champion des poids lourds et technicien légendaire, James J. Corbett. Corbett avait mis en place une défense parfaite et aurait sans doute pu gagner si le combat avait eu lieu au loin. Cependant, Corbett a été assommé à froid d'une gauche à la mâchoire au vingt-troisième round du combat prévu de vingt-cinq rounds.

Jeffries a ensuite eu la chance de venger son match nul controversé avec Gus Ruhlin lorsqu'il a défendu son titre contre lui le 15 novembre 1901. Les affirmations selon lesquelles Ruhlin a abandonné au cinquième tour sont incorrectes. Toutes les sources locales de San Francisco le lendemain conviennent que le manager de Ruhlin, Billy Madden, a jeté l'éponge pour retirer Gus pendant l'intervalle d'une minute entre les cinquième et sixième tours.

Un exemple de la capacité de Jeffries à absorber la punition et à se remettre d'un violent coup dur pour gagner un combat est venu dans son match revanche pour le titre avec Fitzsimmons, qui est considéré comme l'un des puncheurs les plus durs de l'histoire de la boxe. Le match revanche avec Jeffries a eu lieu le 25 juillet 1902 à San Francisco. Pour s'entraîner pour le combat, l'entraînement quotidien de Jeffries comprenait une course de 14 miles (23 km), 2 heures de corde à sauter, un entraînement au ballon médicinal, 20 minutes d'entraînement sur le sac lourd et au moins 12 rounds d'entraînement sur le ring. Il s'est également entraîné à la lutte.

Pendant près de huit rounds, Fitzsimmons a soumis Jeffries à des coups vicieux. Jeffries a eu le nez cassé, ses deux joues ont été coupées jusqu'à l'os et des entailles ont été ouvertes sur les deux yeux. Il semblait que le combat devrait être arrêté, car le sang coulait librement dans les yeux de Jeffries. Puis au huitième round, Jeffries a frappé avec un formidable droit à l'estomac, suivi d'un crochet du gauche à la mâchoire qui a fait perdre connaissance à Fitzsimmons.

Jeffries et Corbett se sont rencontrés une dernière fois sur le ring le 14 août 1903. Cette fois, Jeffries avait le contrôle total des dix rounds du combat de vingt rounds prévu. Tommy Ryan, le second en chef de Corbett, a lancé un grand éventail en feuille de palmier dans le ring pour alerter l'arbitre Graney qu'il devrait arrêter le combat.

Jeffries a défendu son septième et dernier titre contre le Canadien Jack Munroe, qu'il a arrêté en seulement deux rondes.

Jeffries a cassé les côtes de trois adversaires dans les combats pour le titre : Jim Corbett, Gus Ruhlin et Tom Sharkey. Jeffries a pris sa retraite invaincu en mai 1905. Il a servi comme arbitre pendant les années suivantes, y compris le combat dans lequel Marvin Hart a battu Jack Root pour revendiquer le titre vacant de Jeffries. Jeffries n'avait jamais été renversé à son apogée.

Jeffries avait probablement combattu beaucoup plus de combats que vingt-deux à cette époque. Beaucoup de ses combats ont été perdus dans l'histoire. Jeffries, cependant, n'avait jamais été vaincu avant sa retraite initiale. [4]

Retour : "Le combat du siècle" Modifier

Plus de cinq ans après sa retraite, Jeffries a fait un retour le 4 juillet 1910, à Reno, Nevada, dans un match contre le champion Jack Johnson, qui avait remporté le championnat des poids lourds en 1908 en battant le champion canadien Tommy Burns à Rushcutters Bay en Australie. Burns a été le premier champion poids lourd à combattre des challengers noirs.

Les médias ont fait pression sur Jeffries et les promoteurs ont fait miroiter des richesses devant lui pour qu'ils se battent. En plus d'une bourse garantie de 40 000 $ (équivalent à environ 1 111 000 $ en dollars de 2020 [5] ), pour ramener l'ex-champion sur le ring, le promoteur Tex Rickard l'avait signé pour un contrat personnel de 75 000 $.

Après une mise à pied de six ans, Jeffries, 35 ans, n'était pas en forme et avait perdu la plupart de ses muscles. Jeffries pesait plus de 330 livres (150 kg), tandis que Johnson était en excellente condition physique. L'ex-champion a dû perdre 110 livres pour revenir à son poids de combat de 226, une tâche herculéenne dans le temps dont il disposait avant le combat. L'ancien champion des poids lourds John L. Sullivan (un Américain d'origine irlandaise qui a refusé de combattre des prétendants afro-américains) a fait remarquer lors d'une interview avec Le New York Times que le médecin personnel de Jeffries était tellement étonné de la condition physique de Johnson qu'il pensait que Jeffries ne pouvait gagner que si Johnson manquait de compétence ce jour-là. Alors que les médias incitaient à faire des remarques racistes sur le fait de remporter le titre pour les Blancs, les derniers mots de Jeffries avant le combat étaient : "Je prouverai qu'aucun Noir vivant ne peut battre un Blanc". Sa femme a également commenté: "Je ne suis pas intéressé par les combats de prix mais je suis intéressé par le bien-être de mon mari, j'espère que ce sera son dernier combat." [6]

Des images animées sur YouTube de Jeffries le matin du combat montrent un homme détendu jouant avec son chien. Les sièges aux premières loges dont le prix était de 50 $ étaient scalpés à 125 $ chacun (équivalent à environ 3 472 $ en dollars de 2020 [5] ). Plus de 1 000 spectateurs qui n'ont pas pu obtenir de places dans l'arène à guichets fermés ont escaladé les murs pour entrer.

Avant le combat, qui devait durer 45 rounds de trois minutes, des boxeurs célèbres qui s'étaient rendus à Reno pour assister au concours ont été présentés à la foule, dont Sam Langford, un boxeur noir qui n'a pas pu obtenir un combat pour le titre, même de Jack. Johnson. Les plus grands applaudissements sont allés à Jake Kilrain, qui avait combattu John L. Sullivan à l'époque à mains nues.

À une heure moins trois, Johnson entra sur le ring (son contrat prévoyait qu'il serait toujours le premier à entrer sur le ring, pour satisfaire une superstition de sa part). Le thermomètre indiquait 110 ° Fahrenheit, ce qui signifiait que le match serait encore plus brutal en raison de la chaleur. Jeffries rejoignit rapidement Johnson sur le ring. Rickard a servi d'arbitre. (Johnson et Jeffries ne pouvaient pas se mettre d'accord sur un arbitre, et les offres publicitaires de Rickard au président William Howard Taft et à l'écrivain Arthur Conan Doyle pour servir d'arbitre ont été refusées. Rickard a pris le poste bien qu'il n'ait jamais arbitré un combat de prix auparavant.)

Au cours des trois premiers tours, les boxeurs se sont entraînés pour se sentir. Johnson, ayant lu que personne ne pouvait attacher Jeffries à l'intérieur en raison de son pouvoir, a déclaré à la presse que non seulement il le ferait, mais qu'il prévoyait de neutraliser le pouvoir de Jeffries en tordant ses bras derrière lui. Vers la fin du quatrième tour, c'est exactement ce qu'il a fait, épinglant les bras de Jeffries derrière lui pendant un moment, mais Jeffries a cassé le corps à corps. Johnson a décroché un solide revers droit à la tête de Jeffries juste avant la cloche.

Johnson a commencé à dominer le combat dans les rounds cinq à douze, alors que son adversaire s'estompait dans la chaleur et sous l'assaut de Johnson. La chaleur a commencé à toucher Johnson également au tour 13, mais il était toujours l'homme le plus fort et le plus jeune du ring. Vers la fin de ce tour, il a livré un droit et un uppercut droit à la tête de Jeffries qui ont fait des ravages. Au tour suivant, Jeffries a échappé à Johnson, qui l'a traqué partout sur le ring.

Au tour 15, Johnson a poursuivi Jeffries et l'a attrapé contre les cordes avec un uppercut droit, suivi de trois uppercuts gauches qui ont envoyé l'ex-champion sur la toile pour la première fois de sa carrière. Il ne pouvait plus se défendre et, alors que Jeffries se levait, Johnson l'a frappé avec un crochet du gauche qui l'a envoyé sur la toile et à travers les cordes, mettant son torse à l'extérieur du ring. Aidé à se relever par un de ses seconds et un fan, dès que Jeffries fut de retour sur le ring, il fut précipité par Johnson, qui le renversa à nouveau d'un droit à la tête. Alors que Rickard s'avançait pour séparer les combattants, Jeffries se leva, mais son manager était entré sur le ring pour arrêter le combat et empêcher son combattant d'être mis KO. Johnson a conservé le titre par KO technique.

Johnson a fait remarquer plus tard qu'il savait que le combat était terminé au 4e round quand il a posé un uppercut au visage de Jeffries et a vu le regard dans ses yeux. "Je savais ce que signifiait ce regard", a-t-il déclaré. « Le vieux navire coulait. John L. Sullivan a commenté pour Le New York Times après le combat que Johnson a remporté à juste titre, de manière juste et convaincante :

Le combat du siècle est terminé et un homme noir est le champion incontesté du monde. Ce fut un combat médiocre au fur et à mesure des combats, cette affaire de moins de 15 rounds entre James J. Jeffries et Jack Johnson. Il n'y a jamais eu de compétition de championnat aussi unilatérale. Toutes les conditions tant vantées de Jeffries ne s'élevaient à rien. Il n'y était pas du premier coup de cloche au dernier…. Le nègre avait peu d'amis, mais il y eut peu de manifestations contre lui. (Les spectateurs) ne pouvaient s'empêcher d'admirer Johnson parce qu'il est le type de boxeur qui est admiré par les sportifs. Il a joué équitablement en tout temps et s'est battu équitablement. … Quelle main gauche rusée, puissante et rusée (Johnson) a. Il est l'un des boxeurs les plus rusés et les plus rusés qui soient jamais montés sur le ring. … Ils se sont tous les deux battus de près tout au long des 15 rounds. C'était exactement le genre de combat que Jeffries voulait. Il n'y avait pas de course ou d'esquive comme Corbett l'a fait avec moi à la Nouvelle-Orléans (1892). Jeffries n'a pas raté tant de coups, car il n'en a presque pas commencé. Johnson était sur lui tout le temps. (Johnson) n'est pas du tout devenu gay avec Jeffries au début, et c'est toujours l'homme blanc qui a décroché, mais Johnson a été très prudent, et il a reculé et n'a pris aucun risque, et était de bonne humeur avec tout ça. … Le meilleur a gagné, et j'ai été l'un des premiers à le féliciter, et aussi l'un des premiers à exprimer mes sincères condoléances au vaincu. [7]

Dans ses dernières années, Jeffries a formé des boxeurs et a travaillé comme promoteur de combat. Il a promu de nombreux combats à partir d'une structure connue sous le nom de « Jeffries Barn », qui était située dans son ranch de luzerne au coin sud-ouest de Victory Boulevard et Buena Vista, Burbank, Californie. (Son ranch était au coin sud-est jusqu'au début des années 1960.) Jeffries Barn fait maintenant partie de Knott's Berry Farm, un parc d'attractions du sud de la Californie.

Sept ans après avoir subi un accident vasculaire cérébral, Jeffries est décédé le 3 mars 1953, au lit à son domicile avec sa nièce Lillian Bull. Bull vivait avec Jeffries comme femme de ménage et il lui avait demandé d'appeler un médecin. Jeffries est mort avant l'arrivée du médecin. Le médecin, William M. Nethery, a attribué sa mort à une crise cardiaque causée par une thrombose coronarienne. [8] Son corps a été enterré dans le cimetière d'Inglewood Park à Inglewood, en Californie.

Aujourd'hui, l'héritage de Jeffries est largement oublié. Cependant, il était autrefois considéré comme l'un des plus grands champions poids lourds de tous les temps par de nombreux autres boxeurs et experts de la boxe : [9] [10]

    , Willie Ritchie et Tommy Burns, anciens champions poids lourds légers, poids légers et poids lourds, respectivement, ont classé Jeffries comme le plus grand poids lourd. a déclaré à propos de Jeffries: "Ce qui m'a toujours impressionné, c'est la vitesse du jeune, et il pesait deux cent vingt-cinq livres. Je pense que Jeffries était le plus grand champion poids lourd de tous."
    , le grand combattant qui a combattu du poids léger au poids lourd, a annoncé qu'il combattait n'importe quel homme dans le monde, à l'exception de Jim Jeffries.
    , le meilleur concurrent des poids lourds, pensait que Jeffries aurait battu Jack Dempsey et Joe Louis la même nuit. Il a dit que Jeffries était fort comme un taureau et rapide comme un chat. Sharkey a appelé Jeffries le plus grand combattant de tous les temps.
    , le seul homme à battre Jeffries, a déclaré dans une interview avec Ring Magazine qu'il pensait que Jeffries était le plus grand. Dans une autre interview, Johnson a déclaré que Jeffries battrait à la fois Jack Dempsey et Joe Louis. Cependant, à son tour, Jeffries a déclaré après leur combat: "Je n'aurais jamais pu fouetter Johnson de mon mieux. Je n'aurais pas pu le frapper. Non, je n'aurais pas pu l'atteindre en 1 000 ans." [11]
  • Jack Dempsey, le grand champion des poids lourds, a dit un jour : "Jim Jeffries était un pistolet dur. Si nous avions pu monter sur le ring ensemble, chacun à notre meilleur. Je me serais probablement fait arracher le menton."
    , qui dirigeait à la fois Jim Jeffries et Jim Corbett, a fait remarquer à propos de Jeffries : "Il n'y a jamais eu d'homme adapté anatomiquement, physiquement et par tempérament au rôle de champion du monde des poids lourds."
    , fondateur de Ring Magazine et de The Ring Record book, a décrit Jeffries : « L'une des machines de combat les plus formidables jamais produites par le ring.
    , directeur de combat pendant quarante ans, qui les a tous vus, a classé Jeffries comme le meilleur de tous les temps. Morgan a qualifié Jeffries de « champion des champions ».
    , célèbre sportif et promoteur, a déclaré : « Big Jim vivra toujours dans ma mémoire comme le plus grand boxeur poids lourd de son temps. Alors qu'il régnait en maître, il a donné une chance à tous. Il ne connaissait pas le sens du mot peur. "
  • WW Naughton, journaliste sportif de l'époque, rapporte : "Pour résumer ses qualités de ringman, on peut dire qu'il est assez doué dans toutes les branches de la self-défense. Il boxe intelligemment, se défend bien et frappe fort. Mais derrière tout cela, il y a les qualités qui ont fait de lui un champion, une force magnifique et une endurance merveilleuse."
  • Dewitt Van Court, instructeur de boxe et directeur sportif du Los Angeles Athletic Club a écrit : « J'étais avec James J. Jeffries quand il a commencé à boxer. J'étais avec lui quand il a remporté le championnat. J'étais avec lui quand il l'a perdu En plus d'être le plus grand champion poids lourd qui ait jamais existé, il est aujourd'hui et a été toute sa vie, un homme parmi les hommes, un véritable ami avec un cœur aussi grand que son corps."

La ville de Burbank a incrusté une petite plaque de bronze dans le trottoir à l'endroit où James Jeffries est mort. La plaque était située sur le côté sud-est de Buena Vista

150 mètres au sud de Victory Boulevard, avant d'être entreposé à l'hôtel de ville de Burbank, et se trouve maintenant au Gordon R. Howard Museum. [12]

James J. Jeffries a été élu au Temple de la renommée internationale de la boxe en 1990.


Le politicien de Virginie

Après son service militaire, Monroe s'est lancé dans une carrière politique. En 1782, il est devenu délégué à l'Assemblée de Virginie et l'année suivante a été choisi comme représentant de Virginie au Congrès de la Confédération, l'organe directeur de l'Amérique de 1781 à 1789.

En 1786, Monroe épousa Elizabeth Kortright (1768-1830), la fille adolescente d'un marchand new-yorkais. Le couple a eu deux filles et un fils qui sont morts en bas âge.

Pendant son séjour au Congrès, Monroe a soutenu les efforts de son collègue politicien de Virginie (et futur quatrième président des États-Unis) James Madison (1751-1836) pour créer une nouvelle constitution américaine. Cependant, une fois rédigé, Monroe a estimé que le document donnait trop de pouvoir au gouvernement et ne protégeait pas suffisamment les droits individuels. Malgré l'opposition de Monroe&# x2019, la Constitution a été ratifiée en 1789, et en 1790, il a siégé au Sénat américain, représentant la Virginie.

En tant que sénateur, Monroe s'est rangé du côté de Madison, alors membre du Congrès américain, et de Jefferson, alors secrétaire d'État américain, tous deux opposés à un contrôle fédéral accru au détriment des droits des États et des individus. En 1792, Monroe s'associe aux deux hommes pour fonder le Parti démocrate-républicain, qui s'oppose à Alexander Hamilton (1755-1804) et aux fédéralistes qui se battent pour un pouvoir fédéral accru.


Team Rocket est ennuyeux, mais James est toujours le meilleur personnage de l'histoire de Pokemon

Team Rocket est un méchant assez ennuyeux dans Pokemon, mais James est toujours le meilleur personnage de toute la série.

La Team Rocket va bien, au mieux. J'étais amoureux d'eux quand j'étais enfant, mais lorsque nous avons été présentés à la Team Aqua et à la Team Magma brillamment stupides dans Gen 3, ou forcés de faire face à l'approche plus nuancée de Team Galactic dans Gen 5, il est devenu tout à fait évident que le ragtag de Giovanni une bande de voyous n'était tout simplement pas intrigante. Il n'est pas étonnant qu'après que leur patron se soit enfui à la fin de la génération 1, la Team Rocket de la génération 2 sombre rapidement dans un chaos pur et débridé. La domination du monde? Non, coupons quelques queues Slowpoke.

Mais Team Rocket sert un objectif totalement différent dans l'anime. Alors que le jeu représente l'institution comme une opération dotée d'une abondance de bouffons, la présence de la Team Rocket dans les aventures d'Ash Ketchum apparaît généralement sous la forme de son trio le plus tristement célèbre : Jessie, James et Meowth. Ces trois personnages sont plus étoffés que la grande majorité des principaux PNJ des principaux jeux Pokemon, bien que James soit de loin le meilleur d'entre eux - en fait, il est probablement le personnage le mieux écrit de tous les Pokemon.

Pour ceux d'entre vous qui n'ont pas regardé Pokemon pendant une minute, l'histoire d'origine de James est fascinante, en particulier si l'on considère l'absence d'histoires d'origine appropriées pour une grande partie des autres personnages de la série. Né de parents riches, James a été jumelé à un prétendant à un très jeune âge. Malheureusement, Jessebelle – qui n'est pas le même personnage que Jessie, mais qui est en fait son sosie – a vu dans leur mariage arrangé une opportunité de contraindre James à obéir à tous ses ordres. James, malade à mort des bêtises de la haute société et terrifié à l'idée de passer toute sa vie avec Jessebelle, s'enfuit de chez lui, laissant derrière lui son Growlithe - affectueusement connu sous le nom de Growlie. À ce jour, Jessebelle se présente une ou deux fois par saison pour essayer d'épouser James, qui parcourt environ un million de kilomètres dans la direction opposée.

Je me trompe peut-être, mais je ne pense pas que la première rencontre de Jessie et James soit correctement documentée dans la série. Nous savons qu'ils sont allés à l'école ensemble, où ils ont atroce notes, et nous savons qu'ils faisaient partie d'un gang de motards. Jessie s'intégrait plutôt bien dans le gang, mais l'éducation de James signifiait qu'il n'était pas nécessairement fait pour ce genre de style de vie. Il a en fait dû mettre des roues d'entraînement sur son vélo par ailleurs cool, ce qui a conduit certains des membres les plus virulents du groupe à l'appeler affectueusement « Trainer James » ou « Little Jim ». Quelque part en cours de route, Jessie et James se sont brouillés, bien que nous n'ayons jamais découvert pourquoi ni pourquoi. Tout ce que nous savons, c'est qu'ils ont tous deux choisi de rejoindre la Team Rocket indépendamment l'un de l'autre et, après avoir été jumelés pour travailler ensemble, ont finalement surmonté leurs différences. Maintenant, ils sont meilleurs amis pour toujours. Et non, je refuse de dire qu'ils sont ensemble dans de cette façon , malgré ce qu'une obscure page de manga pourrait essayer de sous-entendre.

Avec tout ce qui précède à l'esprit, nous pouvons brosser un tableau assez décent de qui est James au moment où nous le rencontrons dans l'anime. C'est un ancien gamin riche qui a laissé sa fortune derrière lui pour une vie de crime pour laquelle il n'est pas bien équipé. Bien sûr, James accepte des plans assez pas si gentils, mais il ne fait jamais rien de vraiment odieux. Si quoi que ce soit, je pense que James traîne juste avec Jessie et Miaouss donc il n'est pas seul - chaque fois qu'il est confronté à faire le choix entre une bonne ou une mauvaise action, il a tendance à opter pour la première. Je pense à Off the Unbeaten Path, un épisode qui voit James sortir victorieux d'une compétition d'orientation Pokemon. Bien qu'il ait juré de voler le Pikachu d'Ash après une tentative ratée de cambriolage d'un centre Pokémon au début de la première saison, James donne à Ash - son ennemi supposé - des fruits. Pas le geste le plus intimidant pour un méchant qui occupe un poste d'autorité temporaire après avoir remporté un concours.

James remportant ce concours soulève un point fascinant. Bien qu'il ait redémarré à la fin de la plupart de ses apparitions dans l'anime, James est un entraîneur exceptionnellement talentueux. Il fait rarement évoluer son Pokémon et a tendance à opter principalement pour les types Herbe, Poison ou Psychique. Pourtant, il participe - et réussit vraiment bien - à une variété de concours et de compétitions différents tout au long de la série. Je pense que beaucoup de gens sont prêts à oublier qu'il a atteint les quarts de finale de la Ligue Pokémon Alolan en utilisant rien d'autre qu'une Mareanie. Il n'a été éliminé que lorsqu'il s'est heurté à Gladion, le roi des edgelords, qui a ensuite été couronné deuxième (c'est la même ligue qu'Ash a gagnée, d'ailleurs - j'ai essayé son équipe gagnante de la ligue en compétition Pokémon et c'est plutôt bien !)

En dehors des combats, James réussit également assez bien dans le genre de concours auxquels nous avons pu participer dans Ruby & Sapphire de Gen 3. Honestly, I would love for these to come back - I spent a lot of time as a kid blending PokeBlocks and designing perfect movesets at the Move Tutor to take the ribbon for every single category. I was pretty disappointed to see how short-lived this type of minigame was in the long run.

Anyway, back to James: after Jessie is unable to compete in a contest, James pretends to be “Jessilina” and wins in her place. This whole sequence says a lot about James. He impresses the judges in the Performance Stage using knowledge he obtained from growing up with high culture, while the Battle Stage clearly shows his strategic abilities when it comes to competitive Pokemon. Despite going up against Dawn, who is an ostensibly better trainer, James uses his wits to garner a cheeky victory. It’s a clear display of how much James is willing to do for his found family, as well as how quietly talented he is. The element of this that most illuminates his character, though, is the fact that just like he gives Ash some fruit after winning the Pokemon Orienteering competition, he gives Jessie his prize from this other contest.

Again, I think just being here is its own reward for James - there’s a clear contrast between him leaving material items behind and seeing them as inherently valueless thereafter. It’s not the best mindset to have when you’re supposed to be a criminal, but it’s probably why the Team Rocket trio that chases Ash never actually strays too far into villainous territory. They’re more like annoying friends than dangerous enemies, and I think a lot of that can be attributed to James being able to see the good in people and quietly act on it. He’s also not afraid to act in a louder fashion, either - during the Gloire City Pokemon Showcase Master Class, he cheers for Jessie so chaotically that the people around him actively feel uncomfortable. I don’t think James even knows anybody else is there - he’s laser-focused on supporting his pals, even if they say they’ll treat him to a meal and dump the very expensive bill on him later that same day.

This aspect of James’ character is coherent with how he operates as a trainer, too. He’s not even remotely villainous when it comes to training Pokemon, and regularly gets upset when Giovanni makes him return whatever he’s caught at the end of each season. Also, James has only ever properly battled one of the Pokemon he’s caught - he either rescued or befriended the rest. Hell, he rescued the same Mareanie twice after it got annoyed at him and ran away. He also took a full-powered Tackle from his Inkay after it got brainwashed by a malicious Malamar, and instead of getting annoyed at it, he gave it a croissant and reminded it of the fact they were supposed to be mates. Once things are back to normal, James tries to sneak off without saying goodbye to Inkay because he thinks it looks happy with other wild Pokemon. Inkay chases him down, berates him, says it wants to travel with him, and James, crying, says, “OK, if you’re sure.” He is literally the least villainous bad guy ever. I think that’s why he always gives into the Magikarp salesman’s sleazy ploys. Coupled with his complete disinterest in material gain, it makes sense that James takes useless and potentially mistreated Pokemon from an evidently shady grifter for extortionate prices - he’s probably just subconsciously trying to save them. He even teamed up with Ash one time to battle Jessie and Meowth, his own partners, because there were trying to steal his nan's Pokemon.

I also like that all of James’ Pokemon regularly show him physical affection, but the fact that they’re mostly Grass or Poison types means that this actually hurts him. Cacnea hugs him and drives spikes into his neck in the process. Carnivine, who James rescued as a boy, literally bites James’ head. Victreebel full-on swallows him whole, while Mareania poisons him. Because he knows they’re just trying to be nice and don’t actually mean to hurt him, James doesn’t berate them. He just continues to allow them to do this and treats them just as well as ever.

If you’re still not convinced that James is the best character in Pokemon history, consider this: he can also fly a helicopter and has “drunk enough soda pop to float an aircraft carrier.” Checkmate.


Timeline of the development of Cardiopulmonary Resuscitation

1700s

1740 – Mouth-to-mouth resuscitation was officially recommended for drowning victims by The French Academy of Sciences, (French: Académie des Sciences) in Paris.

1767 – The Society for the Recovery of Drowned Persons became the first organized effort to deal with sudden and unexpected death.

Années 1800

1891 – Dr. Friedrich Maass performed the first equivocally documented chest compression in humans.

1900s

1903 – Dr. George Crile reported the first successful use of external chest compressions in human resuscitation.

1904 – The first American case of closed-chest cardiac massage was performed by Dr. George Crile

1954 – James Elam was the first to prove that expired air was sufficient to maintain adequate oxygenation

When was CPR invented?

1956 – Peter Safar and James Elam invented mouth-to-mouth resuscitation.

1957 – The United States military adopted the mouth-to-mouth resuscitation method to revive unresponsive victims.

1960 – Cardiopulmonary resuscitation (CPR) was developed. The American Heart Association started a program to acquaint physicians with close-chest cardiac resuscitation and became the forerunner of CPR training for the general public.

1963 – Cardiologist Leonard Scherlis started the American Heart Association’s CPR Committee, and the same year, the American Heart Association formally endorsed CPR.

1966 – The National Research Council of the National Academy of Sciences convened an ad hoc conference on cardiopulmonary resuscitation. The conference was the direct result of requests from the American National Red Cross and other agencies to establish standardized training and performance standards for CPR.

1972 – Leonard Cobb held the world’s first mass citizen training in CPR in Seattle, Washington called Medic 2. He helped train over 100,000 people the first two years of the programs.

2000s

2003 – ProCPR launches online CPR course for the first time.

2008 – Hands-Only CPR (or Compression Only CPR) is introduced as a way to get bystanders to provide compressions if they have witnessed an arrest. The goal here is to get people involved.


The Truth Behind Those Rumors That James Hewitt Is Secretly Prince Harry's Dad

This is Prince Harry, AKA Henry Charles Albert David, fifth in line to the British royal throne, and youngest son of Prince Charles and Princess Diana:

But due to the fact that people love themselves a conspiracy theory, Harry's paternity has been called into question over the years by people who believe that his réel father is Princess Diana's riding instructor, a man named James Hewitt. AKA this handsome gent:

Conspiracy theorists often point to the fact that both Harry and Hewitt have red hair, and also the fact that they look, ummmmm, basically the exact same. So let's unpack this thing, shall we?

THE AFFAIR

It's a fact that in 1986, just two years after Prince Harry was born, Princess Diana started an affair with Hewitt the Horse Whisperer&mdashwhich went on for five years. Princess Diana herself admitted that she and Hewitt had an affair during a BBC Panorama program in 1995.

Meanwhile, Hewitt mused in an interview, "It was never her intention to fall in love with me, and it was certainly not my intention to fall in love with Diana, but it happened because of the circumstances throwing us together. [. ] It's very difficult to say how physical she wanted the relationship to become. And I'm not going to suggest one way or the other whose fault it was, it developed and it was mutual."

If you're in need of more receipts, meet Diana's former body guard Ken Wharfe&mdashwho wrote in his book Diana: Closely Guarded Secret that "The pair usually met at an old cottage in Devon belonging to Shirley, Hewitt&rsquos mother, where the creaking bedroom floorboards told the story more loudly than any confession."

For what it's worth, Hewitt and Diana seemed very much in love, and the man himself says that they dreamed of being able to spend the rest of their lives together before breaking up after news of the affair worked its way into the media. "Although neither of us said anything I think both of us realized the situation was impossible," Hewitt explained. "It was more and more obvious to me that she wanted to finish the relationship. it just fizzled out."

THE PHOTO EVIDENCE

Please prepare your eyeballs because everything you thought you knew about Prince Harry's parentage is about to be called into question.

Exhibit A: Here is Hewitt playing polo at age 33 in 1991 (the exact same age that Harry is today) and Harry playing the game last year.

Exhibit B: By comparison, here's Prince Charles playing Polo, also in his thirties:

Exhibit C: This is Prince Harry and Hewitt side-by-side sporting very similar facial features:

Exhibit D: And this is Prince Harry side-by-side with Prince Charles:

THE DENIALS

While the royal family generally lives by the motto "never complain, never explain," there have been concerted efforts to shut down rumors about Harry's parentage over the years.

1. In 2002, Hewitt told the Sunday Mirror, "There really is no possibility whatsoever that I am Harry's father. I can absolutely assure you that I am not. Admittedly the red hair is similar to mine and people say we look alike. I have never encouraged these comparisons and although I was with Diana for a long time I must state once and for all that I'm not Harry's father. When I met Diana, he was already a toddler."

2. In 2002, Diana's bodyguard Ken Wharfe wrote in his book Diana: Closely Guarded Secret, "The malicious rumors that still persist about the paternity of Prince Harry used to anger Diana greatly. The nonsense should be scotched here and now. Harry was born on 15 September 1984. Diana did not meet James until the summer of 1986, and the red hair, gossips so love to cite as proof is, of course, a Spencer trait."

3. In 2017, Hewitt went on an Australian TV show and shot down the rumors yet again, saying, "It's worse for [Harry than it is for me], probably, poor chap."

4. In 2017, Diana's butler Paul Burrell said, "I never heard any of the Royal Family discussing James Hewitt being Harry&rsquos dad because we knew the truth. It&rsquos something that&rsquos been made up. It was just because Harry had red hair, but all the Spencers have red hair."

THE VERDICT

Okay, so no, Prince Harry is almost certainly ne pas Hewitt's son&mdashdespite the striking physical resemblance. And while their twinning vibes do have us positively shewk, please note that Royal biographer Penny Junor claimed that back in 2003 the News of The World tested Prince Harry's hair (take this with a huge grain of salt) and the test was negative. "The News of the World even had strands of Harry&rsquos hair DNA-tested in February 2003," Juror wrote. "And if Harry had been shown to be James Hewitt&rsquos son, you can be sure we&rsquod have known."


Daniel “Chappie” James, Jr. (1920-1978)

Daniel “Chappie” James, Jr. was born February 11, 1920 to parents Daniel and Lilly Anna James of Pensacola, Florida. As a young man growing up in the Deep South during the era of Jim Crow, he experienced racism first hand and resolved to overcome discrimination and to excel. James graduated from Pensacola’s Washington High School in 1937. In September 1937 he enrolled in Tuskegee Institute in Alabama. James graduated from Tuskegee with a Bachelor of Science degree in physical education in 1942. He learned to fly at Tuskegee as well and completed Civilian Pilot Training during his senior year. It was also in Tuskegee that James met his wife Dorothy Watkins. They were married on the Tuskegee campus on November 3, 1942.

Having shown great skill as a pilot, James obtained a job at Tuskegee as a civilian instructor for the Army Air Corps Aviation Cadet program. He trained other pilots until January 1943 when he entered the cadet program himself. James was commissioned as second lieutenant in the Army Air Corps in July 1943. During the next six years he completed fighter pilot combat training as well as bomber pilot combat training and was stationed at various bases in the United States.

James’ first assignment outside the United States came in September 1949 when he was assigned to Clark Field in the Philippines as the flight leader for the 12th Fighter-Bomber Squadron, 18th Fighter Wing. But it was in 1950, when hostilities broke out in Korea, that he first experienced combat. Between July 1950 and July 1951 he flew 101 missions over Korea and became part of the first generation of jet combat pilots.

James returned to the U.S. after his year in Korea and over the next two decades rose quickly through the ranks of the United States Air Force. He graduated from the U.S. Air Command and Staff College in 1957. James returned to combat during the Vietnam War and flew 78 missions between 1966 and 1967. In 1969, he was given the command of Wheelus Air Force Base in Libya. One year later, in March 1970, James was promoted to Brigadier General and became the Deputy Assistant Secretary of Defense and assigned to the Pentagon. James was promoted to Lieutenant General in 1974 and was assigned to Scott Air Force Base in Illinois as Vice Commander of the Military Airlift Command.

On September 1, 1975, Daniel James, Jr. became the highest ranking black officer in the history of the United States military when he was named Commander of the North American Air Defense Command (NORAD) in Colorado and promoted to the rank of Four-Star General. He would retain this command until his retirement on February 1, 1978. General James, a member of Kappa Alpha Psi Fraternity, died less than a month later on February 25, 1978.


Organized Basketball

As the game of basketball spread throughout the country and the world, teams began forming at places like the YMCA. Outside of the YMCA clubs, several basketball leagues also began to form. The first professional league was formed in 1898. It consisted of 6 teams and was called the National Basketball League. The league was eventually abandoned in 1904.

There were also organized teams that played exhibition games, traveling from town to town and often playing the same team or local organized teams. It was similar to how a circus often traveled from town to town performing for the local spectators. The Original Celtics were one such team.

The Original Celtics were considered the “fathers of basketball”. They traveled from town to town playing games and were considered world champions of basketball. They were not related to the NBA’s Boston Celtics. They were popular from 1922 – 1928 well before the Boston Celtics were founded in 1946.

The Rens (also known as the New York Renaissance of Harlem or the Big Five) were the first all African American basketball team. The team was formed in 1923 and they were often the opponents of the Original Celtics. They were one of the best teams of the era and won the first national basketball championship, the World Professional Basketball Tournament in Chicago.

There were a number of professional basketball leagues through the years, but in 1946 the Basketball Association of America (BAA) was founded and in 1949 it merged with the National Basketball League (NBL) and became the National Basketball Association or NBA. The NBA continued to grow and is the most popular professional basketball league in the world today.

Colleges began to field teams as early as 1893. They typically played against YMCA and other community teams. The first game between two colleges was played in 1895 between Hamline University and Minnesota A&M. In 1905 the Basketball Rules Committee was created for college basketball. This was later absorbed into the National Collegiate Athletic Association (NCAA) which formed in 1909. The popularity of college basketball grew exponentially after the first NCAA Basketball tournament was played in 1939.

While the game of basketball was gaining steam in the United States, Europe was taking note, fielding teams and playing games against American clubs. By 1932 FIBA, or the International Basketball Federation, was created to coordinate and organize international tournaments. FIBA was instrumental in the inclusion of basketball in the 1936 Berlin Olympic Games. The U.S. National team took the gold medal in basketball’s Olympic debut.


Our History

1920’s Auburn Police Force, photo taken in front of the Town Hall First Badge – Auburn Police Dept 1940 Chief’s Badge 1940 Patrolman Badge
1940’s Auburn Police Station on Vine Street 1940’s era Blue Mass at Saint Josephs Church, Auburn 1945 – Re-election for Constable Ernest R. Arnold 1955 APD Cruiser / Ambulance – Officer Munger Sgt Morris O’Brien
1956 Dodge Seirra Police Wagon in front of the Police Station on Vine Street 1957 – Worcester Telegram & Gazette – 5 policemen hired Patrolman Roy Anderson 1968 – Rookie Officer fresh out of the US Air Force
1969 – APD Officers 1969 – Far Left, Patrolman John Gonyea, Far Right Patrolman Carl Johnson 1969 – APD Officers 1969 – APD Officers
1969 – Auburn First Radar Gun 1969 – Typewritter Bust 1971 – Patrolman Ray Proctor 1972 – Sgt Thomas A. Mancuso
April 23, 1975 – First Motorcycle Unit Patrolman Robert Stuart Patrolman James Brennan Sergeant Edward Sullivan – 1979
Auburn PD – Southbridge Street Auburn PD – Southbridge Street Sergeant Edward Sullivan working the desk 1983 – Auburn Police
Funeral Procession for Officer Stephen Lukas End of Watch 01/01/86 Dedication of Patrolman Stephen A. Lukas Memorial Highway 1989 – Police Cadet Brian Kennedy Patrolman Carl Johnson featured in the Telegram & Gazzete 1991
Officer Donna Fisher in the new K5 4ࡪ Police Blazer Patrolman Brian Lauzon Patrolman Michael C. Jedrzynski Chief Ronald Miller
Chief Ronald Miller being interviewed by Victoria Block, Channel 7 News, Boston er Mark Bruso, Chief Ronald Miller, Officer David Groccia Officer Brian Kennedy with Officer Jay Johnson Officer Brian Kennedy
Officer Andrew Sluckis, Trooper David Wilson and Officer Mark Bruso in the Background Officer Paul Almstrom Officer John Kelleher and Officer Erik Snay “PROUD” Officer Jeffrey A. Lourie
Officer Erik T. Snay, Processing in the Booking Room Sgt Richard Mills along with Reconstructionist MSP Trooper David Wilson er Brian Kennedy & Officer Paul Lombardi, Charity Football Game Graduation Ceremony Officer Tod Hammond and Officer Kenneth Charlton
2001 – Officer Rick Rossi Detective Eric K. Dyson Sr, Arson Investigation 2006 – Officer James Lyman and Detective Eric Dyson – Arson Investigation Chief William Stone
September 27, 2008 Graduation of Officer’s John MacLean, Stephanie Segur, Bryan Porcaro, Joseph Padden and Anthony Donahue Worcester Police Officer Timothy Segur badge pinning of sister Stephanie 󈬴SS” Sgt’s Kenneth Charlton, Richard Mills and Lt. Mark Maass, Attending the Graduation Ceremony, MSP Academy 2013 – Detective James R. Lyman Jr. Plowing out the historic snow storm “Nemo”
School Resource Officer Brian Kennedy Officer Luis Santos Officer James Ljungren and Officer cp30 Explosive Detection Canine Officer “Tuff”
Officer James Ljungren and Canine Officer “Tuff” 2014 – Officer’s Heath Picard and Matt Laskas fireworks detail 2014 – Liquor Law Violation Sting, serving to minors – Chief Andrew J. Sluckis Jr. & Det. Sgt. Richard S. Mills at Selectmans Meeting Sergeant Jay Johnson Last Day on the Job !!
Sgt. Jay Johnson – Retirement Party and Making Mends with AFD Life Saving Award, Officer Brian Kennedy presented by Detective Eric Dyson at the MCOP Convention, 2014 APD 3-11 shift 1980’s – Reserve Officer Joseph Ruby, Sgt William Perron , Sgt Dennis Johnson and Officer James Brennan 2015 – Detail season starts up in the Town of Auburn on Rte 20, Officers Courchain and Tarentino
2015 – APA 5K Run with Officer’s MacLean and Chipman with Boston Strong hero “Carlos Arredondo” 2015 – MA Elks Assoc. President Mark W. Cronin, Officer Daniel Dyson, Officer Brian Kennedy, Officer Luis Santos and MA Elks Assoc. Public Safety Coordinator Sean McArdle. 2015 – Officers Brandon Starkus, Daniel Lamoureux, Gregg Wildman, Anthony Donahue paying respect for NYPD Officers Wenjian Liu and Rafael Ramos 01/01/2016 – Patrolman Stephen A. Lukas 30th year anniversary wreath ceremony presented by Detective James R. Lyman Jr.
01/01/2016 Patrolman Stephen A. Lukas Memorial with Officer’s Luis W. Santos & Tod J. Kuchnicki Officer Ronald Tarentino Jr. May 22, 2016 – E.O.W. “Tarentino Strong” 2016 – Officer Randall Hawley
08/24/2016 Lieutenant Todd Lemon swearing in ceromony with family 11/29/2016 Sergeant Justin Starkus swearing in ceromony 04/29/2017 Officer Keith Chipman 05/06/2017 – U. S. Parks Police Mounted Unit introduces their newest horse “Tarentino Strong”
2017 – Auburn PD representing during Police Week DC 2017 – Detective Sergeant Richard Mills press release – Suspect Found With Gun, Drugs in Vehicle Following Chase 06/01/2017 – Tarentino Strong (aka “Tino”) is continuing his training with the US Park Police as he gets closer to being ready to serve the public. 10/26/2017 – Officers Luis Santos and John MacLean were honored by the MA Police Assoc, receiving the Medal of Merit for their actions in a felony arrest.
07/20/2018 – Today we said goodbye to the Chief’s Secretary, Cindy Granger after 32 years of service to our Department. 08/06/2018 – Penny Ryan as she starts her first day on the job as Auburn’s new Public Safety Communications Director. 09/14/2018 – 80SK Officer Steven Koopman @ SPMA8 Graduation 09/14/2018 – 82DL Officer David Ljunggren @ SPMA8 Graduation
10/31/2018 – Halloween Ride Officer Christopher Raymond 2018 – Auburn Tree Lighting with Elf, LT Harrigan, Santa, Det Lyman and SRO Kennedy 12/20/2018 – Chief Sluckis presented Officer J. P. MacLean with the Meritorious Service Medal today for actions taken during a 2017 apprehension of a fleeing felon in possession of a stolen firearm. 05/14/2019 – Ronald Tarentino III was sworn in as a part-time Dispatcher this morning. We are thrilled to have Ronnie as part of the Communications team.
06/03/2019 – Detective Chipman will replace our senior detective, Detective Vin Ross, when he retires in early August. 07/04/2019 – Fireworks Saferty by Auburn’s Finest Detective’s Chipman, Dyson and Lyman. 08/16/2019 – District Attorney Joseph Early awarding 37+ Years of Law Enforcement Merit to Detective Vincent Ross retirement ceremony. 09/04/2019 – Officer Stephanie Hayward on her promotion to Provisional Sergeant.
01/15/2020 – Officer Derek Courchaine completed his training in the collection of scientific evidence for criminal investigations at the University of Rhode Island. 2020 – COVID 19 Pandemic 6/29/2020 – Officer Tod Kuchnicki was sworn in today at town hall as Provisional Sergeant. 8/03/2020 – Newest members of the Auburn Police Department. Patrolman Tyler Bresse and Patrolman Matthew Rodwill


Voir la vidéo: The Surprising Power of Small Habits. James Clear. SNAPS Leadership Conference (Janvier 2022).