Podcasts sur l'histoire

Critique : tome 26

Critique : tome 26

  • Biographie
  • Ancien monde
  • Philosophie
  • Première Guerre mondiale
  • Histoire militaire
  • Assassinat de John F. Kennedy

Télécharger maintenant!

Nous vous avons permis de trouver facilement un ebook PDF sans creuser. Et en ayant accès à nos ebooks en ligne ou en les stockant sur votre ordinateur, vous avez des réponses pratiques avec Time Of The Picts A Time Travel Romance Dunskey Castle Book 5 . Pour commencer à trouver Time Of The Picts A Time Travel Romance Dunskey Castle Book 5, vous avez raison de trouver notre site Web qui contient une collection complète de manuels répertoriés.
Notre bibliothèque est la plus grande d'entre elles qui compte littéralement des centaines de milliers de produits différents.

Enfin, je reçois cet ebook, merci pour tous ces Time Of The Picts A Time Travel Romance Dunskey Castle Book 5 que je peux obtenir maintenant !

Je ne pensais pas que cela fonctionnerait, mon meilleur ami m'a montré ce site, et c'est le cas ! Je reçois mon eBook le plus recherché

wtf ce grand ebook gratuitement ?!

Mes amis sont tellement fous qu'ils ne savent pas comment j'ai tous les ebooks de haute qualité qu'ils n'ont pas !

Il est très facile d'obtenir des ebooks de qualité)

tant de faux sites. c'est le premier qui a fonctionné ! Merci beaucoup

wtffff je ne comprends pas ça !

Sélectionnez simplement votre bouton de clic puis de téléchargement et remplissez une offre pour commencer à télécharger l'ebook. S'il y a un sondage, cela ne prend que 5 minutes, essayez n'importe quel sondage qui vous convient.


Partager

Résumé

Windhoek est la capitale de la Namibie avec une population de 223 000 habitants, dont 26 pour cent vivent dans des quartiers informels. Malgré cette ampleur des besoins, les expériences de la dernière décennie ont démontré aux citadins pauvres, aux responsables municipaux et aux politiciens qu'il est possible d'obtenir des améliorations. La nouvelle politique de Windhoek pour l'accès à la terre et au logement est maintenant promue par un réseau d'ONG et d'organisations locales dans toute l'Afrique australe. Cet article traite de la politique et des processus par lesquels elle a émergé. Le document examine également brièvement certains problèmes émergents au cours des deux premières années de mise en œuvre.

BAHAROGLU, D. (2002), World Bank Experience in Land Management and the Debate on Tenure Security (Urban and Local Government Background Series No. 16), Washington, Banque mondiale.

BECKER, F. et BERGDOLT, A. (2001), « Gestion de l'étalement urbain à Windhoek : formations problématiques de l'approvisionnement en eau potable et du développement du logement » dans MC Mulenga (éd.), Actes du Symposium international sur le gouvernement, la gouvernance et les territoires urbains en Afrique australe, Lusaka, Zambie, Lusaka, Université de Zambie, 135-54. « Gestion de l'étalement urbain à Windhoek : formations problématiques de l'approvisionnement en eau potable et du développement du logement » Actes du Symposium international sur le gouvernement, la gouvernance et les territoires urbains en Afrique australe, Lusaka, Zambie 135 54

CHRISTENSEN, S. F. avec WERNER, W. et DAHL HOJGAARD, P. (1999), Innovative Land Surveying and Land Registration in Namibia (DPU Working Paper No. 93), Londres, Development Planning Unit, University College.

VILLE DE WINDHOEK (2000), Politique d'accès à la terre et au logement, Windhoek, Ville de Wndhoek.

VILLE DE WINDHOEK (2001), Stratégie de développement et de modernisation, Windhoek, Ville de Windhoek.

VILLE DE WINDHOEK (2004a), Développement et planification de la ville http://www.windhoekcc.org.na

VILLE DE WINDHOEK (2004b), Statistiques utiles de l'enquête des résidents de 1995, Windhoek, City Development and Planning http://www.windhoekcc.org.na

DURAND-LASSERVE, A. en collaboration avec BAGRE, A., GUEYE, M. et TONATO, J. (2002), « Évolutions et tendances actuelles : Bénin, Burkina Faso et Sénégal » in G. Payne (dir.), Land Droits et innovations : Améliorer la sécurité foncière pour les pauvres des villes, Londres, ITDG Publishing, 114–35. « Changements et tendances actuels : Bénin, Burkina Faso et Sénégal » Droits fonciers et innovations : Améliorer la sécurité foncière pour les pauvres en milieu urbain 114 35

DURAND-LASSERVE, A. et ROYSTON, L. (2002a) (eds), Tenir leur terrain : une tenure sûre pour les pauvres en milieu urbain dans les pays en développement, Londres, Earthscan.

DURAND-LASSERVE, A. et ROYSTON, L. (2002b), « Tendances internationales et contextes nationaux : de la régularisation foncière à la sécurité foncière », in Durand-Lasserve et Royston (éds), 1–35. Tendances internationales et contextes nationaux : de la régularisation foncière à la sécurité foncière 1 35

KANJI, N., BRAGA, C. et MITULLAH, W. (2002), Promouvoir les droits fonciers en Afrique : Comment les ONG font-elles la différence ? , Londres, Institut international pour l'environnement et le développement. Promouvoir les droits fonciers en Afrique : comment les ONG font-elles la différence ?

KIOE-SHENG, Y. (1994), The Million Houses Program in Sri Lanka (RRA Notes No. 21, Special Issue on Participatory Tools and Methods in Urban Areas), Londres, Institut international pour l'environnement et le développement.

LINCOLN INSTITUTE OF LAND POLIGY (2002), Access to Land by the Urban Poor (2002 Annual Roundtable), Cambridge, MA, Lincoln Institute of Land Policy.

MITLIN, D. (1996) (éd.), Housing Finance and Resource Mobilization: Recent Innovations (rapport d'atelier), Londres, Institut international pour l'environnement et le développement/Coalition internationale Habitat.

MRLGH (MINISTÈRE DE L'ADMINISTRATION RÉGIONALE ET LOCALE ET DU LOGEMENT) (1998), Programme national de logement construit ensemble : directives de mise en œuvre (révision de juillet 1998), Windhoek, MRLGH.

NHAG (NAMIBIA HOUSING ACTION GROUP) (2001), Informations recueillies dans 15 zones urbaines de Namibie par la Shack Dwellers' Federation of Namibia, Windhoek, NHAG.

NHAG (NAMIBIA HOUSING ACTION GROUP) (2003), Annual Activity Report, Windhoek, NHAG.

NHC (COMITÉ NATIONAL DE L'HABITAT) (2002), Plan d'action national novembre 2002, Windhoek, MRLGH.

PATEL, S., BURRA, S. ET D'CRUZ, C. (2001), 'Shack/Slum Dwellers International foundations to treetops', Environment and Urbanization , 13, 45-60. Shack/Slum Dwellers Des fondations internationales à la cime des arbres Environnement et urbanisation 13 45 60

PAYNE, G. (2002a), 'Introduction' dans Payne (éd.), 3-22. Présentation 3 22

PAYNE, G. (2002b) (éd.), Droits fonciers et innovations : Améliorer la sécurité foncière pour les pauvres en milieu urbain, Londres, ITDG.

PEYROUX, E. (2001), 'Political logic and territorial change in Windhoek (Namibia)' in MC Mulenga (ed.), Actes du Symposium international sur le gouvernement, la gouvernance et les territoires urbains en Afrique australe, Lusaka, Zambie, Lusaka, Université de Zambie, 195-210. 'Logique politique et changement territorial à Windhoek (Namibie)' Actes du Symposium international sur le gouvernement, la gouvernance et les territoires urbains en Afrique australe, Lusaka, Zambie 195 210

SIMON, D. (1985), « Indépendance et transformation sociale : planification, problèmes et priorités pour la Namibie », Third World Planning Review, 7, 99–118. Indépendance et transformation sociale : planification, problèmes et priorités pour la Namibie Third World Planning Review 7 99 118

SIMON, D. (1991), 'Windhoek: desegregation and change in the capital of South Africa's erstwell colonie' in A. Lemon (ed.), South Africa's Segregated Cities, Bloomington, Indianapolis et Cape Town, Paul Chapman et David Philip. Windhoek : déségrégation et changement dans la capitale de l'ancienne colonie sud-africaine South Africa's Segregated Cities

SIVAM, A. et EVANS, D. (2001), 'Améliorer le flux de terrains de service dans les marchés du logement formels des pays moins développés', Third World Planning Review, 23, 367-86. Améliorer le flux de terrains de service sur les marchés formels du logement des pays moins développés Third World Planning Review 23 367 86

NATIONS UNIES (1998), Rapport sur le développement humain 1998, Oxford, Oxford University Press.

NATIONS UNIES (2001), World Urbanization Prospects: The 1999 Revision, New York, Nations Unies.

NATIONS UNIES (2002), Rapport sur le développement humain 2002, Oxford, Oxford University Press.

URBAN DYNAMICS (2001), Plan de développement et étude de faisabilité pour le projet de développement proposé d'Otjomuise, Windhoek, Urban Dynamics.


Critique : Tome 26 - Histoire

À Kiribati, contrairement à la plupart des pays, des nombres élevés et croissants de cas de lèpre ont été signalés malgré la disponibilité d'une polychimiothérapie et les efforts visant à améliorer le dépistage et la prise en charge des cas. Les dossiers historiques montrent que 28 cas avaient été identifiés en 1925. Une enquête systématique de la population en 1997 a identifié 135 nouveaux cas, le taux d'incidence moyen pour 1993-1997 était de 7,4/10 000 habitants. Après avoir administré une chimioprophylaxie de masse, le pays a atteint le seuil d'élimination (prévalence <1/10 000), mais le nombre de cas a rebondi. Le taux annualisé moyen de nouveaux cas en 2013-2017 était de 15/10 000 habitants, avec les taux de nouveaux cas les plus élevés (>20/10 000 habitants) dans les principaux centres de population de South Tarawa et Betio. La propagation devrait se poursuivre dans les zones où le surpeuplement et les mauvaises conditions socio-économiques persistent et pourrait s'accélérer à mesure que le niveau de la mer augmente en raison du changement climatique. De nouvelles initiatives pour améliorer les conditions sociales sont nécessaires, et des efforts tels que la chimioprophylaxie post-exposition doivent être mis en œuvre pour empêcher la propagation.

EID Chambers ST, Ioteba N, Timeon E, Rimon E, Murdoch H, Green J, et al. Surveillance de la lèpre à Kiribati, 1935-2017. Emerg Infect Dis. 202026(5) :833-840. https://doi.org/10.3201/eid2605.181746
AMA Chambers ST, Ioteba N, Timeon E, et al. Surveillance de la lèpre à Kiribati, 1935-2017. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :833-840. doi:10.3201/eid2605.181746.
APA Chambers, S.T., Ioteba, N., Timeon, E., Rimon, E., Murdoch, H., Green, J. Priest, P. (2020). Surveillance de la lèpre à Kiribati, 1935-2017. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 833-840. https://doi.org/10.3201/eid2605.181746.

Une épidémie de 3 mois de groupe invasif A Streptocoque maladie dans un établissement de soins aux personnes âgées, dans laquelle 5 personnes sont décédées, était biphasique. Bien que la chimioprophylaxie ciblée ait contenu l'éclosion initiale, une deuxième phase de l'éclosion s'est produite après la fin des processus de contrôle de l'infection. Pour étudier rétrospectivement l'épidémiologie génomique de l'épidémie biphasique, nous avons utilisé le séquençage du génome entier et de multiples approches bioinformatiques. L'analyse des isolats de l'éclosion et des isolats collectés de manière prospective pendant la riposte à l'éclosion a indiqué un seul S. pyogène euh81 clones parmi les résidents et les membres du personnel. Les isolats d'éclosion différaient des non-éclosions euh81 isolats en abritant un élément génomique conjugatif intégratif qui contenait le déterminant de résistance aux macrolides euh(TR). Cette étude montre comment des investigations génomiques rétrospectives à haute résolution ont identifié la propagation rapide d'une épidémie clonale en établissement fermé qui a été contrôlée, mais pas facilement éliminée, par des procédures de gestion de contrôle des infections.

EID Worthing KA, Werno A, Pink R, McIntyre L, Carter GP, Williamson DA, et al. Éclosion biphasique de la maladie invasive à streptocoque du groupe A dans un établissement de soins aux personnes âgées, en Nouvelle-Zélande. Emerg Infect Dis. 202026(5):841-848. https://doi.org/10.3201/eid2605.190131
AMA Worthing KA, Werno A, Pink R, et al. Éclosion biphasique de la maladie invasive à streptocoque du groupe A dans un établissement de soins aux personnes âgées, en Nouvelle-Zélande. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):841-848. doi:10.3201/eid2605.190131.
APA Worthing, K. A., Werno, A., Pink, R., McIntyre, L., Carter, G. P., Williamson, D. A. Davies, M. R. (2020). Éclosion biphasique de la maladie invasive à streptocoque du groupe A dans un établissement de soins aux personnes âgées, en Nouvelle-Zélande. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 841-848. https://doi.org/10.3201/eid2605.190131.

La fièvre récurrente à tiques (TBRF) est causée par des spirochètes de Borrelia bactéries. Nous avons collecté des données sur tous les cas de TBRF dans une zone d'endémie TBRF dans le sud-ouest de l'Espagne entre 1994 et 2016. Nous avons analysé les données de 98 patients chez lesquels la TBRF a été diagnostiquée par microscopie optique et analysé la relation entre les données climatiques et l'incidence de la TBRF. La plupart des cas se sont produits en milieu rural pendant l'été et l'automne. Nous décrivons les caractéristiques démographiques, épidémiologiques, cliniques et analytiques, le traitement et l'occurrence de la réaction de Jarisch-Herxheimer. La plupart des patients avaient de la fièvre et des maux de tête, et les résultats des tests de laboratoire comprenaient une élévation de la protéine C réactive, une thrombocytopénie et une neutrophilie. Aucun patient n'est décédé, mais 10,1 % ont eu une réaction de Jarisch-Herxheimer. B. hispanique était l'espèce infectante dans 12 cas avec des résultats de PCR. Souvent, les cliniciens ne soupçonnent pas la TBRF car les signes et les symptômes cliniques varient. Par conséquent, elle est probablement sous-diagnostiquée, même dans les zones d'endémie.

EID Domínguez M, Vergara S, Gómez M, Roldán M. Épidémiologie de la fièvre récurrente à tiques dans la zone endémique, Espagne. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 849-856. https://doi.org/10.3201/eid2605.190745
AMA Domínguez M, Vergara S, Gómez M, et al. Épidémiologie de la fièvre récurrente transmise par les tiques en zone endémique, Espagne. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 849-856. doi : 10.3201/eid2605.190745.
APA Domínguez, M., Vergara, S., Gómez, M., & Roldán, M. (2020). Épidémiologie de la fièvre récurrente transmise par les tiques en zone endémique, Espagne. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 849-856. https://doi.org/10.3201/eid2605.190745.

Envahissant Cronobacter les infections chez les nourrissons sont associées à de graves troubles neurologiques et à la mort. De bonne heure Cronobacter les rapports portaient généralement sur les nourrissons hospitalisés et prématurés et reconnaissaient les préparations en poudre pour nourrissons (PIF) contaminées comme vecteur de transmission. Pour clarifier l'épidémiologie récente, nous avons examiné tous les cas d'infection sanguine ou de méningite chez les nourrissons qui ont été signalés aux Centers for Disease Control and Prevention et dans la littérature (1961-2018 n = 183). La plupart des nourrissons étaient des nouveau-nés (100/150 [67 %]), 38 % (42/112) sont décédés et 79 % (81/102) avaient signalé une consommation récente de PIF. Au cours du dernier trimestre de la période d'étude (2004-2018), le nombre de cas était significativement plus élevé (moyenne mondiale 8,7 cas/an) parmi les cas américains, des proportions significativement plus élevées se sont produites chez les patients à terme (56 % [27/48]) et non hospitalisés. (78% [42/54]) nourrissons. Une contamination par PIF, le plus souvent à partir de conteneurs ouverts, a été identifiée dans 30 % (21/71) des enquêtes. Nos résultats réaffirment la nécessité de promouvoir des alternatives plus sûres pour l'alimentation des nourrissons, en particulier chez les nouveau-nés.

EID Strysko J, Cope JR, Martin H, Tarr C, Hise K, Collier S, et al. Sécurité alimentaire et infections invasives à Cronobacter pendant la petite enfance, 1961-2018. Emerg Infect Dis. 202026(5):857-865. https://doi.org/10.3201/eid2605.190858
AMA Strysko J, Cope JR, Martin H, et al. Sécurité alimentaire et infections invasives à Cronobacter pendant la petite enfance, 1961-2018. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 857-865. doi:10.3201/eid2605.190858.
APA Strysko, J., Cope, J.R., Martin, H., Tarr, C., Hise, K., Collier, S. Bowen, A. (2020). Sécurité alimentaire et infections invasives à Cronobacter pendant la petite enfance, 1961-2018. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 857-865. https://doi.org/10.3201/eid2605.190858.

Candida auris est un pathogène fongique émergent qui est généralement résistant au fluconazole et est connu pour provoquer des épidémies associées aux soins de santé. Nous avons revu rétrospectivement 28 patients qui avaient > 1 culture positive pour C. auris au sein d'un système de santé multisite dans l'Illinois, aux États-Unis, de mai 2018 à avril 2019. Douze de ces patients ont été hospitalisés pour C. auris infections 10 (83 %) répondaient aux critères de succès clinique, définis comme l'absence de mortalité toutes causes confondues, C. auris récidive et réadmission liée à l'infection à 30 jours de la première culture positive. Les 2 autres patients (17 %) sont décédés dans les 30 jours. La plupart des patients (92 %) ont été traités empiriquement par micafungine. Quatre (14 %) des 28 isolats totaux étaient résistants au fluconazole, 1 (3,6 %) était résistant à l'amphotéricine B et 1 (3,6 %) était résistant aux échinocandines. Nos résultats décrivent de faibles taux de résistance aux antifongiques et des résultats cliniques favorables pour la plupart des C. auris les patients.

EID Arensman K, Miller JL, Chiang A, Mai N, Levato J, LaChance E, et al. Résultats cliniques des patients traités pour des infections à Candida auris dans un système de santé multisite, Illinois, États-Unis. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 876-880. https://doi.org/10.3201/eid2605.191588
AMA Arensman K, Miller JL, Chiang A et al. Résultats cliniques des patients traités pour des infections à Candida auris dans un système de santé multisite, Illinois, États-Unis. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 876-880. doi:10.3201/eid2605.191588.
APA Arensman, K., Miller, J. L., Chiang, A., Mai, N., Levato, J., LaChance, E. Dela Pena, J. (2020). Résultats cliniques des patients traités pour des infections à Candida auris dans un système de santé multisite, Illinois, États-Unis. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 876-880. https://doi.org/10.3201/eid2605.191588.

En 2016, quatre groupes de transmission locale du virus Zika transmis par les moustiques ont été identifiés dans le comté de Miami-Dade, en Floride, aux États-Unis, générant des « zones rouges » (zones dans lesquelles les femmes enceintes étaient déconseillées de voyager). La division de lutte contre les moustiques du comté de Miami-Dade a lancé des activités de lutte intensives, notamment des inspections de propriétés, une éducation communautaire et des applications de pulvérisateurs manuels de larvicides et d'adulticides. Pour la première fois, la Division de la lutte contre les moustiques a utilisé une combinaison d'adulticides à très faible volume et de pulvérisation de larvicides à faible volume pour lutter efficacement Aedes aegypti les moustiques, le principal vecteur du virus Zika dans le comté. Le nombre de moustiques a rapidement diminué et la transmission du virus Zika a été interrompue dans les zones rouges immédiatement après la combinaison de pulvérisations d'adulticides et de larvicides.

EID McAllister JC, Porcelli M, Medina JM, Delorey MJ, Connelly C, Godsey MS, et al. Activités de lutte contre les moustiques lors de la transmission locale du virus Zika, comté de Miami-Dade, Floride, États-Unis, 2016. Emerg Infect Dis. 202026(5):881-890. https://doi.org/10.3201/eid2605.191606
AMA McAllister JC, Porcelli M, Medina JM, et al. Activités de lutte contre les moustiques lors de la transmission locale du virus Zika, comté de Miami-Dade, Floride, États-Unis, 2016. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):881-890. doi: 10.3201/eid2605.191606.
APA McAllister, J.C., Porcelli, M., Medina, J.M., Delorey, M.J., Connelly, C., Godsey, M.S. Vasquez, C. (2020). Activités de lutte contre les moustiques lors de la transmission locale du virus Zika, comté de Miami-Dade, Floride, États-Unis, 2016. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 881-890.https://doi.org/10.3201/eid2605.191606.
Recherche

La blastomycose est une maladie systémique causée par Blastomyces spp. champignons. Pour déterminer son épidémiologie dans le Minnesota où la blastomycose est endémique, aux États-Unis, nous avons évalué tous les cas signalés aux responsables de la santé publique entre 1999 et 2018. Nous nous sommes concentrés sur le délai de diagnostic, les activités d'exposition et le lieu d'exposition. Un total de 671 cas et une médiane de 34 cas/an ont été signalés. Le délai médian jusqu'au diagnostic était de 31 jours. 61 % des patients n'ont pas été testés pour la blastomycose jusqu'à ce qu'ils soient hospitalisés. Le taux de létalité était de 10 % et les patients décédés étaient 5,3 fois plus susceptibles d'avoir un problème médical concomitant. Les activités de plein air et l'exposition au sol ont été signalées par de nombreux patients, mais aucune activité ou exposition spécifique n'était commune à la plupart. Près d'un tiers des patients ont probablement été exposés dans des zones géographiques autres que leur pays d'origine. Les prestataires doivent envisager des étiologies alternatives pour les patients atteints de pneumonie ne répondant pas au traitement antibactérien, et les responsables de la santé publique doivent accroître la sensibilisation dans les zones d'endémie de la blastomycose.

EID Ireland M, Klumb C, Smith K, Scheftel J. Blastomycosis au Minnesota, États-Unis, 1999-2018. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 866-875. https://doi.org/10.3201/eid2605.191074
AMA Ireland M, Klumb C, Smith K, et al. Blastomycose au Minnesota, États-Unis, 1999-2018. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 866-875. doi:10.3201/eid2605.191074.
APA Ireland, M., Klumb, C., Smith, K., & Scheftel, J. (2020). Blastomycose au Minnesota, États-Unis, 1999-2018. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 866-875. https://doi.org/10.3201/eid2605.191074.

Diverses interventions pour les marchés de volailles vivantes (LPM) ont vu le jour pour contrôler les épidémies de virus de la grippe aviaire A(H7N9) en Chine continentale depuis mars 2013. Nous avons évalué l'efficacité de diverses interventions LPM dans la réduction de la transmission du virus H7N9 sur 5 vagues annuelles au cours de 2013- 2018, surtout dans la dernière vague. À l'exception des vagues 1 et 4, diverses interventions de LPM ont considérablement réduit les taux d'incidence quotidiens d'une vague à l'autre. Quatre interventions de LPM ont conduit à une réduction moyenne de 34 % à 98 % du nombre quotidien d'infections au cours de la vague 5. Parmi celles-ci, la fermeture permanente a permis la réduction la plus efficace de l'infection humaine par le virus H7N9, suivie par une longue période, une courte période. , et fermetures récursives dans la vague 5. L'efficacité de diverses interventions de LPM a changé avec le type d'intervention à travers les épidémies. La fermeture définitive du LPM doit être envisagée pour maintenir une efficacité suffisante des interventions et prévenir la récurrence des épidémies de H7N9.

EID Wang W, Artois J, Wang X, Kucharski AJ, Pei Y, Tong X, et al. Efficacité des interventions sur le marché de la volaille vivante contre l'infection humaine par le virus de la grippe aviaire A(H7N9), Chine. Emerg Infect Dis. 202026(5):891-901. https://doi.org/10.3201/eid2605.190390
AMA Wang W, Artois J, Wang X, et al. Efficacité des interventions sur le marché de la volaille vivante contre l'infection humaine par le virus de la grippe aviaire A(H7N9), Chine. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):891-901. doi : 10.3201/eid2605.190390.
APA Wang, W., Artois, J., Wang, X., Kucharski, A.J., Pei, Y., Tong, X. Yu, H. (2020). Efficacité des interventions sur le marché de la volaille vivante contre l'infection humaine par le virus de la grippe aviaire A(H7N9), Chine. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 891-901. https://doi.org/10.3201/eid2605.190390.

Haïti s'efforce d'atteindre zéro transmission locale du paludisme d'ici 2025. La chloroquine reste le traitement de première intention et la sulfadoxine/pyriméthamine (SP) a été utilisée pour des programmes pilotes d'administration massive de médicaments. En mars 2016, une surveillance moléculaire à l'échelle nationale a été lancée pour évaluer les signatures de résistance moléculaire à la chloroquine et à la SP. Pour 778 échantillons collectés jusqu'en décembre 2017, nous avons utilisé le séquençage de Sanger pour étudier des marqueurs de résistance putatifs à la chloroquine (Pfcrt codons 72, 74, 75 et 76), sulfadoxine (Pfdhps codons 436, 437, 540, 581, 613), et la pyriméthamine (Pfdhfr codons 50, 51, 59, 108, 164). Pas de parasites hébergés Pfcrt mutations ponctuelles. Prévalence de la Pfdhfr La mutation unique S108N était de 47%, et nous avons trouvé le triple mutant Pfdhfr haplotype (108N, 51I et 59R) dans un seul isolat. Nous n'avons observé aucune Pfdhps variants sauf dans 1 isolat (mutation A437G). Ces données confirment l'absence d'allèles hautement résistants à la chloroquine et à la SP en Haïti et soutiennent l'utilisation continue de la chloroquine et de la SP.

EID Rogier E, Herman C, Huber CS, Hamre K, Pierre B, Mace KE, et al. Surveillance nationale des allèles pharmacorésistants de Plasmodium falciparum à la chloroquine, à la sulfadoxine et à la pyriméthamine, Haïti, 2016-2017. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 902-909. https://doi.org/10.3201/eid2605.190556
AMA Rogier E, Herman C, Huber CS, et al. Surveillance nationale des allèles pharmacorésistants de Plasmodium falciparum à la chloroquine, à la sulfadoxine et à la pyriméthamine, Haïti, 2016-2017. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 902-909. doi: 10.3201/eid2605.190556.
APA Rogier, E., Herman, C., Huber, C. S., Hamre, K., Pierre, B., Mace, K. E. Chang, M. A. (2020). Surveillance nationale des allèles pharmacorésistants de Plasmodium falciparum à la chloroquine, à la sulfadoxine et à la pyriméthamine, Haïti, 2016-2017. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 902-909. https://doi.org/10.3201/eid2605.190556.

Les schémas de contacts sociaux pourraient contribuer au fardeau excessif de la tuberculose chez les hommes. Nous avons mené une étude d'enquêtes sur les contacts sociaux pour évaluer les modèles de contact pertinents pour la transmission de la tuberculose. Les données disponibles décrivent 21 enquêtes dans 17 pays et montrent de profondes différences dans les schémas de contact fondés sur le sexe et l'âge. Les adultes ont rapporté plus de contacts adultes que les enfants. Enfants mélangés préférentiellement avec des femmes dans toutes les enquêtes (assortativité médiane du sexe 58 %, intervalle interquartile [IQR] 57 % à 59 % pour les garçons, 61 % [IQR 60 % à 63 %] pour les filles). Les hommes et les femmes ont signalé un mélange selon le sexe dans 80 % et 95 % des enquêtes (assortativité médiane du sexe 56 % [IQR 54 %–58 %] pour les hommes, 59 % [IQR 57 %–63 %] pour les femmes). Les schémas de contact avec les adultes selon le sexe étaient similaires à la maison et à l'extérieur de la maison pour les enfants. Les adultes ont signalé une plus grande assortativité sexuelle à l'extérieur de la maison dans la plupart des enquêtes. L'assortativité sexuelle chez les contacts adultes contribue probablement aux disparités entre les sexes dans la charge de la tuberculose chez l'adulte en amplifiant l'incidence chez les hommes.

EID Horton KC, Hoey AL, Béraud G, Corbett EL, White RG. Examen systématique et méta-analyse des différences entre les sexes dans les modes de contact social et les implications pour la transmission et le contrôle de la tuberculose. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 910-919. https://doi.org/10.3201/eid2605.190574
AMA Horton KC, Hoey AL, Béraud G, et al. Examen systématique et méta-analyse des différences entre les sexes dans les modes de contact social et les implications pour la transmission et le contrôle de la tuberculose. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 910-919. doi: 10.3201/eid2605.190574.
APA Horton, K.C., Hoey, A.L., Béraud, G., Corbett, E.L. et White, R.G. (2020). Examen systématique et méta-analyse des différences entre les sexes dans les modes de contact social et les implications pour la transmission et le contrôle de la tuberculose. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 910-919. https://doi.org/10.3201/eid2605.190574.

Les modèles écologiques du fardeau de la grippe peuvent être confondus par d'autres expositions qui partagent la saisonnalité hivernale. Nous avons évalué les effets de la pollution de l'air et d'autres expositions environnementales dans des modèles écologiques estimant les hospitalisations associées à la grippe. Nous avons lié les données d'hospitalisation, la surveillance virale et les données environnementales, y compris la température, l'humidité relative, le point de rosée et les particules fines pour 3 comtés de Washington, aux États-Unis, pour la période 2001-2012. Nous avons utilisé des modèles de régression binomiale négative pour estimer l'incidence des hospitalisations respiratoires et circulatoires (CR) associées à la grippe et pour évaluer l'effet de l'ajustement pour les expositions environnementales sur les estimations des hospitalisations CR. Le taux d'incidence global modélisé des hospitalisations liées à la grippe CR était de 31/100 000 personnes-années. Les paramètres environnementaux étaient statistiquement associés aux hospitalisations de CR mais n'affectaient pas de manière appréciable les estimations du taux d'événements. Les taux d'hospitalisation modélisés associés à la grippe CR étaient similaires aux estimations publiées, et l'inclusion de covariables environnementales dans le modèle n'a pas eu d'effet cliniquement important sur les estimations de grippe grave.

EID Somayaji R, Neradilek MB, Szpiro AA, Lofy KH, Jackson ML, Goss CH, et al. Effets de la pollution atmosphérique et d'autres expositions environnementales sur les estimations des maladies grippales graves, Washington, États-Unis. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 920-929. https://doi.org/10.3201/eid2605.190599
AMA Somayaji R, Neradilek MB, Szpiro AA, et al. Effets de la pollution atmosphérique et d'autres expositions environnementales sur les estimations des maladies grippales graves, Washington, États-Unis. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 920-929. doi:10.3201/eid2605.190599.
APA Somayaji, R., Neradilek, M. B., Szpiro, A. A., Lofy, K. H., Jackson, M. L., Goss, C. H. Ortiz, J. R. (2020). Effets de la pollution atmosphérique et d'autres expositions environnementales sur les estimations des maladies grippales graves, Washington, États-Unis. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 920-929. https://doi.org/10.3201/eid2605.190599.

La lobomycose est une dermatose granulomateuse rare avec une prévalence élevée dans la région amazonienne. Les Indiens Kaiabi sont un groupe particulièrement touché. Nous avons étudié la progression épidémiologique et clinique actuelle de la lobomycose chez les Kaiabi au Brésil, à partir des rapports de cas initiaux de 1965 à 2019. Un total de 60 cas de lobomycose ont été signalés chez les Kaiabi, et nous avons identifié 3 nouveaux cas dans notre revue. Sur les 550 cas de lobomycose jamais signalés dans le monde, 11,5 % concernaient les Kaiabi. On note une incidence élevée chez les femmes Kaiabi et une apparition précoce de la maladie dans cette population indigène. Les hommes Kaiabi sont fréquemment infectés par la forme multicentrique et les femmes présentent plus fréquemment la forme localisée. Les lésions ulcérées sont observées plus souvent sous la forme multicentrique. La prévalence parmi ce groupe indigène pourrait s'expliquer par la susceptibilité génétique et le mode de vie, qui les exposent à un agent particulier dans les habitats dans lesquels ils vivent.

EID Florian MC, Rodrigues DA, de Mendonça S, Colombo AL, Tomimori J. Progression épidémiologique et clinique de la lobomycose chez les Indiens Kaiabi, Brésil, 1965-2019. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 930-936. https://doi.org/10.3201/eid2605.190958
AMA Florian MC, Rodrigues DA, de Mendonça S, et al. Progression épidémiologique et clinique de la lobomycose chez les Indiens Kaiabi, Brésil, 1965-2019. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 930-936. doi : 10.3201/eid2605.190958.
APA Florian, M.C., Rodrigues, D.A., de Mendonça, S., Colombo, A.L., & Tomimori, J. (2020). Progression épidémiologique et clinique de la lobomycose chez les Indiens Kaiabi, Brésil, 1965-2019. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 930-936. https://doi.org/10.3201/eid2605.190958.

Rhizopus spp. les champignons sont omniprésents dans l'environnement et une cause rare mais importante d'infection chez les personnes immunodéprimées et les patients opérés. Entre 2005 et 2017, un nombre anormalement élevé de Rhizopus des infections chez des patients opérés, sans lien épidémiologique apparent, ont été signalées en Argentine. Pour déterminer la probabilité d'une source commune du cluster, nous avons effectué un séquençage du génome entier sur des échantillons collectés entre 2006 et 2014. La plupart des isolats étaient séparés par >60 polymorphismes mononucléotidiques, et nous n'avons trouvé aucune preuve d'une recombinaison ou d'une accumulation de mutations non neutres. Ces résultats ne soutiennent pas la source commune ou la transmission de patient à patient. Les génomes assemblés de la plupart des isolats étaient ≈ 25 Mbp, et plusieurs isolats avaient des génomes assemblés considérablement plus gros (43-51 Mbp), indiquant des infections par des types de souches ayant subi une expansion génomique. Le séquençage du génome entier est devenu un outil essentiel pour l'étude de l'épidémiologie des infections fongiques. Des techniques moins discriminatoires peuvent manquer de véritables relations, ce qui peut entraîner une attribution inappropriée de la source ponctuelle.

EID Bowers JR, Monroy-Nieto J, Gade L, Travis J, Refojo N, Abrantes R, et al. Infections à Rhizopus microsporus associées à des interventions chirurgicales, Argentine, 2006-2014. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 937-944. https://doi.org/10.3201/eid2605.191045
AMA Bowers JR, Monroy-Nieto J, Gade L, et al. Infections à Rhizopus microsporus associées à des interventions chirurgicales, Argentine, 2006-2014. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 937-944. doi : 10.3201/eid2605.191045.
APA Bowers, J.R., Monroy-Nieto, J., Gade, L., Travis, J., Refojo, N., Abrantes, R. Engelthaler, D.M. (2020). Infections à Rhizopus microsporus associées à des interventions chirurgicales, Argentine, 2006-2014. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 937-944. https://doi.org/10.3201/eid2605.191045.

La circulation du virus Zika (ZIKV) au Mali n'a pas été clairement caractérisée. Par conséquent, nous avons mené une enquête sérologique auprès de 793 volontaires asymptomatiques âgés de plus de 15 ans (2016) et de 637 donneurs de sang (2013) pour évaluer la séroprévalence de l'infection par le ZIKV dans 2 régions écoclimatiques du Mali, la savane tropicale et la région semi-aride chaude, en utilisant ELISA. et des tests de séroneutralisation. La séroprévalence globale était ≈ 12 % et augmentait avec l'âge, sans différence statistique entre les participants masculins et féminins. Dans les sites d'étude semi-arides chauds, nous avons détecté des marqueurs immunologiques d'une épidémie survenue à la fin des années 1990 chez 18 % (IC à 95 % 13 % à 23 %) des participants. Dans les sites de savane tropicale, nous avons estimé un faible taux de transmission endémique, avec 2,5% (IC à 95% 2,0%-3,1%) de la population infectée par le ZIKV chaque année. Ces données démontrent la circulation du ZIKV au Mali et fournissent la preuve d'une épidémie précédemment non identifiée qui s'est produite à la fin des années 1990.

EID Diarra I, Nurtop E, Sangaré A, Sagara I, Pastorino B, Sacko S, et al. Circulation du virus Zika au Mali. Emerg Infect Dis. 202026(5):945-952. https://doi.org/10.3201/eid2605.191383
AMA Diarra I, Nurtop E, Sangaré A, et al. Circulation du virus Zika au Mali. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):945-952. doi: 10.3201/eid2605.191383.
APA Diarra, I., Nurtop, E., Sangaré, A., Sagara, I., Pastorino, B., Sacko, S. Doumbo, O. K. (2020). Circulation du virus Zika au Mali. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 945-952. https://doi.org/10.3201/eid2605.191383.

La tuberculose causée par une infection concomitante avec plusieurs Mycobactérie tuberculose (c.-à-d. infection mixte) remet en question les paradigmes cliniques et épidémiologiques. Nous avons exploré les mécanismes de transmission possibles de l'infection mixte dans une étude d'épidémiologie moléculaire basée sur la population au Botswana entre 2012 et 2016. Nous avons défini l'infection mixte comme de multiples répétitions d'allèles à > 2 loci dans un résultat de répétition en tandem à nombre variable d'unités discrètes intercalées de mycobactéries (MIRU-VNTR). Nous avons comparé les résultats d'infections mixtes MIRU-VNTR avec tous les résultats de l'étude MIRU-VNTR en considérant toutes les permutations à chaque locus d'allèles multiples appariés. Parmi 2 051 patients, 34 (1,7%) avaient une infection mixte, dont 23 (68%) avaient des souches acquises récemment et à distance. Cette découverte pourrait soutenir le mécanisme d'infection mixte de la transmission récente et de la réactivation à distance simultanée. Une exploration plus approfondie est nécessaire pour déterminer les proportions des mécanismes de transmission dans les milieux où les infections mixtes sont répandues.

EID Baik Y, Modongo C, Moonan PK, Click ES, Tobias JL, Boyd R, et al. Mécanismes de transmission possibles de l'infection mixte à Mycobacterium tuberculosis dans un pays à forte prévalence du VIH, Botswana. Emerg Infect Dis. 202026(5) :953-960. https://doi.org/10.3201/eid2605.191638
AMA Baik Y, Modongo C, Moonan PK, et al. Mécanismes de transmission possibles de l'infection mixte à Mycobacterium tuberculosis dans un pays à forte prévalence du VIH, Botswana. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :953-960. doi:10.3201/eid2605.191638.
APA Baik, Y., Modongo, C., Moonan, P. K., Click, E. S., Tobias, J. L., Boyd, R. Zetola, N. M. (2020). Mécanismes de transmission possibles de l'infection mixte à Mycobacterium tuberculosis dans un pays à forte prévalence du VIH, Botswana. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 953-960. https://doi.org/10.3201/eid2605.191638.
Examen des politiques

Les interventions non pharmaceutiques (NPI) liées aux voyages internationaux, qui peuvent inclure le dépistage des voyageurs, les restrictions de voyage et la fermeture des frontières, sont souvent incluses dans les plans nationaux de préparation à une pandémie de grippe. Nous avons effectué des revues systématiques pour identifier les preuves de leur efficacité. Nous avons trouvé 15 études au total. Certaines études ont indiqué que les INP pourraient retarder l'introduction du virus de la grippe. Cependant, aucune preuve disponible n'a indiqué que le dépistage des voyageurs entrants aurait un effet substantiel sur la prévention de la propagation de la grippe pandémique, et aucune étude examinant le dépistage à la sortie n'a été trouvée. Certaines études ont signalé que les restrictions de voyage pourraient retarder le début de la transmission locale et ralentir la propagation internationale, et une étude a indiqué que les petites îles du Pacifique ont pu empêcher l'importation de la grippe pandémique entre 1918 et 19 grâce à la fermeture complète des frontières. Cette base de preuves limitée indique que les INP liés aux voyages internationaux auraient une efficacité limitée dans le contrôle de la grippe pandémique et que la mise en œuvre de ces mesures nécessite des ressources considérables.

EID Ryu S, Gao H, Wong JY, Shiu E, Xiao J, Fong M, et al. Mesures non pharmaceutiques pour la grippe pandémique en milieu non médicalisé—Mesures liées aux voyages internationaux. Emerg Infect Dis. 202026(5):961-966. https://doi.org/10.3201/eid2605.190993
AMA Ryu S, Gao H, Wong JY et al. Mesures non pharmaceutiques pour la grippe pandémique en milieu non médicalisé—Mesures liées aux voyages internationaux. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):961-966. doi:10.3201/eid2605.190993.
APA Ryu, S., Gao, H., Wong, J. Y., Shiu, E., Xiao, J., Fong, M. Cowling, B. J. (2020). Mesures non pharmaceutiques pour la grippe pandémique en milieu non médicalisé—Mesures liées aux voyages internationaux. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 961-966.https://doi.org/10.3201/eid2605.190993.

Il y a eu 3 pandémies de grippe au 20e siècle, et il y en a eu 1 jusqu'à présent au 21e siècle. Les autorités sanitaires locales, nationales et internationales mettent régulièrement à jour leurs plans d'atténuation de la prochaine pandémie de grippe à la lumière des dernières preuves disponibles sur l'efficacité de diverses mesures de contrôle pour réduire la transmission. Ici, nous passons en revue la base de données probantes sur l'efficacité des mesures de protection individuelle non pharmaceutiques et des mesures d'hygiène environnementale dans les établissements autres que les soins de santé et discutons de leur inclusion potentielle dans les plans de pandémie. Bien que des études mécanistiques soutiennent l'effet potentiel de l'hygiène des mains ou des masques faciaux, les preuves issues de 14 essais contrôlés randomisés de ces mesures n'ont pas soutenu un effet substantiel sur la transmission de la grippe confirmée en laboratoire. De même, nous avons trouvé des preuves limitées sur l'efficacité de l'amélioration de l'hygiène et du nettoyage de l'environnement. Nous avons identifié plusieurs lacunes majeures dans les connaissances nécessitant des recherches supplémentaires, notamment une meilleure caractérisation des modes de transmission de personne à personne.

EID Xiao J, Shiu E, Gao H, Wong JY, Fong MW, Ryu S, et al. Mesures non pharmaceutiques pour la grippe pandémique en milieu non médicalisé—Mesures de protection personnelle et environnementales. Emerg Infect Dis. 202026(5) :967-975. https://doi.org/10.3201/eid2605.190994
AMA Xiao J, Shiu E, Gao H et al. Mesures non pharmaceutiques pour la grippe pandémique en milieu non médicalisé—Mesures de protection personnelle et environnementales. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :967-975. doi : 10.3201/eid2605.190994.
APA Xiao, J., Shiu, E., Gao, H., Wong, J. Y., Fong, M. W., Ryu, S. Cowling, B. J. (2020). Mesures non pharmaceutiques pour la grippe pandémique en milieu non médicalisé—Mesures de protection personnelle et environnementales. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 967-975. https://doi.org/10.3201/eid2605.190994.

On pense que les infections par le virus de la grippe se propagent principalement par contact étroit dans la communauté. Les mesures de distanciation sociale sont des éléments essentiels de la réponse de santé publique aux pandémies de grippe. L'objectif de ces mesures d'atténuation est de réduire la transmission, retardant ainsi le pic épidémique, réduisant la taille du pic épidémique et étalant les cas sur une plus longue période pour soulager la pression sur le système de santé. Nous avons mené des revues systématiques de la base de données probantes sur l'efficacité de plusieurs mesures d'atténuation : isolement des personnes malades, recherche des contacts, mise en quarantaine des personnes exposées, fermetures d'écoles, mesures/fermetures sur le lieu de travail et éviter le surpeuplement. Les preuves à l'appui de l'efficacité de ces mesures ont été obtenues en grande partie à partir d'études d'observation et d'études de simulation. L'isolement volontaire à la maison pourrait être une mesure de distanciation sociale plus réalisable, et les plans de pandémie devraient envisager comment faciliter cette mesure. Des mesures de distanciation sociale plus drastiques pourraient être réservées aux pandémies graves.

EID Fong MW, Gao H, Wong JY, Xiao J, Shiu E, Ryu S, et al. Mesures non pharmaceutiques pour la grippe pandémique en milieu non médicalisé—Mesures de distanciation sociale. Emerg Infect Dis. 202026(5):976-984. https://doi.org/10.3201/eid2605.190995
AMA Fong MW, Gao H, Wong JY et al. Mesures non pharmaceutiques pour la grippe pandémique en milieu non médicalisé—Mesures de distanciation sociale. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):976-984. doi : 10.3201/eid2605.190995.
APA Fong, M. W., Gao, H., Wong, J. Y., Xiao, J., Shiu, E., Ryu, S. Cowling, B. J. (2020). Mesures non pharmaceutiques pour la grippe pandémique en milieu non médicalisé—Mesures de distanciation sociale. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 976-984. https://doi.org/10.3201/eid2605.190995.
Dépêches

En 2015, nous avons évalué 221 patients atteints de fièvre indifférenciée et de morsure de tique ou d'exposition animale à Xinyang, en Chine, pour Rickettsia infection. Trois avec une maladie bénigne ont été infectés par Candidatus R. xinyangensis, qui se sont regroupés avec R. fourniri et R. vini dans les analyses phylogénétiques. Les enquêtes sur le terrain suggèrent Haemaphysalis longicornis les tiques pourraient être impliquées dans la transmission.

EID Li H, Li X, Du J, Zhang X, Cui N, Yang Z, et al. Candidatus Rickettsia xinyangensis comme cause de la rickettsiose du groupe de la fièvre pourprée, Xinyang, Chine, 2015. Emerg Infect Dis. 202026(5):985-988. https://doi.org/10.3201/eid2605.170294
AMA Li H, Li X, Du J et al. Candidatus Rickettsia xinyangensis comme cause de la rickettsiose du groupe de la fièvre pourprée, Xinyang, Chine, 2015. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):985-988. doi: 10.3201/eid2605.170294.
APA Li, H., Li, X., Du, J., Zhang, X., Cui, N., Yang, Z. Liu, W. (2020). Candidatus Rickettsia xinyangensis comme cause de la rickettsiose du groupe de la fièvre pourprée, Xinyang, Chine, 2015. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 985-988. https://doi.org/10.3201/eid2605.170294.

En Inde, dans le cadre du Programme national d'élimination de la tuberculose, le gouvernement fournit un traitement gratuit pour la tuberculose multirésistante, mais de nombreux patients se font soigner ailleurs, ce qui est coûteux. Pour déterminer ces menues dépenses, nous avons interrogé 40 patients présumés et avons constaté qu'ils dépensaient plus que leur revenu annuel médian avant de s'inscrire au programme gouvernemental.

EID Rathi P, Shringarpure K, Unnikrishnan B, Chadha V, Acharya V, Nair A, et al. Dépenses directes de prétraitement pour les patients présumés atteints de tuberculose multirésistante, Inde, 2016-2017. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 989-992. https://doi.org/10.3201/eid2605.181992
AMA Rathi P, Shringarpure K, Unnikrishnan B, et al. Dépenses directes de prétraitement pour les patients présumés atteints de tuberculose multirésistante, Inde, 2016-2017. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 989-992. doi: 10.3201/eid2605.181992.
APA Rathi, P., Shringarpure, K., Unnikrishnan, B., Chadha, V., Acharya, V., Nair, A. Shastri, S. (2020). Dépenses directes de prétraitement pour les patients présumés atteints de tuberculose multirésistante, Inde, 2016-2017. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 989-992. https://doi.org/10.3201/eid2605.118992.

Nous avons enquêté sur une épidémie de fièvre Q survenue dans une zone isolée de la forêt amazonienne en Guyane française en 2014. Des échantillons de selles de Capybara étaient positifs pour Coxiella burnetii ADN. Le fait d'être à proximité de débroussailleuses en service était associé au développement de la maladie. Les capybaras sont un réservoir présumé de C. burnetii.

EID Christen J, Edouard S, Lamour T, Martinez E, Rousseau C, de Laval F, et al. Implication des capybaras et des débroussailleuses dans l'épidémie de fièvre Q dans une zone reculée de la forêt amazonienne, Guyane française, 2014. Emerg Infect Dis. 202026(5):993-997. https://doi.org/10.3201/eid2605.190242
AMA Christen J, Edouard S, Lamour T, et al. Implication de Capybara et de débroussailleuses dans une épidémie de fièvre Q dans une zone reculée de la forêt amazonienne, Guyane française, 2014. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):993-997. doi: 10.3201/eid2605.190242.
APA Christen, J., Edouard, S., Lamour, T., Martinez, E., Rousseau, C., de Laval, F. Epelboin, L. (2020). Implication de Capybara et de débroussailleuses dans une épidémie de fièvre Q dans une zone reculée de la forêt amazonienne, Guyane française, 2014. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 993-997. https://doi.org/10.3201/eid2605.190242.

Nous avons interrogé des femmes ayant récemment accouché d'un bébé vivant dans 16 États américains et 1 ville lors de l'épidémie de Zika en 2016. Nous avons constaté une sensibilisation élevée au risque d'infection par le virus Zika pendant la grossesse et aux conseils d'éviter de se rendre dans les zones touchées, mais des niveaux modérés de discussions avec les prestataires de soins de santé.

EID Williams L, D'Angelo DV, Bauman B, Dieke AC, Ellington SR, Shapiro-Mendoza CK, et al. Sensibilisation des femmes et discussions des prestataires de soins de santé sur le virus Zika pendant la grossesse, États-Unis, 2016-2017. Emerg Infect Dis. 202026(5):998-1001. https://doi.org/10.3201/eid2605.190727
AMA Williams L, D'Angelo DV, Bauman B, et al. Sensibilisation des femmes et discussions des prestataires de soins de santé sur le virus Zika pendant la grossesse, États-Unis, 2016-2017. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):998-1001. doi : 10.3201/eid2605.190727.
APA Williams, L., D'Angelo, D. V., Bauman, B., Dieke, A. C., Ellington, S. R., Shapiro-Mendoza, C. K. Warner, L. (2020). Sensibilisation des femmes et discussions des prestataires de soins de santé sur le virus Zika pendant la grossesse, États-Unis, 2016-2017. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 998-1001. https://doi.org/10.3201/eid2605.190727.

Nous avons isolé le génotype 5 du virus de l'encéphalite japonaise à partir d'échantillons humains en Corée du Sud. L'analyse du génome entier a montré une identité de 90,4 % avec d'autres virus de génotype 5 provenant de l'homme. Ce virus avait une insertion unique dans le gène NS4A. Cependant, la protéine d'enveloppe contenait Lys 84, qui était spécifique aux souches de virus de génotype 5 de Corée du Sud.

EID Woo J, Jeong Y, Jo J, Shim S, Ryou J, Kim K, et al. Caractérisation génétique du génotype 5 du virus de l'encéphalite japonaise isolé d'un patient, Corée du Sud, 2015. Emerg Infect Dis. 202026(5):1002-1006. https://doi.org/10.3201/eid2605.190977
AMA Woo J, Jeong Y, Jo J, et al. Caractérisation génétique du génotype 5 du virus de l'encéphalite japonaise isolé d'un patient, Corée du Sud, 2015. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):1002-1006. doi: 10.3201/eid2605.190977.
APA Woo, J., Jeong, Y., Jo, J., Shim, S., Ryou, J., Kim, K. Lee, J. (2020). Caractérisation génétique du génotype 5 du virus de l'encéphalite japonaise isolé d'un patient, Corée du Sud, 2015. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1002-1006. https://doi.org/10.3201/eid2605.190977.

Nous avons interrogé 56 centres de traitement Ebola (CTE) aux États-Unis et identifié les coûts encourus depuis 2014 (1,76 million de dollars/CTE) et les stratégies de durabilité. Les CTE ont signalé une forte dépendance vis-à-vis du financement fédéral. On ne sait pas si, ou pendant combien de temps, les ETC peuvent maintenir leurs capacités si le financement fédéral expire en 2020.

EID Herstein JJ, Le AB, McNulty LA, Buehler SA, Biddinger PD, Hewlett AL, et al. Mise à jour sur les coûts et la durabilité des centres de traitement Ebola, États-Unis, 2019. Emerg Infect Dis. 202026(5):1007-1009. https://doi.org/10.3201/eid2605.191245
AMA Herstein JJ, Le AB, McNulty LA, et al. Mise à jour sur les coûts et la durabilité des centres de traitement Ebola, États-Unis, 2019. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):1007-1009. doi : 10.3201/eid2605.191245.
APA Herstein, J.J., Le, A.B., McNulty, L.A., Buehler, S.A., Biddinger, P.D., Hewlett, A.L. Gibbs, S.G. (2020). Mise à jour sur les coûts et la durabilité des centres de traitement Ebola, États-Unis, 2019. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1007-1009. https://doi.org/10.3201/eid2605.191245.

La recherche des contacts est une mesure de santé publique utilisée pour prévenir la tuberculose en identifiant et en traitant les personnes exposées à Mycobacterium tuberculosis. Les enquêtes sur les contacts sont un principe majeur des efforts mondiaux d'élimination de la tuberculose, mais pour de nombreuses raisons, elles restent inefficaces. Nous décrivons une nouvelle approche basée sur les voisins pour recadrer les enquêtes sur les contacts.

EID Moonan PK, Zetola NM, Tobias JL, Basotli J, Boyd R, Click ES, et al. Une approche basée sur le voisinage pour identifier l'exposition à la tuberculose, l'étude Kopanyo. Emerg Infect Dis. 202026(5):1010-1013. https://doi.org/10.3201/eid2605.191568
AMA Moonan PK, Zetola NM, Tobias JL, et al. Une approche basée sur le voisinage pour identifier l'exposition à la tuberculose, l'étude Kopanyo. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):1010-1013. doi: 10.3201/eid2605.191568.
APA Moonan, P.K., Zetola, N.M., Tobias, J.L., Basotli, J., Boyd, R., Click, E.S. Oeltmann, J.E. (2020). Une approche basée sur le voisinage pour identifier l'exposition à la tuberculose, l'étude Kopanyo. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1010-1013. https://doi.org/10.3201/eid2605.191568.

Les mycobactéries non tuberculeuses (MNT) sont de plus en plus reconnues comme pathogènes opportunistes de l'homme. La distribution des espèces de MNT est bien documentée en Europe et en Amérique du Nord, mais les données provenant d'autres régions sont rares. Nous avons évalué la fréquence d'isolement des MNT et la répartition des espèces en Uruguay entre 2006 et 2018.

EID Greif G, Coitinho C, van Ingen J, Robello C. Distribution des espèces et fréquence d'isolement des mycobactéries non tuberculeuses, Uruguay. Emerg Infect Dis. 202026(5) :1014-1018. https://doi.org/10.3201/eid2605.191631
AMA Greif G, Coitinho C, van Ingen J, et al. Distribution des espèces et fréquence d'isolement des mycobactéries non tuberculeuses, Uruguay. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1014-1018. doi:10.3201/eid2605.191631.
APA Greif, G., Coitinho, C., van Ingen, J., & Robello, C. (2020). Distribution des espèces et fréquence d'isolement des mycobactéries non tuberculeuses, Uruguay. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1014-1018. https://doi.org/10.3201/eid2605.191631.
Lettres de recherche

Nous avons mené une enquête transversale sur le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCHFV) chez des dromadaires et des tiques attachées à 3 endroits aux Émirats arabes unis. Les résultats ont révélé une prévalence élevée d'anticorps réactifs au CCHFV chez les chameaux et d'ARN viral dans les tiques et le sérum de chameau, suggérant que le virus est endémique dans ce pays.

EID Camp JV, Kannan DO, Osman B, Shah M, Howarth B, Khafaga T, et al. Endémicité du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo aux Émirats arabes unis, 2019. Emerg Infect Dis. 202026(5) :1019-1021. https://doi.org/10.3201/eid2605.191414
AMA Camp JV, Kannan DO, Osman B, et al. Endémicité du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo aux Émirats arabes unis, 2019. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1019-1021. doi:10.3201/eid2605.191414.
APA Camp, J.V., Kannan, D.O., Osman, B., Shah, M., Howarth, B., Khafaga, T. Nowotny, N. (2020). Endémicité du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo aux Émirats arabes unis, 2019. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1019-1021. https://doi.org/10.3201/eid2605.191414.

Nous avons examiné les demandes de renseignements concernant Zika auprès de CDC-INFO, le centre de contact national des Centers for Disease Control and Prevention, afin d'identifier les lacunes potentielles en matière de communication. Les questions les plus fréquemment posées concernaient le voyage ou l'emplacement géographique de Zika (42 % de toutes les demandes), des informations sur les tests de laboratoire (13 %) ou l'acquisition d'un test Zika (11 %).

EID Sell ​​T, Watson C, Meyer D, Snyder MR, Ravi SJ, McGinty EE, et al. Enquêtes sur le Zika adressées au système CDC-INFO, décembre 2015-septembre 2017. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 1022-1024. https://doi.org/10.3201/eid2605.181694
AMA Vendez T, Watson C, Meyer D, et al. Enquêtes Zika adressées au système CDC-INFO, décembre 2015-septembre 2017. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 1022-1024. doi:10.3201/eid2605.181694.
APA Sell, T., Watson, C., Meyer, D., Snyder, M. R., Ravi, S. J., McGinty, E. E. Lubell, K. M. (2020). Enquêtes Zika adressées au système CDC-INFO, décembre 2015-septembre 2017. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1022-1024. https://doi.org/10.3201/eid2605.181694.

Nous avons développé et validé 2 tests basés sur des protéines indépendantes de l'espèce pour détecter les anticorps fonctionnels du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient qui peuvent bloquer la liaison aux récepteurs du virus ou la fixation de l'acide sialique. Les taux d'anticorps mesurés dans les deux tests étaient fortement corrélés avec les titres d'anticorps neutralisant le virus, prouvant leur utilisation pour le diagnostic de confirmation sérologique du syndrome respiratoire du Moyen-Orient.

EID Okba N, Widjaja I, Li W, GeurtsvanKessel CH, Farag E, Al-Hajri M, et al. Détection sérologique des anticorps fonctionnels du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 1024-1027. https://doi.org/10.3201/eid2605.190921
AMA Okba N, Widjaja I, Li W et al. Détection sérologique des anticorps fonctionnels du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 1024-1027. doi:10.3201/eid2605.190921.
APA Okba, N., Widjaja, I., Li, W., GeurtsvanKessel, C. H., Farag, E., Al-Hajri, M. Haagmans, B. L. (2020). Détection sérologique des anticorps fonctionnels du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1024-1027. https://doi.org/10.3201/eid2605.190921.

En 2018, nous avons détecté un roman Ehrlichia souche infectant Amblyomma neumanni tiques en Argentine. La nouvelle souche est phylogénétiquement liée à l'agent pathogène des ruminants E. ruminantium et représente un risque potentiel pour la santé vétérinaire et publique car A. neumanni les tiques parasitent les ruminants domestiques et sauvages et piquent les humains.

EID Fargnoli L, Fernandez C, Monje LD. Nouvelle souche d'Ehrlichia infectant la tique du bétail Amblyomma neumanni, Argentine, 2018. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 1027-1030. https://doi.org/10.3201/eid2605.190940
AMA Fargnoli L, Fernandez C, Monje LD. Nouvelle souche d'Ehrlichia infectant la tique du bétail Amblyomma neumanni, Argentine, 2018. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1027-1030. doi:10.3201/eid2605.190940.
APA Fargnoli, L., Fernandez, C. et Monje, L. D. (2020). Nouvelle souche d'Ehrlichia infectant la tique du bétail Amblyomma neumanni, Argentine, 2018. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1027-1030. https://doi.org/10.3201/eid2605.190940.

Un multirésistant Salmonella enterica La souche de sérotype Anatum signalée à Taïwan a été isolée aux États-Unis à partir de patients et de fruits de mer importés d'Asie. Les isolats abritaient 11 déterminants de résistance, y compris les gènes de résistance aux quinolones et aux céphalosporines inductibles. La plupart des patients avaient voyagé en Asie. Ces résultats soulignent la nécessité d'une surveillance mondiale de la résistance One Health.

EID Karp BE, Leeper MM, Chen JC, Tagg KA, François Watkins LK, Friedman CR. Salmonella sérotype anatum multirésistante chez les voyageurs et les fruits de mer d'Asie, États-Unis. Emerg Infect Dis. 202026(5) :1030-1033. https://doi.org/10.3201/eid2605.190992
AMA Karp BE, Leeper MM, Chen JC, et al. Salmonella sérotype anatum multirésistante chez les voyageurs et les fruits de mer d'Asie, États-Unis. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1030-1033. doi:10.3201/eid2605.190992.
APA Karp, B.E., Leeper, M.M., Chen, J.C., Tagg, K.A., Francois Watkins, L.K., & Friedman, C.R. (2020). Salmonella sérotype anatum multirésistante chez les voyageurs et les fruits de mer d'Asie, États-Unis. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1030-1033. https://doi.org/10.3201/eid2605.190992.

La leptospirose est une zoonose négligée. En 2015, la leptospirose a été diagnostiquée chez 2 détenus en Afrique du Sud.En utilisant la PCR en temps réel et le séquençage de l'ADN, nous avons identifié Leptospira interrogans sérogroupe Icterohaemorrhagiae chez les rongeurs et les échantillons d'eau dans la prison. La leptospirose pourrait être fréquemment sous-diagnostiquée en Afrique du Sud.

EID Naidoo K, Moseley M, McCarthy K, Chingonzoh R, Lawrence C, Setshedi GM, et al. Leptospirose mortelle transmise par les rongeurs chez les détenus, Afrique du Sud, 2015. Emerg Infect Dis. 202026(5) :1033-1035. https://doi.org/10.3201/eid2605.191132
AMA Naidoo K, Moseley M, McCarthy K, et al. Leptospirose mortelle transmise par les rongeurs chez les détenus, Afrique du Sud, 2015. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1033-1035. doi:10.3201/eid2605.191132.
APA Naidoo, K., Moseley, M., McCarthy, K., Chingonzoh, R., Lawrence, C., Setshedi, G. M. Rossouw, J. (2020). Leptospirose mortelle transmise par les rongeurs chez les détenus, Afrique du Sud, 2015. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1033-1035. https://doi.org/10.3201/eid2605.191132.

Un inattendu Diplorickettsie espèce étroitement liée à l'agent pathogène transmis par les tiques D. massieliensis a été trouvé dans le microbiome d'un Ixodes scapulaires cocher dans le Vermont, aux États-Unis. Cette preuve de Diplorickettsie chez les tiques nord-américaines suggère un besoin de surveillance de la maladie en utilisant le dépistage moléculaire des tiques et des études sérologiques sur les humains.

EID Merenstein C, Ward J, Allen D. Diplorickettsia Bactéries dans une tique Ixodes scapularis, Vermont, États-Unis. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 1036-1038. https://doi.org/10.3201/eid2605.191135
AMA Merenstein C, Ward J, Allen D. Diplorickettsia Bactéries dans une tique Ixodes scapularis, Vermont, États-Unis. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1036-1038. doi: 10.3201/eid2605.191135.
APA Merenstein, C., Ward, J. et Allen, D. (2020). Bactérie Diplorickettsia dans une tique Ixodes scapularis, Vermont, USA. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1036-1038. https://doi.org/10.3201/eid2605.191135.

Nous rapportons un cas de Babesia crassa–comme une infection chez un patient asplénique en Slovénie en 2014. Nous avons diagnostiqué l'infection à l'aide de la microscopie, du séquençage de l'ARNr 18S et de la sérologie et avons surveillé la parasitémie à l'aide de la PCR numérique. Avec sa fréquence croissante, la babésiose devrait être incluse dans les diagnostics différentiels des patients immunodéprimés présentant de la fièvre.

EID Strasek-Smrdel K, Korva M, Pal E, Rajter M, Skvarc M, Avsic-Zupanc T. Cas d'infection semblable à Babesia crassa, Slovénie, 2014. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 1038-1040. https://doi.org/10.3201/eid2605.191201
AMA Strasek-Smrdel K, Korva M, Pal E, et al. Cas d'infection de type Babesia crassa, Slovénie, 2014. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 1038-1040. doi:10.3201/eid2605.191201.
APA Strasek-Smrdel, K., Korva, M., Pal, E., Rajter, M., Skvarc, M., & Avsic-Zupanc, T. (2020). Cas d'infection de type Babesia crassa, Slovénie, 2014. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1038-1040. https://doi.org/10.3201/eid2605.191201.

Les États-Unis sont au milieu d'épidémies d'hépatite A de personne à personne sans précédent. En utilisant les données du Healthcare Cost and Utilization Project, nous avons estimé les coûts moyens par hospitalisation liée à l'hépatite A en 2017. Ces estimations peuvent guider les investissements dans les efforts de prévention des épidémies pour arrêter la propagation de cette maladie évitable par la vaccination.

EID Hofmeister MG, Yin S, Aslam MV, Teshale EH, Spradling PR. Coûts d'hospitalisation de l'hépatite A, États-Unis, 2017. Emerg Infect Dis. 202026(5) :1040-1041. https://doi.org/10.3201/eid2605.191224
AMA Hofmeister MG, Yin S, Aslam MV et al. Coûts d'hospitalisation de l'hépatite A, États-Unis, 2017. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1040-1041. doi:10.3201/eid2605.191224.
APA Hofmeister, M. G., Yin, S., Aslam, M. V., Teshale, E. H. et Spradling, P. R. (2020). Coûts d'hospitalisation de l'hépatite A, États-Unis, 2017. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1040-1041. https://doi.org/10.3201/eid2605.191224.

Nous avons mené une enquête sérologique pour les anticorps du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo chez le bétail (bovins, ovins et caprins N = 3 890) en Corse (île de France) au cours de la période 2014-2016. Globalement, 9,1% des animaux étaient séropositifs, suggérant que ce virus circule en Corse. Cependant, l'identification du virus est nécessaire pour confirmer ces résultats.

EID Grech-Angelini S, Lancelot R, Ferraris O, Peyrefitte C, Vachiery N, Pédarrieu A, et al. Anticorps contre le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo chez le bétail en Corse, France, 2014-2016. Emerg Infect Dis. 202026(5) :1041-1044. https://doi.org/10.3201/eid2605.191465
AMA Grech-Angelini S, Lancelot R, Ferraris O, et al. Anticorps contre le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo chez le bétail en Corse, France, 2014-2016. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1041-1044. doi : 10.3201/eid2605.191465.
APA Grech-Angelini, S., Lancelot, R., Ferraris, O., Peyrefitte, C., Vachiery, N., Pédarrieu, A. Vial, L. (2020). Anticorps contre le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo chez le bétail en Corse, France, 2014-2016. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1041-1044. https://doi.org/10.3201/eid2605.191465.

Le typhus murin, une maladie fébrile indifférenciée causée par Rickettsia typhi, augmente en prévalence et en distribution dans tout le Texas. En 2018, un total de 40 cas de typhus murin ont été signalés dans le comté de Galveston. Cette augmentation, sans précédent depuis les années 1940, souligne l'importance de la sensibilisation des médecins et des responsables de la santé publique.

EID Ruiz K, Valcin R, Keizer P, Blanton LS. Augmentation du typhus murin dans le comté de Galveston, Texas, États-Unis, 2018. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 1044-1046. https://doi.org/10.3201/eid2605.191505
AMA Ruiz K, Valcin R, Keizer P, et al. Augmentation du typhus murin dans le comté de Galveston, Texas, États-Unis, 2018. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) : 1044-1046. doi: 10.3201/eid2605.191505.
APA Ruiz, K., Valcin, R., Keiser, P. et Blanton, L. S. (2020). Augmentation du typhus murin dans le comté de Galveston, Texas, États-Unis, 2018. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1044-1046. https://doi.org/10.3201/eid2605.191505.

L'adénovirus humain 7d est un pathogène respiratoire capable de provoquer une maladie respiratoire aiguë de gravité variable. L'analyse phylogénétique des séquences du génome entier de 15 souches isolées de cas de syndrome grippal en 2017-2019 a démontré la circulation de 2 clades distincts de la variante génomique 7d dans des collèges de New York, aux États-Unis.

EID Lamson DM, Kajon A, Popowich M, Fuschino M, St. George K. Souches d'adénovirus humains 7d associées à une maladie pseudo-grippale, New York, États-Unis, 2017-2019. Emerg Infect Dis. 202026(5):1047-1049. https://doi.org/10.3201/eid2605.200116
AMA Lamson DM, Kajon A, Popowich M, et al. Souches d'adénovirus humain 7d associées à une maladie pseudo-grippale, New York, États-Unis, 2017-2019. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):1047-1049. doi : 10.3201/eid2605.200116.
APA Lamson, D. M., Kajon, A., Popowich, M., Fuschino, M. et St. George, K. (2020). Souches d'adénovirus humain 7d associées à une maladie pseudo-grippale, New York, États-Unis, 2017-2019. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1047-1049. https://doi.org/10.3201/eid2605.200116.

Le 23 janvier 2020, la Chine a mis en quarantaine Wuhan pour contenir la maladie à coronavirus (COVID-19). Nous avons estimé la probabilité de transport du COVID-19 de Wuhan vers 369 autres villes de Chine avant la quarantaine. Le risque de COVID-19 attendu est de >50% dans 130 (IC à 95% 89-190) villes et >99% dans les 4 plus grandes zones métropolitaines.

EID Du Z, Wang L, Cauchemez S, Xu X, Wang X, Cowling BJ, et al. Risque de transport de la maladie à coronavirus de Wuhan vers d'autres villes de Chine. Emerg Infect Dis. 202026(5):1049-1052. https://doi.org/10.3201/eid2605.200146
AMA Du Z, Wang L, Cauchemez S, et al. Risque de transport de la maladie à coronavirus de Wuhan vers d'autres villes de Chine. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5):1049-1052. doi:10.3201/eid2605.200146.
APA Du, Z., Wang, L., Cauchemez, S., Xu, X., Wang, X., Cowling, B. J. Meyers, L. (2020). Risque de transport de la maladie à coronavirus de Wuhan vers d'autres villes de Chine. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1049-1052. https://doi.org/10.3201/eid2605.200146.

Nous rapportons un groupe de 2 familles de personnes infectées par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère dans la ville de Zhoushan, province du Zhejiang, Chine, en janvier 2020. Les infections résultaient d'un contact avec un voyageur infecté mais potentiellement présymptomatique de la ville de Wuhan en Province du Hubei.

EID Tong Z, Tang A, Li K, Li P, Wang H, Yi J, et al. Transmission présymptomatique potentielle du SRAS-CoV-2, province du Zhejiang, Chine, 2020. Emerg Infect Dis. 202026(5) :1052-1054. https://doi.org/10.3201/eid2605.200198
AMA Tong Z, Tang A, Li K et al. Transmission présymptomatique potentielle du SRAS-CoV-2, province du Zhejiang, Chine, 2020. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1052-1054. doi:10.3201/eid2605.200198.
APA Tong, Z., Tang, A., Li, K., Li, P., Wang, H., Yi, J. Yan, J. (2020). Transmission présymptomatique potentielle du SRAS-CoV-2, province du Zhejiang, Chine, 2020. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1052-1054. https://doi.org/10.3201/eid2605.200198.
Livres et médias
EID Lire AF. Superbugs : la course pour arrêter une épidémie. Emerg Infect Dis. 202026(5) :1055. https://doi.org/10.3201/eid2605.191717
AMA Lire AF. Superbugs : la course pour arrêter une épidémie. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1055. doi:10.3201/eid2605.191717.
APA Lire, A. F. (2020). Superbugs : la course pour arrêter une épidémie. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1055. https://doi.org/10.3201/eid2605.191717.
À propos de la couverture
EID Breedlove B, Fung I. Symboles de bon augure de rang et de statut. Emerg Infect Dis. 202026(5) : 1056-1057. https://doi.org/10.3201/eid2605.ac2605
AMA Breedlove B, Fung I. Symboles de bon augure de rang et de statut. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1056-1057. doi: 10.3201/eid2605.ac2605.
APA Breedlove, B., & Fung, I. (2020). Symboles de bon augure de rang et de statut. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1056-1057. https://doi.org/10.3201/eid2605.ac2605.
Étymologie
EID Henry R. Étymologie : Coronavirus. Emerg Infect Dis. 202026(5) :1027. https://doi.org/10.3201/eid2605.et2605
AMA Henry R. Étymologie : Coronavirus. Maladies infectieuses émergentes. 202026(5) :1027. doi:10.3201/eid2605.et2605.
APA Henri, R. (2020). Etymologie : Coronavirus. Maladies infectieuses émergentes, 26(5), 1027. https://doi.org/10.3201/eid2605.et2605.

Portail de soumission ScholarOne


Note de l'éditeur

Examen de l'histoire des soins infirmiers 26 (2018) : 14-16. Une publication de l'Association américaine pour l'histoire des soins infirmiers. Copyright © 2018 Springer Publishing Company. http://dx.doi.org/10.1891/1062-8061.26.14

Je n'ai jamais pensé que je pourrais commencer ma note en demandant aux lecteurs de se tourner vers nos Lignes directrices pour les contributeurs. Il y a eu beaucoup de changements. Plus particulièrement, notre éditeur Springer Publishing Company fait glisser le Examen de l'histoire des soins infirmiers sortir de l'âge des ténèbres et entrer dans le 21e siècle. Adam Etkin, le rédacteur en chef des revues chez Springer, a placé le processus de soumission des manuscrits dans Editorial Manager. Cindy Connolly, notre rédactrice en chef adjointe, et moi-même fronçons les sourcils : nous avons aimé nos processus papier-crayon. Jake Rutkowski, notre rédacteur en chef, est rayonnant : il peut montrer son sens de la technologie. Le timing est pourtant parfait. Au moment où j'écris, j'assemble le volume 26 pour sa date limite du 1er avril. Tous les manuscrits ultérieurs qui pourraient constituer le volume 27 ne sont pas encore arrivés.

La plupart des auteurs et évaluateurs connaîtront peu de changements. La plupart des auteurs soumettent des manuscrits et des critiques via une sorte de système électronique depuis de nombreuses années maintenant. Et Editorial Manager est l'un des plus courants que nous avons utilisés. Et nous pensons que nous sommes entre de bonnes mains avec Jake qui gère ce que l'on appelle les processus back-end qui feront avancer les manuscrits.

La chose la plus importante que les auteurs vivront est de signer une décharge de droit d'auteur avant de soumettre leur manuscrit. Comme nos directives, Editorial Manager a des déclarations très claires selon lesquelles si un manuscrit est rejeté par le droit d'auteur, il revient immédiatement à l'auteur. Le directeur éditorial a également la capacité de gérer les critiques de livres et de médias (Adam l'a configuré pour imiter la structure du Revoir). Nous avons décidé de ne pas inclure temporairement ces critiques pendant que nous testons nos connaissances éditoriales du système. Mais Annemarie McAllister et Brigid Lusk, nos rédactrices de critiques de livres, et Winifred Connerton, notre rédactrice en chef des médias, sont ravis d'avoir signé des autorisations de droits d'auteur en même temps que leurs excellentes critiques.

Comme nous devions refaire nos lignes directrices pour les contributeurs pour remercier le directeur éditorial, l'équipe éditoriale a décidé d'examiner l'ensemble du document. Nous avons sondé les meilleures pratiques des revues de pairs, et vous remarquerez d'autres changements. Nous avons maintenant des déclarations fortes sur l'éthique de la recherche parce que Springer Publishing Company est désormais membre du Comité d'éthique de la publication (une autre des initiatives d'Adam), des déclarations claires de conflits d'intérêts et des moyens de gérer les manuscrits qui nécessitent un accès ouvert immédiat. À ce jour, cela est limité aux manuscrits dont la recherche est financée par le Wellcome Trust. Mais je soupçonne que cela va changer.

Et vous remarquerez d'autres changements. Joan Lynaugh voulait quitter le comité consultatif de rédaction, mais nous voulions son expertise. J'ai donc créé un comité éditorial émérite avec Joan et d'autres membres de longue date du comité. Et, conformément aux meilleures pratiques des comités de rédaction, j'ai mis en place des limites de mandat renouvelables pour ceux qui restent. Les limites des mandats sont échelonnées (faites assez arbitrairement) de sorte qu'un éditeur n'est pas confronté à la possibilité d'un exode massif de membres expérimentés du conseil d'administration qui partent à un moment donné.

Mais ce qui est resté le même, c'est la qualité constante des articles que vous trouverez dans le volume 26. Je penserai longtemps à ce volume comme celui qui s'est constitué grâce au travail acharné et au dévouement de nos rédacteurs de section spéciale Rima Apple et Winifred Connerton. Et je dois saluer l'excellent travail de notre réviseure Alison Anderson. Alison a récemment pris sa retraite après des années de service chez Penn Press. Mais, heureusement, elle restera avec le Revoir. Et merci, Jake, d'avoir géré le bourbier de paperasse qui a rendu cela possible.

Je vous ai emmené au plus profond du fonctionnement quotidien de la Revoir (peut-être plus profond que vous ne vouliez aller). Mais je terminerai sur une note historique. Notre doyenne Antonia Villarruel a posé à Julie Fairman et à moi une question très intéressante : y a-t-il un lien entre les mouvements conservateurs et l'anti-intellectualisme ? Je viens de finir de travailler sur la ville de New York dans les années 1920, à une époque où, comme vous le savez, les États-Unis traversaient un autre mouvement conservateur. Mais je ne qualifierais pas les années 1920 d'anti-intellectuelles – les années 1920 nous ont aussi donné la Harlem Renaissance, les années folles, l'art déco, Sinclair Lewis et Gertrude Stein. Mais ce que j'ai découvert – et ce sur quoi j'écris – c'est que le climat conservateur des années 1920 a rendu ceux qui s'occupaient des pauvres et des démunis moins disposés à prendre des risques à leur service par peur d'une étiquette politique. Ils se sont autocensurés. Et cela peut être une leçon importante à considérer en ces temps politiques difficiles.

Patricia D'Antonio, PhD, IA, FAAN

Centre Barbara Bates pour l'étude de l'histoire des soins infirmiers

École des sciences infirmières de l'Université de Pennsylvanie

Philadelphie, PA 19104-4217

Facteur d'impact

Un facteur d'impact (IF), calculé chaque année par l'Institute for Scientific Information (ISI) pour un groupe soigneusement sélectionné de revues spécialisées dans le domaine de la santé, sert actuellement d'indicateur statistique de l'importance d'une revue de recherche. Alors que la signification précise, la fiabilité et la validité d'un FI (qui mesure le nombre de fois où des articles d'une revue sont cités) restent très controversées, le Revoir était l'une des revues infirmières originales pour lesquelles l'ISI a calculé un IF.

En 2008, Thomson Scientific (qui a créé l'IF) a déplacé le Revoir hors de la catégorie des soins infirmiers et dans celle de l'histoire des sciences sociales. Cela témoigne de la nature multidisciplinaire de la Revoir (10 % de nos auteurs au fil du temps ne sont pas des infirmières mais des historiens et des sociologues). Les Revoir a également été reconnue comme une revue à fort impact avec une forte présence internationale dans la discipline (voir Dougherty, MC, Lin, S., McKenna, HP et Seers, K. [2004]. Contenu international des revues infirmières de haut rang dans le l'an 2000. Journal des bourses d'études en sciences infirmières, 36[2], 173–179).

En 2014 (dernière année calculée), notre FI était de 0,36. Cette métrique IF est basée à la fois sur le nombre d'articles publiés par an et sur le nombre de citations au cours des 2 dernières années. Cela a une incidence substantielle sur la Revoir's IF: C'est une revue annuelle qui publie seulement trois à cinq articles par an, et dans la discipline de l'histoire, les articles restent pertinents pendant bien plus de 2 ans. De plus, bon nombre de nos articles sont référencés dans des livres et des revues de sciences humaines qui ne sont pas pris en compte dans le calcul des FI. Ceux-ci influencent également le facteur h dans Google Scholar (publié en juillet 2016) : indice h5 = 5 médiane h5 = 8.


Critique : Tome 26 - Histoire

Il y a eu 3 pandémies de grippe au 20e siècle, et il y en a eu 1 jusqu'à présent au 21e siècle. Les autorités sanitaires locales, nationales et internationales mettent régulièrement à jour leurs plans d'atténuation de la prochaine pandémie de grippe à la lumière des dernières preuves disponibles sur l'efficacité de diverses mesures de contrôle pour réduire la transmission. Ici, nous passons en revue la base de données probantes sur l'efficacité des mesures de protection individuelle non pharmaceutiques et des mesures d'hygiène environnementale dans les établissements autres que les soins de santé et discutons de leur inclusion potentielle dans les plans de pandémie. Bien que des études mécanistiques soutiennent l'effet potentiel de l'hygiène des mains ou des masques faciaux, les preuves issues de 14 essais contrôlés randomisés de ces mesures n'ont pas soutenu un effet substantiel sur la transmission de la grippe confirmée en laboratoire. De même, nous avons trouvé des preuves limitées sur l'efficacité de l'amélioration de l'hygiène et du nettoyage de l'environnement. Nous avons identifié plusieurs lacunes majeures dans les connaissances nécessitant des recherches supplémentaires, notamment une meilleure caractérisation des modes de transmission de personne à personne.

Les pandémies de grippe surviennent à intervalles irréguliers lorsque de nouvelles souches du virus de la grippe A se propagent chez l'homme (1).Les pandémies de grippe ont un impact sanitaire et social considérable qui dépasse celui des épidémies de grippe saisonnières (interpandémiques) typiques. L'une des caractéristiques des pandémies de grippe est l'incidence élevée des infections dans tous les groupes d'âge en raison du manque d'immunité de la population. Bien que les vaccins antigrippaux soient la pierre angulaire de la lutte contre la grippe saisonnière, des vaccins spécifiques pour une nouvelle souche pandémique ne devraient pas être disponibles pendant les 5 à 6 premiers mois de la prochaine pandémie. Des médicaments antiviraux seront disponibles dans certains endroits pour traiter des infections plus graves, mais il est peu probable qu'ils soient disponibles dans les quantités qui pourraient être nécessaires pour contrôler la transmission dans la communauté en général. Ainsi, les efforts pour contrôler la prochaine pandémie reposeront en grande partie sur des interventions non pharmaceutiques.

La plupart des infections par le virus de la grippe provoquent une maladie bénigne et spontanément résolutive, seule une petite fraction des cas-patients nécessite une hospitalisation. Par conséquent, les infections par le virus de la grippe se propagent principalement dans la communauté. On pense que le virus de la grippe est transmis principalement par des gouttelettes respiratoires, mais la distribution de la taille des particules responsables de la transmission reste incertaine, et en particulier, il n'y a pas de consensus sur le rôle des aérosols de particules fines dans la transmission (2,3). Dans les établissements de santé, des précautions contre les gouttelettes sont recommandées en plus des précautions standard pour le personnel de santé lorsqu'il interagit avec des patients atteints de la grippe et pour tous les visiteurs pendant les saisons grippales (4). En dehors des établissements de santé, l'hygiène des mains est recommandée dans la plupart des plans nationaux de lutte contre la pandémie (5), et les masques médicaux étaient monnaie courante pendant la pandémie de grippe en 2009. Il a été prouvé que l'hygiène des mains prévenait de nombreuses maladies infectieuses et pourrait être considérée comme un élément majeur des plans de pandémie de grippe, qu'elle ait ou non prouvé son efficacité contre la transmission du virus de la grippe. , en particulier en raison de son potentiel à réduire d'autres infections et donc à réduire la pression sur les services de santé.

Dans cet article, nous passons en revue la base de données probantes pour les mesures de protection individuelle et les mesures d'hygiène environnementale, et plus particulièrement les preuves de l'efficacité de ces mesures pour réduire la transmission de la grippe confirmée en laboratoire dans la communauté. Nous discutons également des implications de la base de données probantes pour l'inclusion de ces mesures dans les plans de lutte contre la pandémie.

Méthodes et résultats

Nous avons mené des revues systématiques pour évaluer l'efficacité des mesures de protection individuelle sur la transmission du virus de la grippe, y compris l'hygiène des mains, l'étiquette respiratoire et les masques faciaux, et une revue systématique du nettoyage des surfaces et des objets en tant que mesure environnementale (tableau 1). Nous avons effectué des recherches dans 4 bases de données (Medline, PubMed, EMBASE et CENTRAL) pour la littérature dans toutes les langues. Nous avons cherché à identifier des essais contrôlés randomisés (ECR) de chaque mesure pour les résultats de la grippe confirmés en laboratoire pour chacune des mesures, car les ECR fournissent la meilleure qualité de preuves. Pour l'étiquette respiratoire et le nettoyage des surfaces et des objets, en raison d'un manque d'ECR pour la grippe confirmée en laboratoire, nous avons également recherché des ECR rapportant les effets de ces interventions sur les résultats des syndromes grippaux (SG) et des maladies respiratoires, puis des études observationnelles sur les résultats de laboratoire. -confirmé les résultats de la grippe, du syndrome grippal et des maladies respiratoires. Pour chaque revue, 2 auteurs (E.Y.C.S. et J.X.) ont passé au crible les titres et les résumés et examiné les textes intégraux de manière indépendante.

Nous avons effectué une méta-analyse pour les interventions d'hygiène des mains et de masque facial et estimé l'effet de ces mesures sur la prévention de la grippe confirmée en laboratoire par rapport de risque (RR). Nous avons utilisé un modèle à effets fixes pour estimer l'effet global dans une analyse groupée ou une analyse de sous-groupe. Aucun effet global ne serait généré s'il y avait une grande hétérogénéité sur la base des je 2 statistique > 75% (6). Nous avons effectué une évaluation de la qualité des preuves sur les interventions d'hygiène des mains et de masque facial en utilisant l'approche GRADE (Grading of Recommendations Assessment, Development and Evaluation) (7). Nous fournissons des détails supplémentaires sur les stratégies de recherche, la sélection d'articles, les résumés des articles sélectionnés et l'évaluation de la qualité (annexe).

Mesures de protection individuelle
Hygiène des mains

Figure 1. Méta-analyse des rapports de risque pour l'effet de l'hygiène des mains avec ou sans masque facial sur la grippe confirmée en laboratoire à partir de 10 essais contrôlés randomisés avec >11 000 participants. A) Hygiène des mains seule.

Nous avons identifié une revue systématique récente de Wong et al. sur des ECR conçus pour évaluer l'efficacité des interventions d'hygiène des mains contre la transmission de la grippe confirmée en laboratoire (8). Nous avons utilisé cette revue comme point de départ, puis avons recherché de la littérature supplémentaire publiée après 2013, nous avons trouvé 3 articles éligibles supplémentaires publiés au cours de la période de recherche du 1er janvier 2013 au 13 août 2018. Au total, nous avons identifié 12 articles (920), dont 3 articles issus de la recherche mise à jour et 9 articles de Wong et al. (8). Deux articles se sont appuyés sur le même ensemble de données sous-jacent (16,19) par conséquent, nous avons compté ces 2 articles comme 1 étude, qui a abouti à 11 ECR. Nous avons en outre sélectionné 10 études avec >10 000 participants à inclure dans la méta-analyse (Figure 1). Nous avons exclu 1 étude de la méta-analyse car elle fournissait des estimations des risques d'infection uniquement au niveau du ménage, et non au niveau individuel (20). Nous n'avons pas généré d'effet global combiné de l'hygiène des mains uniquement ou de l'hygiène des mains avec ou sans masque facial en raison de la forte hétérogénéité des estimations individuelles (je 2 87 et 82 %, respectivement). L'effet de l'hygiène des mains combinée aux masques faciaux sur la grippe confirmée en laboratoire n'était pas statistiquement significatif (RR 0,91, IC à 95 % 0,73-1,13 je 2 = 35 %, p = 0,39). Certaines études ont signalé une puissance insuffisante en raison de la taille limitée de l'échantillon, et une faible adhésion aux interventions d'hygiène des mains a été observée dans certaines études.

Nous avons également analysé l'effet de l'hygiène des mains par milieu, car les voies de transmission peuvent varier selon les milieux. Nous avons trouvé 6 études dans des environnements domestiques examinant l'effet de l'hygiène des mains avec ou sans masques faciaux, mais l'effet global combiné n'était pas statistiquement significatif (RR 1,05, IC à 95 % 0,86-1,27 je 2 = 57 %, p = 0,65) (Annexe Figure 4) (1115,17). Les conclusions de 2 études en milieu scolaire étaient différentes (figure 5 de l'annexe). Une étude menée aux États-Unis (16) n'a montré aucun effet majeur de l'hygiène des mains, alors qu'une étude en Egypte (18) ont rapporté que l'hygiène des mains réduisait le risque de grippe de >50%. Une analyse groupée de 2 études dans des résidences universitaires a rapporté un effet protecteur marginalement significatif d'une combinaison d'hygiène des mains et de masques faciaux portés par tous les résidents (RR 0,48, IC à 95 % 0,21-1,08 je 2 = 0 %, p = 0,08) (Annexe Figure 6) (9,10).

À l'appui de l'hygiène des mains comme mesure efficace, des études expérimentales ont signalé que le virus de la grippe pouvait survivre sur les mains humaines pendant une courte période et se transmettre entre les mains et les surfaces contaminées (2,21). Certaines études sur le terrain ont indiqué que l'ARN du virus de la grippe A(H1N1)pdm09 et de la grippe A(H3N2) et le virus de la grippe viable pouvaient être détectés sur les mains de personnes atteintes de grippe confirmée en laboratoire (22,23), soutenant le potentiel de transmission par contact direct et indirect de jouer un rôle dans la propagation de la grippe. D'autres études expérimentales ont également démontré que l'hygiène des mains pouvait réduire ou éliminer le virus infectieux de la grippe des mains humaines (24,25). Cependant, les résultats de notre méta-analyse sur les ECR n'ont pas fourni de preuves à l'appui d'un effet protecteur de l'hygiène des mains contre la transmission de la grippe confirmée en laboratoire. Une étude a signalé un effet majeur, mais dans cet essai d'hygiène des mains dans les écoles en Égypte, l'eau courante a dû être installée et du savon et du matériel de séchage des mains ont dû être introduits dans les écoles d'intervention dans le cadre du projet (18). Par conséquent, l'impact de l'hygiène des mains pourrait également être le reflet de l'introduction du savon et de l'eau courante dans les écoles primaires des milieux à faible revenu. Si l'on considère toutes les preuves issues des ECR ensemble, il est utile de noter que certaines études pourraient avoir sous-estimé le véritable effet de l'hygiène des mains en raison de la complexité de la mise en œuvre de ces études d'intervention. Par exemple, le groupe témoin n'aurait généralement aucune connaissance ou utilisation nulle de l'hygiène des mains, et le groupe d'intervention pourrait ne pas adhérer aux pratiques optimales d'hygiène des mains (11,13,15).

L'hygiène des mains est également efficace pour prévenir d'autres maladies infectieuses, notamment les maladies diarrhéiques et certaines maladies respiratoires (8,26). Le besoin d'hygiène des mains dans la prévention des maladies est bien reconnu dans la plupart des communautés. L'hygiène des mains a été acceptée comme mesure de protection individuelle dans >50% des plans nationaux de préparation à la pandémie de grippe (5). La pratique de l'hygiène des mains est généralement effectuée avec du savon et de l'eau, un désinfectant pour les mains à base d'alcool ou d'autres désinfectants pour les mains sans eau, qui sont tous facilement accessibles, disponibles, abordables et bien acceptés dans la plupart des communautés. Cependant, les ressources limitées dans certaines régions sont préoccupantes lorsqu'il n'y a pas d'eau courante propre ou de désinfectant pour les mains à base d'alcool. Il y a peu d'effets indésirables de l'hygiène des mains, à l'exception de l'irritation cutanée causée par certains produits d'hygiène des mains (27). Cependant, en raison de certaines pratiques sociales ou religieuses, les désinfectants pour les mains à base d'alcool peuvent ne pas être autorisés dans certains endroits (28). Le respect des bonnes pratiques d'hygiène des mains a tendance à être faible car les comportements habituels sont difficiles à changer (29). Par conséquent, des programmes de promotion de l'hygiène des mains sont nécessaires pour préconiser et encourager une hygiène des mains appropriée et efficace.

Étiquette respiratoire

L'étiquette respiratoire est définie comme se couvrir le nez et la bouche avec un mouchoir ou un masque (mais pas une main) lors de la toux ou des éternuements, suivi d'une élimination appropriée des mouchoirs usagés et d'une bonne hygiène des mains après un contact avec des sécrétions respiratoires (30). D'autres descriptions de cette mesure ont inclus le fait de tourner la tête et de se couvrir la bouche en toussant et en toussant ou en éternuant dans une manche ou un coude, plutôt que dans une main. La raison de ne pas tousser dans les mains est d'éviter la contamination ultérieure d'autres surfaces ou objets (31). Nous avons effectué une recherche le 6 novembre 2018 et identifié la littérature disponible dans les bases de données entre 1946 et le 5 novembre 2018. Nous n'avons identifié aucune recherche publiée sur l'efficacité de l'étiquette respiratoire pour réduire le risque de grippe confirmée en laboratoire ou ILI. Une étude observationnelle a rapporté un taux d'incidence similaire de maladies respiratoires autodéclarées (définies par > 1 symptômes : toux, congestion, maux de gorge, éternuements ou problèmes respiratoires) chez les pèlerins américains avec ou sans pratiquer l'étiquette respiratoire pendant le Hajj (32). Les auteurs n'ont pas précisé le type d'étiquette respiratoire utilisé par les participants à l'étude. Une étude en laboratoire a indiqué que l'étiquette respiratoire courante, y compris le fait de se couvrir la bouche avec les mains, les tissus ou la manche/le bras, était assez inefficace pour bloquer la libération et la dispersion des gouttelettes dans l'environnement sur la base de la mesure des gouttelettes émises avec un système de diffraction laser (31).

L'étiquette respiratoire est souvent répertoriée comme mesure préventive des infections respiratoires. Cependant, il y a un manque de preuves scientifiques pour soutenir cette mesure. Que l'étiquette respiratoire soit une intervention non pharmaceutique efficace pour prévenir la transmission du virus de la grippe reste discutable et mérite des recherches plus approfondies.

Masques faciaux

Figure 2. Méta-analyse des rapports de risque pour l'effet de l'utilisation d'un masque facial avec ou sans hygiène des mains améliorée sur la grippe confirmée en laboratoire à partir de 10 essais contrôlés randomisés avec >6 500 participants. A) Masque facial.

Dans notre revue systématique, nous avons identifié 10 ECR qui ont rapporté des estimations de l'efficacité des masques faciaux pour réduire les infections par le virus de la grippe confirmées en laboratoire dans la communauté à partir de la littérature publiée entre 1946 et le 27 juillet 2018. Dans l'analyse regroupée, nous n'avons trouvé aucune réduction significative de transmission de la grippe avec l'utilisation de masques faciaux (RR 0,78, IC à 95 % 0,51-1,20 je 2 = 30 %, p = 0,25) (Figure 2). Une étude a évalué l'utilisation de masques parmi les pèlerins d'Australie pendant le pèlerinage du Hajj et n'a signalé aucune différence majeure dans le risque d'infection par le virus de la grippe confirmé en laboratoire dans le groupe témoin ou le groupe de masques (33). Deux études en milieu universitaire ont évalué l'efficacité des masques faciaux pour la protection primaire en surveillant l'incidence de la grippe confirmée en laboratoire chez les résidents des résidences étudiantes pendant 5 mois (9,10). La réduction globale des cas de SG ou de grippe confirmés en laboratoire dans le groupe du masque facial n'était significative dans aucune des deux études (9,10). Les conceptions des 7 études à domicile étaient légèrement différentes : 1 étude a fourni des masques faciaux et des respirateurs P2 pour les contacts familiaux uniquement (34), une autre étude a évalué l'utilisation du masque facial comme source de contrôle pour les personnes infectées uniquement (35), et les autres études ont fourni des masques pour les personnes infectées ainsi que leurs contacts étroits (1113,15,17). Aucune des études sur les ménages n'a signalé de réduction significative des infections secondaires au virus de la grippe confirmées en laboratoire dans le groupe des masques faciaux (1113,15,17,34,35). La plupart des études manquaient de puissance en raison de la taille limitée de l'échantillon, et certaines études ont également signalé une adhérence sous-optimale dans le groupe des masques faciaux.

Les masques médicaux jetables (également appelés masques chirurgicaux) sont des dispositifs amples conçus pour être portés par le personnel médical afin de protéger la contamination accidentelle des plaies des patients et de protéger le porteur contre les éclaboussures ou les pulvérisations de fluides corporels (36). Il existe des preuves limitées de leur efficacité dans la prévention de la transmission du virus de la grippe, soit lorsqu'elles sont portées par la personne infectée pour le contrôle des sources, soit lorsqu'elles sont portées par des personnes non infectées pour réduire l'exposition. Notre revue systématique n'a trouvé aucun effet significatif des masques faciaux sur la transmission de la grippe confirmée en laboratoire.

Nous n'avons pas envisagé l'utilisation de respirateurs dans la communauté. Les respirateurs sont des masques bien ajustés qui peuvent protéger le porteur des particules fines (37) et devrait offrir une meilleure protection contre les expositions au virus de la grippe lorsqu'il est correctement porté en raison d'une efficacité de filtration plus élevée. Cependant, les respirateurs, tels que les masques N95 et P2, fonctionnent mieux lorsqu'ils sont testés, et ces masques seront en quantité limitée lors de la prochaine pandémie. Ces dispositifs spécialisés doivent être réservés à une utilisation dans les établissements de santé ou dans des sous-populations spéciales telles que les personnes immunodéprimées dans la communauté, les premiers intervenants et ceux qui remplissent d'autres fonctions communautaires essentielles, dans la mesure où les fournitures le permettent.

Dans les milieux à faible revenu, il est plus probable que des masques en tissu réutilisables seront utilisés plutôt que des masques médicaux jetables en raison du coût et de la disponibilité (38). Il existe encore peu d'incertitudes dans la pratique de l'utilisation du masque facial, telles que qui doit porter le masque et pendant combien de temps il doit être utilisé. En théorie, la transmission devrait être réduite au maximum si les membres infectés et les autres contacts portent des masques, mais la conformité des contacts étroits non infectés pourrait être un problème (12,34). L'utilisation appropriée des masques faciaux est essentielle car une mauvaise utilisation peut augmenter le risque de transmission (39). Ainsi, une éducation sur l'utilisation et l'élimination appropriées des masques faciaux usagés, y compris l'hygiène des mains, est également nécessaire.

Mesures environnementales
Nettoyage de surfaces et d'objets

Pour la période de recherche allant de 1946 au 14 octobre 2018, nous avons identifié 2 ECR et 1 étude observationnelle sur les mesures de nettoyage des surfaces et des objets à inclure dans notre revue systématique (4042). Un ECR mené dans des crèches a révélé que le nettoyage et la désinfection bihebdomadaires des jouets et du linge réduisaient la détection de plusieurs virus, y compris l'adénovirus, le rhinovirus et le virus respiratoire syncytial dans l'environnement, mais cette intervention n'était pas significative pour réduire la détection du virus de la grippe, et il n'a eu aucun effet protecteur majeur sur les maladies respiratoires aiguës (41). Un autre ECR a révélé que l'hygiène des mains avec un désinfectant pour les mains ainsi que la désinfection des surfaces réduisaient l'absentéisme lié aux maladies gastro-intestinales dans les écoles élémentaires, mais il n'y avait pas de réduction majeure de l'absentéisme lié aux maladies respiratoires (42). Une étude transversale a révélé que le contact passif avec de l'eau de Javel était associé à une augmentation importante des cas de grippe autodéclarés (40).

Étant donné que le virus de la grippe peut survivre sur certaines surfaces pendant des périodes prolongées (43), et que les procédures de nettoyage ou de désinfection peuvent réduire ou inactiver efficacement le virus de la grippe des surfaces et des objets dans les études expérimentales (44), il existe une base théorique pour croire que le nettoyage de l'environnement pourrait réduire la transmission de la grippe. À titre d'illustration de cette proposition, une étude de modélisation a estimé que le nettoyage des surfaces largement touchées pourrait réduire l'infection par la grippe A de 2 % (45). Cependant, la plupart des études sur le virus de la grippe dans l'environnement sont basées sur la détection de l'ARN du virus par PCR, et peu d'études ont signalé la détection de virus viables.

Bien que nous n'ayons trouvé aucune preuve que le nettoyage des surfaces et des objets puisse réduire la transmission de la grippe, cette mesure a un impact établi sur la prévention d'autres maladies infectieuses (42). Il devrait être possible de mettre en œuvre cette mesure dans la plupart des contextes, sous réserve de la disponibilité d'eau et de produits de nettoyage. Bien que l'irritation causée par les produits d'entretien soit limitée, la sécurité demeure une préoccupation car certains produits d'entretien peuvent être toxiques ou provoquer des allergies (40).

Discussion

Dans cette revue, nous n'avons trouvé aucune preuve à l'appui d'un effet protecteur des mesures de protection individuelle ou des mesures environnementales pour réduire la transmission de la grippe. Bien que ces mesures aient un soutien mécanique basé sur notre connaissance de la façon dont la grippe se transmet de personne à personne, les essais randomisés sur l'hygiène des mains et les masques faciaux n'ont pas démontré de protection contre la grippe confirmée en laboratoire, à une exception près (18). Nous n'avons identifié que 2 ECR sur le nettoyage de l'environnement et aucun ECR sur l'étiquette de la toux.

L'hygiène des mains est une intervention largement utilisée et il a été démontré qu'elle réduit efficacement la transmission des infections gastro-intestinales et des infections respiratoires (26). Cependant, dans notre revue systématique, la mise à jour des résultats de Wong et al. (8), nous n'avons trouvé aucune preuve d'un effet majeur de l'hygiène des mains sur la transmission du virus de la grippe confirmée en laboratoire (Figure 1). Néanmoins, l'hygiène des mains pourrait être incluse dans les plans de pandémie de grippe dans le cadre de l'hygiène générale et de la prévention des infections.

Nous n'avons pas trouvé de preuves que les masques faciaux de type chirurgical sont efficaces pour réduire la transmission de la grippe confirmée en laboratoire, que ce soit lorsqu'ils sont portés par des personnes infectées (contrôle à la source) ou par des personnes dans la communauté en général pour réduire leur sensibilité (Figure 2). Cependant, comme pour l'hygiène des mains, les masques faciaux pourraient être en mesure de réduire la transmission d'autres infections et donc avoir de la valeur dans une pandémie de grippe lorsque les ressources en soins de santé sont sollicitées.

Il est essentiel de noter que les mécanismes de transmission de personne à personne dans la communauté n'ont pas été entièrement déterminés. La controverse demeure sur le rôle de la transmission par les aérosols à particules fines (3,46). La transmission par contact indirect nécessite le transfert d'un virus viable de la muqueuse respiratoire sur les mains et d'autres surfaces, la survie sur ces surfaces et une inoculation réussie dans la muqueuse respiratoire d'une autre personne. Toutes ces composantes de la voie de transmission n'ont pas fait l'objet d'études approfondies. L'impact des facteurs environnementaux, tels que la température et l'humidité, sur la transmission de la grippe est également incertain (47). Ces incertitudes sur les modes et mécanismes de transmission de base entravent l'optimisation des mesures de contrôle.

Dans cette revue, nous nous sommes concentrés sur 3 mesures de protection individuelle et 1 mesure environnementale. D'autres mesures environnementales potentielles incluent l'humidification dans les environnements secs (48), augmentant la ventilation (49) et l'utilisation de la lumière UV dans la chambre haute (50), mais il existe peu de preuves à l'appui de ces mesures. Des enquêtes supplémentaires sur l'efficacité de l'étiquette respiratoire et du nettoyage des surfaces par la réalisation d'ECR seraient utiles pour fournir des preuves avec une évaluation de meilleure qualité de l'efficacité de ces mesures ciblant des groupes de population spécifiques, tels que les personnes immunodéprimées, seraient également bénéfiques (tableau 2). Les futures évaluations du rapport coût-efficacité pourraient fournir davantage de soutien pour l'utilisation potentielle de ces mesures. Des recherches supplémentaires sur les modes de transmission et les interventions alternatives pour réduire la transmission de la grippe seraient utiles pour améliorer la préparation à une pandémie. Enfin, bien que notre examen se soit concentré sur les mesures non pharmaceutiques à prendre pendant les pandémies de grippe, les résultats pourraient également s'appliquer aux épidémies de grippe saisonnière sévère. Les preuves issues d'ECR sur l'hygiène des mains ou les masques faciaux n'ont pas confirmé d'effet substantiel sur la transmission de la grippe confirmée en laboratoire, et des preuves limitées étaient disponibles sur d'autres mesures environnementales.

Mme Xiao est étudiante de troisième cycle à l'École de santé publique de l'Université de Hong Kong, Hong Kong, Chine. Ses principaux intérêts de recherche sont l'épidémiologie de la grippe et la dynamique de la transmission de personne à personne.

Remerciements

Cette étude a été menée en préparation de l'élaboration de lignes directrices par l'Organisation mondiale de la santé sur l'utilisation d'interventions non pharmaceutiques pour la grippe pandémique dans des contextes non médicaux.

Cette étude a été soutenue par l'Organisation mondiale de la santé. J.X. et M.W.F. ont été soutenus par le Collaborative Research Fund du University Grants Committee de Hong Kong (projet n° C7025-16G).

Les références

Les figures
Les tables

Date de publication originale : 06 février 2020

1 Ces premiers auteurs ont contribué à parts égales à cet article.

Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour envoyer la correspondance aux auteurs ou les contacter à l'adresse suivante :

Benjamin J. Cowling, Centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé pour l'épidémiologie et le contrôle des maladies infectieuses, École de santé publique, Faculté de médecine Li Ka Shing, Université de Hong Kong, 1/F Patrick Manson Bldg (Aile nord), 7 Sassoon Rd, Hong Kong, Chine

Commentaire soumis avec succès, merci pour vos commentaires.


Contenu

Examen stéréo était un magazine américain publié pour la première fois en 1958 [2] par Ziff-Davis avec le titre Revue HiFi et Musique. [3] Pendant la phase initiale, le magazine avait son siège à Chicago, Illinois. [3] C'était l'un d'une poignée de magazines alors disponibles pour l'individu intéressé par la haute fidélité. Tout au long de sa vie, il a publié un mélange de critiques de disques et d'équipements, d'articles sur la musique et les musiciens, et d'articles sur des questions techniques et des conseils. Le nom a changé en Critique HiFi en 1959. Il est devenu Examen HiFi/Stéréo en 1961 pour refléter l'utilisation croissante de la technologie stéréophonique dans les enregistrements et les émissions. En 1968, il est devenu, tout simplement, Examen stéréo, reflétant le large passage à la reproduction stéréophonique et simplifiant le titre. À la fin des années 1980, le magazine a été racheté par CBS Magazines (aujourd'hui Hachette Filipacchi), et en 1989, il a absorbé Haute fidélité magazine. Au cours des années 1990, les tendances de consommation ont commencé à s'étendre aux questions de cinéma maison et le contenu des magazines a suivi. En 1999 Examen stéréo fusionné avec Vidéo, un magazine que Hachette Filipacchi avait racheté à Reese Communications, [4] pour devenir Sound & Vision de Stereo Review avant de choisir son nom actuel en 2000, reflétant à quel point le cinéma maison était devenu dominant dans les achats des consommateurs.

En juin 2009, Hachette Filipacchi a vendu la publication à Bonnier Corporation, la division américaine du groupe suédois Bonnier, ainsi que quatre autres magazines : Photographie populaire, Nautique, En volant et Photo américaine. [5] En 2013, Bonnier l'a vendu à Source Interlink, qui l'a fusionné avec son ancien magazine d'électronique grand public. Cinéma maison. [6] [7] En mars 2018, Son et vision a été acheté, ainsi que des magazines et des sites Web connexes, par AVTech Media Ltd. [8]

L'une des caractéristiques principales du magazine était la permanence de son personnel. Certains membres du personnel sont restés pendant des décennies. L'une d'entre elles, Louise Bundas, a gravi les échelons pour devenir rédactrice en chef du magazine de la fin des années 1980 aux années 1990. Un autre, Julian Hirsch, était connu pour ses revues techniques d'équipements avec lesquels il a collaboré avec le magazine de 1961 jusqu'à sa retraite en 1998, près de 40 ans.

Un magazine canadien avec le même titre et le même sujet a cessé de paraître environ un an avant Examen stéréo a pris le nom.


Revue d'écologie humaine : Volume 26, Numéro 1

Veuillez lire les Conditions d'utilisation avant de télécharger les formats.

La description

Examen de l'écologie humaine est une revue semestrielle qui publie des recherches interdisciplinaires évaluées par des pairs sur tous les aspects des interactions homme-environnement (Research in Human Ecology). La revue publie également des essais, des documents de discussion, des dialogues et des commentaires sur des sujets particuliers relatifs à l'écologie humaine (Human Ecology Forum), des critiques de livres (Contemporary Human Ecology) et des lettres, annonces et autres sujets d'intérêt (Human Ecology Bulletin). Examen de l'écologie humaine publie également une série d'articles occasionnels dans la Philosophie de l'écologie humaine et de la durabilité sociale et environnementale.

Des détails

Chapitres PDF

Veuillez lire les Conditions d'utilisation avant de télécharger les formats.

Si votre navigateur Web n'ouvre pas automatiquement ces fichiers, veuillez télécharger une application de lecture PDF telle que le logiciel gratuit Adobe Acrobat Reader.

Pour copier un lien DOI de chapitre, faites un clic droit (sur un PC) ou Ctrl+clic (sur un Mac), puis sélectionnez « Copier l'emplacement du lien ».


Max Blumenthal et Ben Norton présentent une émission spéciale PBS Frontline comme le dernier véhicule d'une campagne de relations publiques menée par les groupes de réflexion Beltway et les vétérans de la politique étrangère pour repositionner Mohammad Jolani comme un « atout ».

Asmaa Abu Mezied décrit les dangers des mois chauds à venir pour l'enclave assiégée, qui vient de subir des bombardements tôt mercredi sous le nouveau gouvernement israélien.


Critique : Tome 26 - Histoire

Barker, S.K. et Brenda M. Hosington, éd. Carrefour culturel de la Renaissance : traduction, estampe et culture en Grande-Bretagne, 1473-1640 . Boston : Brill, 2013. xxix + 253 pages ISBN 978-9004241848. 146,00 $ en tissu.

Braden, Gordon, Robert Cummings et Stuart Gillespie, éd. L'histoire d'Oxford de la traduction littéraire en anglais, volume 2 : 1550-1660. Oxford : Oxford UP, 2010. xiii + 599 p. ISBN 978-0199246212. 250,00 $ en tissu.

Reynolds, Matthieu. La poésie de la traduction : de Chaucer & Petrarch à Homer & Logue. Oxford : Oxford UP, 2011. x + 374 p. ISBN 978-0199605712. 99,00 $ tissu

Schurink, Fred, éd. Traduction Tudor. New York : Palgrave Macmillan, 2011. xi + 234 p. ISBN 978-0230271807. 76,00 $ en tissu.

Roger Ascham a compris le pouvoir transformateur de la traduction. Le sien Maître d'école (1570) décrit la double traduction comme la technique éducative formative pour la jeunesse, un exercice qui non seulement affinerait la locution à travers la grandiloquence de Cicéron, mais aussi redresserait l'esprit. Commençant et se terminant par le texte source latin, la double traduction épure le texte et la morale errant du jeune étudiant. Pourtant, la traduction pourrait aussi être dangereuse. Ascham met en garde contre "l'Anglais italianisant", un Anglais "traduit" en italien, un hybride impie façonné par les voyages à l'étranger. La porosité alarmante des frontières nationales représentée par l'infection morale de corps corruptibles trouve son équivalent textuel dans « fonde bookes, récemment traduit de l'italien vers l'anglais, vendu dans une boutique euery à Londres, recommandé par des titres honnêtes le soner pour corrompre les bonnes manières : dédié notre boldlie aux personnages vertueux et honorables, le plus facile à attirer des wittes simples et innocents … . Dix sermons à Paules Crosse ne font pas tant de bien pour que les hommes mouraient à la doctrine, qu'un de ces livres fait du mal, en incitant les hommes à mal lire. »[1] Voici les problèmes complexes et conflictuels entourant la traduction : d'une part , des classiques latins comme Cicéron traités par une éducation humaniste stérile et contrôlée, et de l'autre, des œuvres contemporaines vulgaires - dans les deux sens du langage et du contenu moral perçu - se propageant comme des virus dans « euery shop à Londres », le marché volatile du livre. Ces œuvres italiennes anglaises sont, selon Ascham, « les inchantementes de Circès », avec le pouvoir de transformer les Anglais en porcs moraux et esthétiques. Il n'y a peut-être pas de meilleure déesse protectrice que Circé pour la transformation linguistique et culturelle des corps textuels par la traduction. Et Ascham avait raison : la traduction transformait déjà la littérature et la culture anglaises. Quelques années seulement avant de commencer à travailler sur le Maître d'école, Tottel Chansons et sonettes (1557) a introduit le sonnet. En 1554 et 1557, Surrey publie ses traductions de Virgile Énéide, « drawn into a straunge meter », la première apparition de vers blancs. Trois ans avant la Maître d'école a été imprimé, l'Ovide de Golding est apparu, plus tard pour avoir un tel impact sur Shakespeare. Et juste un an avant la Maître d'école était imprimé, un jeune Edmund Spenser a commencé sa carrière poétique en tant que traducteur de Du Bellay dans Jan van der Noot Un théâtre de paroles voluptueuses (1569).

Et pourtant, malgré la compréhension claire par des écrivains comme Ascham que la traduction était une puissante force de transformation, les études de la Renaissance anglaise commencent tout juste à rattraper leur retard. Les travaux examinés ici signalent que les études de traduction dans la Renaissance anglaise ont atteint une efflorescence sans précédent. Parmi ces apports importants dans le domaine, nous avons désormais deux ouvrages de référence essentiels : le Histoire d'Oxford de la traduction littéraire en anglais, volume 2: 1550-1660, édité par Gordon Braden, Robert Cummings et Stuart Gillespie, et le site en ligne Catalogue Carrefour Culturel de la Renaissance: Un catalogue analytique et annoté des traductions, 1473-1640. Ajouter à cette prime Matthew Reynolds La poésie de la traduction : de Chaucer & Petrarch à Homère & Logue, une monographie signalant de nouvelles directions passionnantes pour la traduction et la métaphore. Enfin, les deux collections éditées—S. K. Barker et Brenda M. Hosington Carrefour culturel de la Renaissance: Traduction, impression et culture en Grande-Bretagne, 1473-1640 et Fred Schurink Traduction Tudor—représentent les dernières recherches en matière de conjonction des études de traduction avec la critique littéraire.

Les études de traduction rencontrent la Renaissance anglaise

Pour comprendre la signification de ces œuvres, il est utile de les placer dans le mouvement des études de traduction. L'étude sérieuse de la traduction littéraire anglaise a longtemps été négligée, principalement en raison d'un parti pris critique contre les traductions par rapport aux œuvres vernaculaires « originales ». Héritant de la vénération romantique de l'auteur original, les érudits littéraires ont considéré la traduction « comme une activité secondaire, comme un processus « mécanique » plutôt que bref, comme une profession de statut inférieur. »[2] Comme le soutient Lawrence Venuti dans L'invisibilité du traducteur: Une histoire de la traduction, un texte traduit a été jugé efficace dans la mesure où le traducteur est « invisible » pour le public cible : « l'apparence, en d'autres termes, que la traduction n'est pas en fait une traduction, mais l'« original ». 3] Les traducteurs qui refusaient d'être invisibles, qui voulaient, comme Sir John Harington, rendre leur manipulation du texte source audacieusement visible, ont été rejetés même par des critiques favorables à la traduction comme FO Matthiessen pour ne pas « suggérer] les qualités du original. »[4] Le faible statut perçu du traducteur associé au critère d'invisibilité a assuré que la plupart des érudits littéraires ignoraient, dévalorisaient ou étudiaient les traductions principalement comme points d'entrée vers le texte source. De moins en moins d'universitaires ont les compétences linguistiques comparatives nécessaires pour une analyse approfondie des traductions, et par conséquent les traductions - souvent non présentées en tant que telles - sont largement utilisées dans l'érudition ou en classe comme substituts de leurs textes sources mais comme objets d'étude dans leur proprement dit, ils languissent à la vue de tous, relégués dans l'invisibilité institutionnelle.

Cette dévaluation et cette négligence des traductions deviennent particulièrement flagrantes lorsque l'on considère la Renaissance anglaise, une période d'une importance inégalée pour la traduction anglaise. C'était un « âge héroïque désordonné » pour la traduction, un mélange agité d'attitudes médiévales (transformation flagrante) et humanistes (exactitude philologique) envers le texte source.[5] Le premier ouvrage imprimé en Angleterre, Recuyell des histoires de Troie (1473) était une traduction. Julia G. Ebel a montré qu'au cours d'une année donnée du règne d'Elizabeth, environ 20 à 25 % de la production totale d'impression consistait en des traductions[6], et maintenant des données plus précises provenant du site en ligne. Catalogue Carrefour Culturel de la Renaissance projet suggèrent que le nombre a été sous-estimé. À partir des années 1520, le nombre de traductions imprimées augmente régulièrement : de moins de 200 de 1501 à 1520 à près de 1 600 de 1620 à 1640.[7] Le nombre total d'œuvres traduites de 1473 à 1640 était de plus de 6 000. Et pourtant, au cours des 50 dernières années d'érudition littéraire, selon Warren Boutcher, « la discussion critique » des traductions « a été marginale dans les études de la Renaissance anglaise ». Traduction Tudor,[9] le Cambridge Companion to English Literature, 1500-1600 (2000) « n'a pas de chapitre sur la traduction, et n'énumère même pas le terme dans l'index » (2-3). Alors que la traduction est répertoriée dans l'index des L'histoire de Cambridge de la littérature anglaise moderne (2002), il n'y a que quelques brèves références—principalement des traductions de la Bible et des langues classiques—et aucun chapitre ou section consacré au sujet. Ce sont des omissions surprenantes et révélatrices. Le peu d'attention que les traductions ont reçu a été concentré sur les nombreux traducteurs - Thomas Hoby, Thomas North, John Florio et Philemon Holland - qui ont satisfait aux normes conservatrices de fluidité esthétique et de fidélité à "l'esprit" du texte source, généralement une source classique. texte avec suffisamment de gravité,[10] ou axé sur des traducteurs qui gravitent comme des lunes inférieures au corpus planétaire d'auteurs originaux qu'ils ont pu influencer, comme Golding à Shakespeare. Il y a beaucoup de rattrapage à faire. Même à partir de 2007, Cummings, dans son résumé de l'état de la critique des traductions anglaises de la Renaissance, déplore un « échec assez surprenant de la correspondance entre le corpus d'œuvres traduites dans l'Angleterre du XVIe siècle et la fraction d'œuvres qui attirent l'attention des spécialistes de la littérature. . " [11] S'approprier C. S. Lewis, ignorer la richesse des textes traduits vicie notre compréhension de la culture littéraire anglaise de la Renaissance, nous prive d'une espèce de plaisir et rétrécit notre conception même de la littérature.

Au cours de la dernière décennie, cependant, les marées ont changé. Les textes examinés reflètent un intérêt marqué pour la théorie, la pratique et le produit de la traduction dans l'étude de la littérature. Ce changement est dû principalement au mouvement connu sous le nom de Translation Studies, lancé dans les années 1970 et dirigé par Susan Bassnett, André Lefevere, Theo Hermans, Lawrence Venuti et Gideon Toury. La quatrième édition de Basnett de Études de traduction[12] est une excellente introduction à la discipline. L'influence grandissante des études de traduction ressort clairement de leur présence croissante dans l'édition savante. La première Manuel d'études de traduction d'Oxford a été publié en 2011. Routledge a été le leader des éditeurs universitaires dans la discipline, avec une série consacrée aux études de traduction, et ses Encyclopédie Routledge des études de traduction, le premier du genre en 1998, en est maintenant à sa deuxième édition.[13] Il existe même maintenant une maison d'édition universitaire, St. Jerome's Publishing à Manchester, qui ne publie que des revues et des livres en traductologie. A cette date, quatre volumes dans le massif Histoire d'Oxford de la traduction littéraire en anglais (2005-) ont été publiés, le deuxième volume étant en cours d'examen ici. Dans l'avant-propos des rédacteurs généraux, ils reconnaissent que ce livre et cette série ont mis du temps à venir : « L'histoire de la littérature anglaise a été racontée à plusieurs reprises, mais celle de la traduction littéraire anglaise n'a jamais été traitée à grande échelle… . Notre espoir est d'avoir fourni une esquisse utile… pour montrer à quel point l'étude d'une sorte d'écriture dont l'importance à la fois en elle-même et dans ses effets immédiats a trop rarement été reconnue est riche d'intérêt » (viii). Commençant en Europe, les études de traduction sont maintenant une force en Angleterre et commencent à faire leur impact en Amérique également, incarné par la Modern Language Association consacrant son forum présidentiel et son thème de conférence de 2009 à « Les tâches de la traduction dans les vingt- First Century », et en concentrant son numéro 2010 de Métier sur les problèmes liés aux traductions.

Cette attention accrue des universitaires aux études de traduction a finalement atteint la Renaissance anglaise, où la bourse est en train de dégeler après les avancées glaciaires. celui de Massimiliano Morini Traduction Tudor en théorie et en pratique—la première monographie tentant de systématiser le domaine depuis le classique de F. O. Matthiessen Traduction : Un art élisabéthain (1931)—a été publié en 2006.[14] Renaissance littéraire anglaise a publié l'enquête bibliographique faisant autorité de Cummings sur la critique des traductions de la Renaissance anglaise en 2007. La Modern Humanities Research Association a maintenant une série de publications sur Tudor et Stuart Translations, faisant paraître des versions éditées de traductions classiques et servant de réincarnation de la vénérable série « Tudor Translations », dont les rares volumes ont été pendant de nombreuses années le seul moyen de lire ces traductions sous forme imprimée.[15]

Les textes et le catalogue en cours d'examen s'appuient sur l'élan de la discipline des études de traduction et constituent un point de départ pour de nouvelles recherches. Ils adoptent l'accent mis par les études de traduction sur les traductions en tant qu'œuvres originales, en tant que réécritures du texte source et en tant que dignes d'analyse et d'appréciation en soi, mais ils restent également déterminés à documenter les intrications des traductions avec la littérature et la culture. Comme Fred Schurink le soutient dans son introduction à Traduction Tudor, les études de traduction, dans une tentative de donner le poids voulu aux traductions, les a séquestrées dans leur propre sous-domaine. L'admirable de Morini Traduction Tudor en théorie et en pratique, par exemple, agit comme si les traductions se trouvaient dans leur propre communauté de discours distincte. Schurink veut plutôt documenter « les manières variées et profondes dont les traductions ont eu un effet sur, et ont été influencées par, les circonstances historiques spécifiques de l'Angleterre Tudor » (8). Son introduction pour sa collection éditée pourrait très bien être l'introduction du groupe de textes examinés : « Les contributions à ce volume revendiquent la centralité de la traduction à cette époque, non seulement en termes de nombre mais aussi dans son impact la littérature et la culture plus larges de l'époque, sans doute sans parallèle dans aucune autre période de l'histoire britannique » (8).[16]

Deux ouvrages de référence essentiels

Pour mieux comprendre cet impact, les chercheurs disposent désormais de deux ouvrages de référence indispensables sur les traductions anglaises de la Renaissance. Les Oxford History of Literary Translation in English, Volume 2: 1550-1660 (ci-après, par la suite Histoire d'Oxford) pèse comme un mammouth à 600 pages et sera consulté tôt et souvent, non en entier, mais au coup par coup par digestion sélective des 35 articles. Il y a dix sections principales. Le premier, « Le corpus des traductions et leur place dans le monde littéraire et culturel, 1550-1660 », explore la traduction et ses liens avec les principales forces littéraires et culturelles de la pédagogie, la langue anglaise, les croyances religieuses et l'innovation littéraire. La deuxième section, « Les traducteurs et leurs Milieux », commence par un article résumant les forces du marché du commerce du livre et du mécénat qui ont conduit à la production de traductions. Le prochain article de la section dresse le portrait des messieurs et messieurs qui ont produit leurs traductions en dehors du commerce du livre. La section se termine par quatre études de cas de traducteurs, sur George Chapman, Anthony Munday, Mary Sidney Pembroke et Thomas Stanley, choisis pour la diversité de leurs carrières de traducteurs. La troisième section, « Approches et attitudes envers la traduction », donne un aperçu utile de la théorie et de la pratique de la traduction, particulièrement importante compte tenu des problèmes de fidélité et de liberté par rapport au texte source qui ont été élaborés au cours de cette période. Un bref article sur les dictionnaires et les commentaires utilisés par les traducteurs est suivi d'un résumé des métaphores qui définissent la pratique de la traduction. Les sections quatre à neuf traitent de l'impossible tâche de catégoriser l'énorme corpus de traductions en les séparant en genres : la Bible et le commentaire biblique, le verset non dramatique (dans l'ordre inverse de la rotation virgilienne, de l'épopée à la pastorale), le théâtre, l'histoire et la politique, Fiction en prose et écriture morale, philosophique et dévotionnelle. Cette approche est en rupture avec les autres volumes de la série Oxford History, qui classent les traductions par langue/région, mais les éditeurs de ce volume notent à juste titre que cette classification générique est plus proche de la façon dont la période moderne aurait regroupé les œuvres. La section dix fournit environ 80 courtes biographies des principaux traducteurs dont les travaux sont discutés dans le volume.

Ajoutant à cet embarras de richesse, les éditeurs ont généreusement fourni une bibliographie générale des traductions, absente des autres volumes d'Oxford History, qui est une liste complète des traductions anglaises de la Renaissance pour la période couverte, organisée par nom de traducteur. La bibliographie générale sera utilisée en conjonction avec l'index bibliographique des auteurs sources, où les lecteurs peuvent rechercher par auteur source toutes les traductions de cet auteur répertoriées dans la bibliographie générale. À première vue, voir sir John Harington répertorié comme s'il était l'auteur du Orlando furieux (qu'il aurait embrassé) ou Josuah Sylvester en tant qu'auteur de Les Semaines (ce qu'il ne ferait pas) se sent désorientant, un vestige de notre conception centrée sur l'auteur du texte source de la création littéraire. Le simple fait de survoler les pages et les pages des noms de traducteurs attachés à leurs « œuvres », sans l'appellation diminutive « traduit par », donne un sens cumulatif de la contribution commune des traducteurs à l'époque, ainsi qu'une appréciation de la façon dont ce grand Oxford volume remet les traducteurs à leur juste « place », culturellement et typographiquement, en leur accordant pour une fois la par ligne.

Il est impossible d'analyser ce volume dans l'espace donné ou de résumer adéquatement son importance, sauf en incitant à « le ramasser et à le lire ». Certains des essais seront discutés plus en détail ci-dessous, mais le compte-rendu suivant donne une idée globale de leur composition : chacun des essais fonctionne à la fois comme une revue de l'érudition moderne sur la question et comme une revue des textes contemporains importants de la période du début de l'époque moderne. En tant que tel, chaque essai fonctionnera bien comme une enquête d'introduction sur le sujet à l'étude et fournira une base de recherche pertinente pour des enquêtes plus approfondies. La longueur, l'orientation et l'accessibilité des essais suggèrent qu'ils ont été adaptés à la classe. Alors que la tâche formidable des auteurs de fournir des études concises sur de vastes domaines conduit à un sentiment de superficialité et de généralisation, ils incluent admirablement des gros plans sous la forme d'analyses comparatives de la traduction au texte source dans la plupart des articles de genre dans les sections quatre à neuf. Souvent, les auteurs suggèrent des orientations futures pour l'érudition, parfois explicitement, comme le fait Brenda M. Hosington dans son essai « Commerce, impression et patronage », qui lance le défi à une future érudite (peut-être elle-même ?) lorsqu'elle écrit que « une étude de la relation entre la traduction et la production de livres au début de l'Angleterre moderne reste à écrire » (50). L'investissement scientifique dans ce volume portera sûrement ses fruits pour tous ceux qui travaillent dans la discipline.

Il semble presque dérisoire de critiquer cette réalisation, mais il y a quelques légères faiblesses, pour la plupart inévitables en raison des compromis nécessaires que les éditeurs ont dû faire. La division par genre signifie que de nombreux auteurs et traducteurs sources sont divisés, à la manière d'Osiris, en différentes sections, car beaucoup ont travaillé à travers les genres. À moins que le traducteur ne soit couvert dans l'étude de cas, il faut utiliser l'index général pour reconstituer le traducteur et l'auteur de la source. L'étendue de la couverture de chaque essai signifie qu'il n'y a pas beaucoup d'espace pour une exploration prolongée d'un seul traducteur : dans la superbe entrée de Gordon Braden sur « Epic Kinds », un titan comme Golding obtient deux pages, un léger comme Gervase Markham, une phrase. Comme pour la plupart des projets éditoriaux massifs, le processus est lent, de sorte que les articles sortent avec une légère odeur d'âge, en particulier autant de lectures que d'essais de révision, et la bourse la plus récente date de 2008 dans un domaine qui commence enfin à évoluer rapidement. . La faiblesse la plus évidente est celle que les éditeurs reconnaissent volontiers : pour éviter un travail interminable d'Hercule, ils ont dû limiter leur couverture aux seules traductions littéraires. Heureusement, la définition est suffisamment vaste pour inclure la traduction biblique, mais elle exclut les textes médicaux, techniques, d'actualité et de voyage, ainsi que les œuvres religieuses moins monumentales comme les catéchismes et les psautiers.

Cette faiblesse de la couverture est dans une certaine mesure atténuée par la prochaine référence essentielle examinée, le site Web Renaissance Cultural Crossroads Catalog: An Analytical and Annotated Catalog of Translations, 1473-1640 (ci-après RCCC),[17] sous la direction générale de Brenda M. Hosington. Cette ressource passionnante est une liste consultable de toutes les traductions imprimées en Angleterre, en Écosse et en Irlande avant 1641, et elle cherche également à inclure les traductions en anglais qui ont été imprimées à l'étranger. La base de données comprend plus de 6 000 traductions.

Les entrées sont basées sur le Catalogue de titres abrégés en anglais, avec des champs descriptifs nouveaux et adaptés pour documenter plus précisément les traductions. Les sept nouveaux champs sont l'auteur original, le traducteur, le traducteur intermédiaire, la langue originale, la langue cible, la langue intermédiaire et les documents préliminaires. L'enregistrement du traducteur/langue intermédiaire est le bienvenu, de même que les Documents Liminaires (qui incluent des annotations sur toutes les préfaces notables, des notes au lecteur, des épîtres, des dédicaces ou des épilogues), reflétant l'attention que les érudits prêtent maintenant aux codes paratextuels. . Les recherches peuvent être effectuées via une recherche par mot-clé de base ou la recherche avancée approfondie à l'aide d'entrées de catégorie et de mots-clés. Les recherches utilisant le champ « Sujet » montrent à quel point la couverture RCCC donne au-delà des traductions littéraires visées par le Histoire d'Oxford: Arts, Sciences, Philosophie naturelle / Éducation, Manuels, Étude et enseignement, Histoire, Maison et famille, Jurisprudence et droit, Littérature, Actualités, Philosophie, Politique, Pseudo-science, Religion et Voyage, avec des sous-titres sous chaque catégorie. Les voyages, par exemple, incluent les sous-catégories Amérique/Nouveau Monde, Cartographie, Europe, Géographie, Manuels de navigation, Ottomans, Asie et Général/Autre. C'est la base de données que les études de traduction en anglais ont mérité. Chaque entrée comprend des notes généreuses sur la traduction et le traducteur. Voir l'exemple d'entrée ci-dessous sur une traduction d'un intérêt particulier pour ce journal, pour avoir une idée du nombre de champs et de l'exhaustivité des entrées :

Théâtre de Toon-neel. Rime anglais. Vision anglaise. Anglais

Un théâtre où sont représentés aussi bien les misères et les calamités qui suivent les voluptueux mondains, ainsi que les grandes joies et plaisirs que les fidèles éprouvent. Un argument à la fois profitable et délectable, à tous ceux qui aiment sincèrement la parole de Dieu. Deuisé par S. Iohn vander Noodt. Vu et admis selon l'ordre nommé.

Un théâtre pour les mondains Une brève déclaration de l'auteur sur ses visions, à retirer des écritures saintes, et des orateurs, poètes, philosophes et histoires vraies. Traduit du français vers l'anglais par Theodore Roest.

Imprimé à Londres : par Henry Bynneman, Anno Domini. 1569.

[30], 107, 1 feuillets : ill. (gravures sur bois) 8°.

Littérature — emblème
Littérature — poésie
Religion — Conduite chrétienne

Van der Noot, Jan, c.1539-c.1595 Petrarca, Francesco, 1304-1374 Du Bellay, Joachim, c.1522-1560

Spenser, Edmund, vers 1552-1599 Roest, Théodore

1. Poème liminaire de Barleius [latin] 2. Poème liminaire de Gerardus Goossenius à l'auteur [latin] 3. Épître de dédicace de l'auteur à Elizabeth I, Londres, 25 mai 1569

Traduction du « Theatre oft Toon-neel » de Van der Noot. La première partie de cet ouvrage contient 21 vers illustrés de gravures sur bois, ressemblant beaucoup à un livre d'emblèmes. Les 6 premiers sont traduits de Pétrarque et les 11 suivants de Du Bellay, tous discutant de la vanité. Les 4 derniers sont des poèmes originaux de Van der Noot lui-même. La deuxième partie de l'ouvrage est une explication détaillée et une discussion du contenu de ces poèmes. L'édition originale néerlandaise a été publiée en 1568 à Anvers. Van der Noot en fit lui-même une traduction française, qui parut la même année. Les vers ont été traduits en anglais via le français par un jeune Edmund Spenser, sous la supervision de Van der Noot. La section en prose, la deuxième partie, était « Traduite du français en anglais par Theodore Roest ».

Edmund Spenser Poet, né à Londres d'origine familiale peu claire. A fréquenté la Merchant Taylor's School 1561-1569) sous la direction du directeur Richard Mulcaster. Inscrit au Pembroke College, Cambridge (1569) où il rencontre Gabriel Harvey. Diplômé BA (1573) et MA (1576). Travail de secrétariat effectué pour divers mécènes influents. Dans la maison du Dr Young, évêque de Rochester. A écrit de la poésie tout au long des années 1570, y compris «The Shepheardes Calender». Dans le cercle du comte de Leicester, ainsi que Sir Philip Sidney et Edward Dyer. Marié deux fois. Secrétaire particulier (1580-1582) de Lord Grey en Irlande, où il acquit des terres et des richesses en tant que fonctionnaire et y resta jusqu'à sa mort. A écrit « A View of the Present State of Ireland » (1596). Mieux connu pour « The Faerie Queene », dédié en particulier à Elizabeth I. Theodore Roest Un ami du maître d'école de Spenser, Richard Mulcaster.

La base de données offre immédiatement aux universitaires des données plus précises sur les traductions. Jusqu'à présent, les chercheurs ont dû citer « A Numerical Survey of Elizabethan Translations » de Julia G. Ebel, utile mais maintenant âgée de plus de 40 ans, pour obtenir des données numériques brutes sur les traductions.[18] Recherches sur le RCCC l'utilisation du champ Année montre systématiquement que les chiffres d'Ebel pour les traductions imprimées étaient considérablement inférieurs au nombre réel. Ce catalogue ouvre des voies prometteuses pour de futures bourses. le texte imprimé de S. K. Barker et Hosington, Carrefour culturel de la Renaissance : traduction, estampe et culture en Grande-Bretagne, 1473-1640 (ci-après, par la suite Carrefour culturel de la Renaissance) a été publié pour célébrer l'achèvement de la RCCC, et presque tous les essais fonctionnent directement à partir des données recueillies dans la base de données. Sur la base des essais, l'avantage immédiat semble être la capacité de regrouper rapidement et avec précision les traductions pour la catégorisation, en particulier pour les traducteurs, les langues et les genres jusqu'ici négligés. Il n'y avait pas d'autre endroit où aller, par exemple, pour trouver une liste de livres d'actualités traduits, et maintenant que la base de données rend ces informations disponibles, Barker peut rédiger une enquête à leur sujet ("'Newes Lately Come': European News Books in English Translation ”) qui est une contribution majeure sur le fonctionnement des réseaux d'information historiques.

La Renaissance anglaise a été une période charnière pour la théorie et la pratique de la traduction, et les traducteurs ont cherché refuge dans la métaphore pour articuler leur statut, et par implication, le statut de leur culture cible par rapport au texte source. « Lieux communs et métaphores » de A. E. B. Coldiron (Histoire d'Oxford) recense succinctement les différentes positions prises par le traducteur et les autres agents de publication. Parfois, les mouvements sont presque contradictoires : le matériel dédicatoire tend à rabaisser le traducteur par rapport à l'auteur source, tandis que les vers élogieux élèvent le traducteur au rang d'égal ou même de supérieur, parfois comme la réincarnation de l'auteur. De manière générale, les métaphores plus soumises au XVIe siècle laissent place à des métaphores plus audacieuses au suivant, comme le belliqueux Philemon Holland cherchant à « triompher des Romains en soumettant leur littérature sous la dent de la plume anglaise ».[19 ] Coldiron regroupe la gamme vertigineuse de métaphores - preuve que c'était une période où les traducteurs cherchaient à tâtons les bons chiffres pour définir ce qu'ils faisaient - dans les catégories « Économie et digestion » (par exemple, inventer des mots, enrichir la littérature, vol, traductrice des abeilles traitant le miel), « Vêtements et citoyenneté » (par exemple, le texte source vêtu de manteaux/herbes anglais simples et pauvres, textes en tant qu'étrangers entrant en Angleterre), « Nation et genre » (par exemple, conquête du texte/culture source, traductrice en tant que femme soumettant à des auteurs sources masculins) et « Servitude, service et famille » (par exemple, fidélité et servitude au texte source, texte source en tant que parent et traduction en tant que progéniture). Bien qu'elle puise principalement dans les travaux d'universitaires antérieurs tels que Theo Hermans et Massimiliano Morini,[20] son ​​résumé convaincant des grandes tendances et ses catégories efficaces font de cet article une parfaite introduction au sujet.

la monographie de Matthew Reynolds, La poésie de la traduction : de Chaucer & Petrarch à Homère & Logue, fait avancer l'érudition de la traduction et de la métaphore dans un nouveau territoire. Comme le souligne Reynolds, la traduction a toujours porté « en elle-même une métaphore de la traduction, la métaphore du ‘transporter’ » (4). L'affinité de la traduction pour la métaphore conduit Reynolds à sa théorie sur la « poésie de la traduction », où certaines traductions servent de « doubles de traduction » ou de « poème[s] de traduction ». Ces traductions découvrent des métaphores structurelles de la traduction sous-jacentes à leurs textes sources et, au cours de leur traduction, deviennent « énergisées et façonnées par les métaphores projetées par leurs sources » (55). Les poèmes de traduction deviennent alors de longues méditations sur les processus de transformation qu'ils partagent avec leurs textes sources. Dans un cadre d'interprétation qui va généralement dans une direction - comment le texte source a été fidèlement rendu, modifié, manipulé ou trahi par la traduction - Reynolds encourage un processus de « lire-faire-sens-traduire » dans lequel la traduction et le texte source collaborer pour construire un « ur-poème » réfléchissant sur la traduction-métaphore qui accélère les deux textes. Les traductions ne sont pas des sous-produits linguistiques, un mal nécessaire au pays de Babel, ce sont plutôt des expressions importantes des métaphores de la traduction qui structurent notre cognition. [21]

Le livre est divisé en 25 courts chapitres répartis en cinq sections. La première section se compose du prolégomène théorique de Reynolds, passant en revue certains des problèmes familiers des études de traduction afin de se positionner pour sa nouvelle approche des poèmes de traduction. Le reste des sections est divisé en explorations détaillées des métaphores de la traduction : « métaphores de l'interprétation, de l'amitié, du désir et de la passion, de la vision et de la perspective, et de la mort, de la renaissance et de la métamorphose » (46). Reynolds va librement des traducteurs médiévaux aux traducteurs modernes, les regroupant parfois dans le même chapitre avec la même métaphore de la traduction.Il y a, cependant, des chapitres consacrés à la Renaissance anglaise : Chapman and Early Translations from the Bible (Traduction comme « Interprétation et « Ouverture » ») et Ovide de Golding (Traduction comme « Métamorphose ») ainsi que des lectures plus courtes de Denham, Fairfax, Harington et Wyatt qui apparaissent avec des traducteurs d'autres périodes.

L'interprétation de Reynolds de la traduction de Fairfax en 1600 du Tasse Gerusalemme liberata, dans le chapitre « Traduction érotique », est un bon exemple de sa méthode. Fairfax a découvert dans le Tasse la métaphore du désir, et cette métaphore réinfléchit (réinfecte ?) sa traduction lorsqu'il s'écarte de son rendu typiquement loyal, ce qui arrive, sans surprise, face à des personnages féminins comme Armida. Le Tasse décrit le voile d'Armida comme une barrière à la vue mais pas à l'imagination : « ma s'a gli occhi il varco chiude, / l'amoroso pensier già non arrêté » (4.31.5-6). Comme Reynolds le démontre dans son analyse comparative, Fairfax retient la description du voile comme repoussant la vue - " Son vêtement avide de vision avide repoussant " - et pourtant, " de manière contradictoire, pousse à travers le vêtement qui obstrue le désir, satisfaisant sa propre " vue avide " ' avec des prothèses mammaires anglaises qui se mettent en place de manière persistante, palpable » (139). Et dans l'épisode où Tancredi voit Clorinda et tombe amoureux d'elle, Reynolds montre comment Fairfax semble partager le « regard désireux » de Tancredi alors que le traducteur « entre à merveille et développe ce qu'il lit, ayant un nouveau sentiment né et élevé en lui comme il dit que c'est dans Tancredi » (140). Ces moments de désir incrustés dans le texte du Tasse sont revécus par le traducteur-lecteur et réactualisés dans le texte traduit.

Alors que certains des traducteurs analysés par Reynolds obtiennent un chapitre entier, beaucoup, comme Fairfax, sont couverts par de courtes rafales, dans ce cas trois pages. La brièveté et le caractère suggestif des entrées de Reynolds invitent les lecteurs à approfondir sa discussion, pour voir jusqu'où ces métaphores peuvent aller. Sa lecture de Fairfax semble se confirmer à un examen plus approfondi. Prenez 4.29, où Tasso commence sa description astucieusement voilée d'Armida :

Le Tasse établit la fraternité d'Armida avec d'autres grandes beautés - Helen, Diana, Vénus - par leur relation métonymique avec leurs emplacements géographiques exotiques, soulignant le propre héritage oriental d'Armida. Fairfax, cependant, supprime complètement cette référence et réoriente à la place la première ligne autour des yeux des chevaliers, et comment ils doivent "Cupidons service juré. Au fur et à mesure que Fairfax accélère pour traduire le blason Armida du Tasse, il le fait passer par un processeur Pétrarque, car c'est la poésie d'amour avec laquelle lui et ses lecteurs sont familiers.[22] Et en éliminant les allusions qui détourneraient le cerveau du lecteur, Fairfax signale l'œil désirant alors qu'il se concentre sur Armida et descend la strophe.

Dans un changement encore plus surprenant, Fairfax s'écarte entièrement de l'italien dans le couplet final. Tasso, retardant magistralement la révélation du corps d'Armida au spectateur, fait allusion à sa belle forme dans la ligne deux mais recule ensuite avec une comparaison de la nature à quatre lignes du soleil perçant à travers les nuages ​​Fairfax abandonne la même comparaison après deux lignes et ajoute un nouvelle comparaison avec la Vénus de Cnide. Contrairement à la sublimation par Tasso du désir du lecteur-spectateur à travers l'imagerie de la nature, la comparaison de Fairfax fait revenir le désir avec une procuration sculpturale de la luxure, terminant même la ligne par « nue, / Elle semblait », un quasi-enjambement qui veut ont Armida dans les deux sens : elle est peut-être voilée, mais à travers la comparaison les lecteurs ont déjà vu dans leur esprit un corps nu, qui ne peut être ni invisible ni voilé à nouveau, d'autant plus que la nudité plane perpétuellement au bout de la ligne, saisissant les yeux juste avant qu'ils ne plongent, la ligne se pliant dans la suivante comme la courbe en S d'un corps. Armida devient « vncoatée » et « nue » à travers le langage de Fairfax, et donc dans l'imaginaire du lectorat masculin. La profusion césurale dans le distique final arrête l'attention du lecteur à ce moment même, s'attardant et palpitant de désir, comme le tressaillement des yeux vagabonds. Le « tinsell vaile » de traduction de Fairfax s'efforce de « couvrir ce qu'il ne pouvait pas cacher » : le désir d'un traducteur de révéler, de se délecter du corps d'Armida.

Il semble significatif que Fairfax commence à s'éloigner du texte source au même moment où des éléments de romance s'immiscent dans la propre épopée de Tasso. La strophe 33, où Armida quitte la scène, commence dans le Tasse comme « Lodata passa e vagheggiata Armida », et à Fairfax, « elle passa ainsi », et tout comme Armida passe, la divergence la plus étendue de Fairfax avec le Tasse dans ce chant fait de même. Il revient consciencieusement en forme après l'épisode, comme s'il se remettait d'un rêve. Les "erreurs" de l'infidélité du traducteur et de l'errance du texte source, reflétant les "erreurs" de la romance, sont passées, au moins jusqu'à ce que la femme suivante passe comme une comète devant l'œil du traducteur. Ce que Reynolds appelle la traduction érotique pourrait facilement être le roman de la traduction.[23] Pensez au rendu translittéré presque maniaque du Tasse par Richard Carew dans sa traduction partielle (1594), qui devient particulièrement tendu à la même description d'Armida que Fairfax se livre luxueusement. Comme Ulysse s'attachant à son navire pour ne pas entendre les sirènes, Carew s'est attaché à une fidélité totale au texte. C'est peut-être pour cette raison qu'il met fin au projet peu après l'entrée d'Armida dans le camp - la tentation de s'éloigner est devenue trop forte.

Bien que la poursuite des propres découvertes de Reynolds puisse être fructueuse, il peut être difficile de trouver par soi-même d'autres doubles de traduction. Il pose une sous-catégorie spéciale de la poésie de la traduction - « ce n'est que dans certaines traductions que les métaphores de la traduction interagissent avec des doubles dans le texte source de telle manière que la poésie de la traduction fleurit » (304) - sans fournir beaucoup d'indications sur comment trouver par soi-même ces doubles de traduction ou traductions de poèmes, au-delà d'encourager les critiques à rechercher des signes de « grossesse textuelle qui demande une attention interprétative particulière » (51), ce qui sonne bien jusqu'à ce que l'on se rende compte que Reynolds a emporté son échographie avec lui. Mais Reynolds admet qu'il n'essaie pas de fournir une théorie de la traduction mais plutôt de révéler une poésie de la traduction. Il peut suffire à la fin de profiter d'une balade exaltante à travers la traduction avec Reynolds même si l'itinéraire n'est peut-être pas reproductible. Ses analyses comparatives des traductions et du texte source, quelle que soit la langue d'origine, sont magistrales et inspirantes. Il est réconfortant de voir la traduction écrite avec un tel lyrisme, et c'est peut-être la façon dont il écrit sur la traduction, avec une telle attention et un tel respect pour ses effets poétiques uniques, qui s'avère finalement la plus influente.

La traduction et le tournant culturel

En raison de l'approche large de Reynolds, il n'y a que peu de contextualisation de ses traductions. En revanche, les collections éditées à l'étude—Carrefour culturel de la Renaissance et Traduction Tudor-porter les marques du « tournant culturel » des études de traduction, qui a déplacé l'accent du texte source et de la fidélité de la traduction à celui-ci sur la façon dont le traducteur a manipulé le texte source pour la consommation de la culture cible. Le traducteur sert de médiateur interculturel, habitant l'espace de la différence culturelle et essayant de construire un pont entre la source et la cible.[24] Alors que les études antérieures sur la traduction pointent vers le passé de la traduction, en mettant l'accent sur la prééminence du texte source, ces études mettent l'accent sur le présent de la traduction, en se concentrant sur la traduction elle-même et sur ce qu'elle révèle de la culture qui la façonne et est à son tour façonnée par elle. . Comme le dit Warren Boutcher dans son excellent « Polybius Speaks British : A Case Study in Mid-Tudor Humanism and Historiography », ces traductions sont « des sources importantes pour l'histoire intellectuelle et culturelle dans la ronde » (Traduction Tudor 101), et, dans le cas de la traduction de Polybe par Christopher Watson en 1568, la traduction éclaire les pratiques de lecture élisabéthaine, la politique, la religion et la géographie.

L'une des manières importantes dont ce changement a marqué les stratégies interprétatives des chercheurs est l'accent mis sur le livre traduit en tant qu'objet, en particulier sur les matériaux paratextuels - au sens à la fois des codes linguistiques (Gérard Genette) et bibliographiques (Jerome McGann) - qui entourent le texte traduit. « Impression, paratexte et un dix-septième siècle de Guyda Armstrong Sammelband: Boccace's Ninfale Fiesolano en traduction anglaise" (Carrefour culturel de la Renaissance) est un parfait exemple de cette focalisation. La traduction, soutient-elle, « peut être comprise comme une série de pratiques matérielles, qui façonnent la diffusion de textes entre différentes cultures linguistiques à différents moments et espaces » (98), et « l'histoire de ce livre-objet nous ouvre une fenêtre sur ces transactions à différents moments temporels » (98-99). Armstrong retrace la fascinante transformation de Boccace Ninfale fiesolano. Ce roman pastoral est traduit en prose française par Antoine Guercin comme le Nymphale Flossolan en 1556, présenté au public comme un roman érotique populaire. Cette romance française est ensuite traduite en anglais par John Golburne comme Un célèbre discours tragique en 1597 pour répondre à une demande vorace de romans continentaux. Et, enfin, dans les années 1660, la traduction de Golburne est suturée avec d'autres histoires populaires dans le livre de William Clarke. Sammelband à la Worcester College Library, qui représente, pour Armstrong, un des premiers exemples « du développement d'une culture classificatoire envers les littératures (et les livres) du passé, un rassemblement et un classement délibérés des « histoires » et des romans afin de créer une anatomie de la culture populaire à distance » (99). Tout au long de son article, Armstrong accorde une attention particulière à la façon dont l'objet du livre et ses pages de titre, ses dédicaces et sa mise en page incarnent le genre et répondent aux besoins du public.

L'échantillon d'articles suivant montre la variété des approches couvertes par cette focalisation paratextuelle. « Caton en Angleterre : traduction des proverbes latins pour l'enseignement moral et linguistique » de Demmy Verbeke (Carrefour culturel de la Renaissance) fournit une généalogie de dix versions anglaises de Caton Dicta Catonis de 1476 à 1638. Ce texte de lycée populaire s'avère avoir des utilisations flexibles basées sur la présentation (latin avec anglais, juste latin, juste anglais), le but (instruction linguistique, instruction morale, ou les deux) et le public (lecture privée ou éducation) . "Lecture de Juan de Flores" de Joyce Boro Grisel et Mirabella au début de l'Angleterre moderne" (Carrefour culturel de la Renaissance) examine comment différentes éditions de Grisel, y compris plusieurs éditions polyglottes et la version anglaise Tourterelles, a aidé à gérer les attentes des lecteurs concernant les tendances misogynes ou proto-féministes de l'histoire en fonction des changements dans les pages de titre, les préfaces et d'autres indices paratextuels. "Gathering Fruit: The ‘Profitable’ Translations of Thomas Paynell" d'Helen Moore (Traduction Tudor) et "How Gabriel Harvey Read Anthony Cope's Livy: Translation, Humanism, and War in Tudor England" de Fred Schurink (Traduction Tudor) montrent tous deux comment les titres, les préfaces, les tableaux et les gloses marginales ont extrait leurs textes respectifs pour le « profit rhétorique et social » du lecteur (Moore 50), qu'il s'agisse de récits romans (Moore) ou de guerres classiques (Schurink), contribuant à notre compréhension de la façon dont les traductions ont servi l'humanisme « pragmatique ».

Ce virage clair vers la culture et vers le paratexte comprend un détournement malheureux d'un aspect important des traductions : l'analyse comparative du texte traduit lui-même avec le texte source. Peu d'essais dans les deux collections éditées consacrent beaucoup de temps à la relation du texte source avec le texte traduit, et la majorité ne le font pas du tout. Il semble particulièrement ironique, par exemple, que « Multilinguisme, romantisme et pédagogie linguistique ou, pourquoi tant de romans sentimentaux imprimés sous forme de textes polyglottes » de Joyce Boro ? (Traductions Tudor) ne regarde pas du tout de près le texte traduit, étant donné que le texte source et le texte traduit sont littéralement imprimés côte à côte dans les œuvres qu'elle analyse. Alors que l'accent mis par la bourse actuelle sur le paratexte et la culture fait progresser de manière productive l'étude de la traduction anglaise de la Renaissance, existe-t-il une bifurcation inévitable de la méthodologie selon laquelle si l'on veut faire une analyse comparative, cela se produit sur le plan culturel (à la Reynolds ci-dessus), mais si l'on veut fonder le traduction dans son moment culturel, l'analyse comparative disparaît-elle ? Massimiliano Morini a fait remarquer cette question dans les études de traduction, où les chercheurs se divisent généralement en deux camps : les analyses philologiques divorcées de l'histoire ou les enquêtes historiques divorcées de la philologie.[25] Morini attribue cette scission méthodologique aux défis intrinsèques de la critique de la traduction : la maîtrise d'au moins deux langues et la connaissance de plus d'une période littéraire (celle du texte source et de la traduction). Heureusement, « Versifying Philosophy : Thomas Blundeville’s Plutarch » de Robert Cummings (Carrefour culturel de la Renaissance) montre comment un critique peut fournir à la fois une analyse comparative et une attention au contexte culturel, voire comment ils s'éclairent mutuellement.

Ce virage paratextuel de la traductologie est un exemple de la pollinisation croisée de la discipline avec l'histoire du livre. Les études de traduction bénéficient de l'accent mis sur la façon dont l'incarnation imprimée de la traduction détermine son sens. La plupart des études antérieures sur les traductions se sont concentrées sur la traduction proprement dite, négligeant le fait important que la traduction n'est pas dans un état éthéré, mais qu'elle est ancrée dans des conditions matérielles spécifiques. Et le texte source exact à partir duquel le traducteur a choisi de travailler est également important, car il a été prétraité pour le traducteur par son aspect imprimé. L'histoire du livre, à son tour, acquiert une meilleure compréhension des contributions uniques de la traduction à l'impression. Les traductions ont occupé pendant de nombreuses années une place dans les récits d'histoire du livre : dans le classique de H. S. Bennett Livres et lecteurs en anglais,[26] il y avait une section spécifique sur les traductions, et cette tradition d'inclure des traductions (bien que parfois superficiellement) se poursuit avec des contributions récentes, telles que Michael Saenger Les La marchandisation des engagements textuels dans la Renaissance anglaise. [27] Mais la traduction mérite une place plus centrale dans l'histoire du livre, tout comme dans les études littéraires. Grâce à ce champion infatigable de la traduction, A. E. B. Coldiron, il existe désormais des monographies spécifiquement consacrées à la traduction et au livre, comme son Impression anglaise, traduction de vers & la bataille des sexes, 1476-1557 et son prochain Imprimeurs sans frontières : traduction et textualité à la Renaissance.[28] Et pourtant, rappelez-vous de « Commerce, Printing, and Patronage » de Brenda M. Hosington (Histoire d'Oxford) qu'« une étude de la relation entre la traduction et la production de livres au début de l'Angleterre moderne reste à écrire » (50).

"Le rôle des traductions et des traducteurs dans la production d'incunables anglais" de Hosington (Carrefour culturel de la Renaissance) peut être considéré comme le premier chapitre de la réécriture de la recherche en histoire du livre destinée à donner à la traduction la place qui lui revient. Selon Hosington, alors que les premiers comptes rendus de l'histoire du livre sur l'impression incunabulaire ont souligné la dépendance des imprimeurs vis-à-vis du commerce du livre d'importation, les principales études n'ont pas mentionné l'importance de la traduction, et son essai est un correctif complet. En utilisant les données du RCCC, l'article fournit la liste la plus complète à ce jour des 113 traductions imprimées de 1473 à 1500, et pour la première fois Hosington se concentre sur le pourcentage de traductions par rapport à la sortie imprimée globale, ce qui est révélateur. D'après la production de Caxton, par exemple, les traductions représentaient 41 % dans les années 1470, 50 % dans les années 1480 et 72 % en 1491 et 1492. Parmi les œuvres traduites pendant la période incunabulaire, 73 étaient laïques et 40 étaient religieuses, et les plus Le genre populaire de traduction laïque était la romance, le genre religieux le plus populaire, la méditation/la dévotion. En ce qui concerne la langue source, le latin était en tête avec 53 et le français était proche avec 52, après quoi il y a une forte baisse, avec seulement trois pour le néerlandais, un pour l'espagnol et aucun pour l'italien. La ventilation par Hosington de ces données, dans le cas de la popularité durable de la romance, illustre comment les traductions « ont contribué à façonner le goût littéraire et à établir des normes culturelles » (17). Les chiffres montrent également combien cela allait bientôt changer. L'absence totale de textes religieux polémiques prend tout son sens dans une Angleterre d'avant la Réforme. La rareté des textes italiens et néerlandais allait bientôt changer à mesure que l'Angleterre s'étendait et changeait ses canaux culturels. Hosington termine son essai avec Caxton, un traducteur infatigable lui-même, et comment il a introduit le paratexte dans les œuvres traduites en anglais, l'utilisant comme un moyen d'exprimer la « valeur culturelle et sociale des livres qu'il traduit et imprime, car les deux activités sont inextricablement lié à sa vie » (16). Caxton est le microcosme de ces liens indissociables entre traduction et impression.

Les collections éditées à l'étude s'harmonisent étroitement avec celles d'Helen Smith et Louise Wilson. Paratextes de la Renaissance,[29] qui comprend deux essais sur la traduction. La contribution de Neil Rhodes au volume « Status Anxiety and English Renaissance Translation » avance des considérations importantes sur la question de savoir si les traductions occupent une place particulière dans l’étude des paratextes.Après tout, c'est le paratexte de la traduction qui conditionne le texte source étranger pour l'acceptation dans la culture cible, et cette importante fonction de construction de ponts explique l'urgence métaphorique dans les préfaces et les matériaux de dédicace (voir « Traduction et métaphore » ci-dessus). Alors que l'anxiété du statut d'auteur est élaborée à travers les paratextes des œuvres originales en anglais, les œuvres traduites apportent l'élément supplémentaire d'anxiété culturelle, car chaque traduction oblige la culture cible à évaluer sa relation avec l'étranger intrusif, si elle est considérée comme supérieure, comme le passé classique, ou dangereux, comme le présent italien. Le paratexte d'une traduction contient des pressions culturelles qui ne sont pas aussi présentes dans les œuvres d'un auteur original. La traduction anglaise de Leo Africanus est un exemple particulièrement pertinent, comme l'analyse de Kim Hall dans Choses des ténèbres rendu élégamment clair. [30]

Rhodes se demande si les traductions elles-mêmes pourraient être une forme de paratexte par exemple, le format familier de la Loeb Classical Library, le texte source contient la page de gauche faisant autorité (verso) et la traduction anglaise la page de droite secondaire (recto), une sorte de brillant sur l'original. A cet égard, le texte traduit introduit une tension picturale et conceptuelle dans la mise en page du livre. Dans les textes polyglottes, cependant, parfois jusqu'à quatre langues, quel est le texte et quel est le paratexte ? Et, comme le postule Rhodes, que se passe-t-il dans le cas de la traduction latine de 1635 de Sir Francis Kinaston de Chaucer ? Troïlus et Criseyde, où la traduction contient le côté « texte original » de la mise en page du livre, du côté gauche (verso) ? Ou encore plus énigmatique, mais peu commentée, est la mise en page déconcertante de Richard Carew de sa propre traduction partielle en deux langues de Tasso. Gerusalemme liberata. Au lieu de rester dans une position, les strophes italiennes et anglaises basculent du recto vers le verso, de sorte que sur une disposition ouverte, l'italien est à gauche et sur le suivant, l'italien est à droite. Ce format doit avoir causé un léger effet de désorientation car un lecteur peut s'attendre à ce que l'anglais, où l'italien apparaît, la mise en page restitue avec insistance un effet de miroir, où une langue remplace l'autre au fur et à mesure que la page tourne. Échange anglais, italien, italien, anglais, presque comme une danse. Mais à travers tout cela, l'anglais est imprimé en gros caractères, tandis que l'italien est en italique plus aéré et diminutif - l'œil est attiré par la gravité de la police de caractères anglaise. On ne peut se tromper sur la langue qui prend les devants.

La traduction de Sir John Harington du Orlando furieux en 1591 fournit un exemple final approprié du pouvoir modelant que les traductions avaient sur la forme matérielle du livre. L'édition de Harington était étroitement basée sur les éditions italiennes populaires de l'Arioste, principalement l'édition Francesco de Franceschi de 1584, qui à son tour était une mise à jour de l'édition Vincenzo Valgrisi de 1556, que Harington a également consultée.[31] Il a « anglais le livre » et son édition est tout autant une transmutation du livre et des paratextes italiens qu'une traduction d'un texte, une tentative de fournir « un volume équivalent au profit d'un public anglais ».[ 32] Le choix de Harington de suivre au plus près l'édition de Franceschi de 1584 est significatif, car c'était « la plus élaborée des éditions du XVIe siècle ». la course aux armements édition Ariostian de 50 ans. En choisissant le summum des éditions italiennes, Harington a cherché à incarner et à surpasser les Italiens et, à son tour, à pousser la conception de livres en anglais plus loin qu'elle ne l'était auparavant. En conséquence, les graveurs de Harington ont copié les illustrations que Girolamo Porro a réalisées pour Franceschi, étant le premier en Angleterre, comme Harington se vante, à utiliser la gravure sur laiton. Sa description des gravures, dans ses matériaux paratextuels, est devenue un «locus classique sur l'histoire des débuts de la gravure en Angleterre. »[34] Lorsqu'il transforme la page de titre de Franceschi, qui comprend un portrait de l'Arioste couronné de laurier, Harington fait de sa propre version un lieu de compétition entre l'auteur source et le traducteur. Il a son propre portrait inséré (avec son chien épagneul Bungey) avec celui de l'Arioste sur la page de titre emblématique, ce qui fait de Harington non seulement le premier traducteur anglais vivant à apparaître sur une page de titre, mais aussi le premier auteur anglais à avoir une telle importance.[35 ] Avant Harington, le portrait de l'auteur, s'il apparaissait, serait au verso après la page de titre. Le portrait d'un traducteur dans le livre était encore plus rare. Mais parce qu'il considérait son travail de traducteur comme équivalent à la paternité, Harington ne put s'empêcher de se placer sur la même page qu'Ariosto, et, grâce à la mise à l'échelle hiérarchique supérieure de son portrait par rapport à celui d'Ariosto, il ne put s'empêcher de dépasser l'auteur source. L'audace de Harington était sans précédent, mais elle a fourni un nouveau modèle pour les traductions futures, comme la traduction de 1598 de Richard Haydock de Giovanni Paolo Lomazzo. Trattato dell'arte della pittura, scoltura et architettura. Et ces changements dans la gravure, les pages de titre et la conception des livres découlent du site de traduction, qui, comme l'île d'Aeaea, est un lieu où la transformation est inévitable.

Traduction et polysystème littéraire

Si les traductions affectaient la conception du livre, elles étaient encore plus importantes pour l'évolution du polysystème littéraire. Comme l'a montré Imatar Even-Zohar, la littérature traduite occupe une place centrale dans l'évolution et le développement du polysystème littéraire, en particulier lors des « événements majeurs de l'histoire littéraire » :

Dans un tel état d'émergence de nouveaux modèles littéraires, la traduction risque de devenir l'un des moyens d'élaboration du nouveau répertoire. A travers les œuvres étrangères, des traits (à la fois des principes et des éléments) sont introduits dans la littérature nationale qui n'y existait pas auparavant. Ceux-ci incluent peut-être non seulement de nouveaux modèles de réalité pour remplacer les anciens et établis qui ne sont plus efficaces, mais également toute une gamme d'autres caractéristiques, telles qu'un nouveau langage (poétique) ou des modèles et techniques de composition. [36]

La Renaissance anglaise pourrait facilement être considérée comme l'un de ces moments d'évolution rapide du polysystème. « La traduction et la langue anglaise » de Danielle Clarke (Histoire d'Oxford) couvre l'importance de la traduction pour l'enrichissement lexical, car « ce n'est pas un hasard si la période historique au cours de laquelle le vocabulaire de l'anglais se développe le plus rapidement est aussi celle où la traduction peut être considérée comme un mode littéraire dominant et influent, à la fois culturellement et statistiquement » (22). Richard Mulcaster a reconnu le potentiel de l'extraction des textes continentaux et classiques : « D'où vient le fait que nous avons notre tung communément stocké et agrandi avec les discours de nos voisins, et les vieux tungs appris » (cité dans Clarke 19).

En élargissant le lexique, la traduction rafraîchit et élargit les possibilités d'un système littéraire en lui faisant découvrir de nouvelles formes. Ces nouvelles formes peuvent à leur tour transmuter ce que Thomas Greene appelait le «mundus significans,« l'« univers signifiant ».[37] La ​​traduction ajoute au « vocabulaire rhétorique et symbolique de la culture, [le] réservoir de capacités signifiantes potentiellement disponibles pour chaque membre d'une culture donnée ». rôle central de la traduction en encourageant la période la plus féconde de croissance littéraire en anglais. Comme Cummings le soutient dans « Translation and Literary Innovation » (Histoire d'Oxford), « il n'y a peut-être pas de période dans l'histoire littéraire anglaise où l'impact strictement littéraire de la traduction est plus grand » (32). Alors que la traduction a introduit de nouveaux contenus et de nouveaux genres dans le polysystème, Cummings souligne également le rôle de la traduction en tant que « laboratoire dans lequel des décisions stylistiques et formelles sont prises en réponse à la formulation et à la présentation de documents étrangers. Ces décisions en elles-mêmes créent des occasions et des incitations pour une nouvelle écriture. en anglais » (32). Par exemple, comme il travaillait avec la traduction de Gavin Douglas et peut-être même l'italien versi sciolti comme modèles, Surrey semble avoir inventé le vers blanc comme moyen de traduire le Énéide.

Les effets de l'expérience de traduction de Surrey sont d'une grande portée et il s'agit peut-être de l'innovation en vers la plus importante dans la poétique anglophone, car près des trois quarts de toute la poésie anglaise, selon Paul Fussell, a été écrite en vers blancs.[39] Et la transformation en vers blancs du drame élisabéthain donne un exemple clair de la façon dont les effets de ces traductions sont imprévisibles, avec des mutations fascinantes dans tout le laboratoire du polysystème. Considérez comment Harington et Fairfax ont naturalisé l'italien ottava rima strophe en tant que « vers héroïque anglais », ou comment Spenser anglais la strophe sous une forme améliorée qui à la fois adopte le placement césure des Italiens tout en corrigeant sa « fuite » dans une « boîte hermétique pour la syntaxe » typiquement anglaise. [40] Ottava rima est devenu si complètement intégré au cours de cette période en tant que forme poétique élevée qu'il a été utilisé par Harington pour traduire le sixième livre de Virgile Énéide en 1604, un exemple rare de l'auteur latin classique étant transmuté par une forme italienne anglaise.[41] Au lieu de la séquence normale d'influence littéraire, l'Arioste influence Virgile. [42]

D'autres exemples de mutation sont suivis par Gordon Braden dans son "Edward Fairfax and the Translation of Vernacular Epic" (Traduction Tudor). Il note, comme d'autres chercheurs l'ont fait auparavant, comment la traduction par Fairfax de Gerusalemme liberata est infléchie par sa lecture de Spenser, qui dans de nombreux endroits anglais Tasso dans le Reine des fées.[43] C'est comme s'il lisait le Tasse d'abord à travers Spenser, comme si Spenser était le précurseur, pas le Tasse. La contribution la plus étendue de Braden porte sur la façon dont Fairfax parsème les pétrarchismes anglais dans tout le Gerusalemme liberata, à tel point qu'Erminia sculpte même des «chansons et des sonnets» dans ses arbres, ce qui, selon Braden, est une allusion au célèbre Miscellany de Tottel (169). Braden termine son essai par une analyse plus détaillée de la même scène Tancredi-meets-Clorinda que Reynolds utilise dans le Poésie de la traduction. Fairfax fait de Clorinda une version de la Laura de Pétrarque, et de petits écarts par rapport au texte source, comme lorsque Fairfax traduit « ma l'imagine sua bella e guerriera » (1.48.5) en « Sa douce idée errait à travers sa pensée », démontrent que marque du bien-aimé Pétrarque. Le moindre déplacement apparemment de « l'imagine » à « Idée » représente la « tradition du XVIe siècle consistant à lire l'expérience de Pétrarque de manière néoplatonicienne » (172). Pétrarque vient en Angleterre via Wyatt et Surrey, s'assimile complètement à l'univers signifiant, puis ce Pétrarque anglais aide à façonner le Tasse alors qu'il se dirige plus tard. La concoction de Fairfax de Tasse, Pétrarque et Spenser génère une forme de vers anglais qu'un poète ultérieur comme Dryden citerait comme l'endroit où il se rendait pour « l'harmonie de ses nombres », ce qui fait de Fairfax, selon Charles G. Bell, « décisif dans l'évolution du vers anglais. [44]

Un chapitre important sur les effets de la traduction sur le polysystème est la « Reading Du Bartas » de Cummings (Traduction Tudor), qui se concentre sur des fragments de traduction, où peu d'attention critique a été dirigée auparavant. Du Bartas Les Semaines sont essentiellement un récif de corail massif de fragments accumulés sur 25 ans de publication, de 1578 à 1603. Toutes les traductions anglaises avant celle de Josuah Sylvester en 1605 étaient partielles, bien qu'il y en ait eu une en latin par Sir Hadrian Damman en 1600, que Cummings attribue à l'anglais n'ayant pas « un moyen générique évident pour la traduction d'un poème sur la création » (177)— un exemple intéressant de texte étranger taxant les réservoirs du polysystème littéraire. Comme Les Semaines étaient si lourdes et intrinsèquement fragmentées qu'elles n'étaient pas lues pour leur contenu moral, mais pour leurs « beautés détachables » que les traducteurs et les auteurs pouvaient rattacher dans de nouveaux contextes. Un exemple célèbre de cette « recirculation » que Cummings cite est le discours de Jean de Gand, « Ce trône royal des rois, cette île aux sceptres », de Shakespeare. Richard II. Ce discours typiquement anglais est tiré de l'éloge de la France de Du Bartas dans la troisième partie du deuxième jour de La Seconde Semaine, que ce soit de Du Bartas directement ou de la traduction par John Eliot du passage de Ortho-Epia Gallica.[45] Une fois que Sylvester a finalement traduit la même scène de Du Bartas, il change également l'éloge de la France en Albion, que Cummings soutient être une « contamination » soit de Shakespeare, soit de Robert Allot, qui avait déjà anthologisé la version de Shakespeare dans son florilegium de vers anglais, Angleterre Parnasse.[46] Le texte d'Allot est un exemple convaincant de la façon dont les auteurs anglais, comme les pies, ont transporté dans de nouveaux contextes tout ce qu'ils pouvaient utiliser. Les 112 passages de La Seconde Semaine qui apparaissent dans Angleterre Parnasse ont tous été distingués de leur texte parent et isolés pour des effets locaux. À côté de ces fragments de Du Bartas se trouvent d'autres extraits de longs poèmes, comme celui de Harington Orlando furieux et Fairfax Gerusalemme liberata. Tous ces fragments apparaissent sous des rubriques thématiques, des Anges à la Jeunesse, et ces « Fleurs Choysest », comme les appelle Allot, sont destinées à une cueillette individuelle, encore une fois fragmentées du tout. Au-delà de sa simple contribution à la traduction et à la réception de Du Bartas dans la Renaissance anglaise, Cummings met en lumière un écosystème littéraire de traduction, de fragmentation et de réassemblage pour une digestion future.

Ce polysystème littéraire en constante mutation dément les repères disciplinaires ordonnés que les chercheurs tentent d'y placer, que ce soit en isolant un brin de genre ou d'auteur. Et ce polysystème se moque des tentatives des chercheurs littéraires (parce que les traducteurs ne sont pas des «auteurs») et des études de traduction (parce que les traductions méritent leur propre discipline distincte) pour séparer la traduction de la littérature. De toute évidence, si le Cambridge Companion to English Literature, 1500-1600 laisse de côté la traduction, alors ce n'est pas un compagnon digne de confiance à la littérature.[47] La traduction n'est pas la même sans la littérature et la littérature n'est pas la même sans la traduction. La Renaissance anglaise semblait mieux comprendre ce fait que l'érudition contemporaine. Encore une fois, dans Angleterre Parnasse Allot ne fait aucune distinction entre les traducteurs et les auteurs originaux. Il y a, par exemple, 140 passages de Harington, 123 de Sylvester, 80 de Chapman et 62 passages de Fairfax, dont la traduction est parue la même année que le recueil Allot. La représentation de Harington dans l'anthologie est dépassée par celle de seulement trois poètes vernaculaires : Spenser, William Warner et Michael Drayton. Même si les textes sources de ces traducteurs sont étrangers, Allot qualifie leurs produits anglais de poèmes anglais, et non de traductions, et ils sont au cœur de sa promotion des « fleurs les plus raffinées de nos poètes modernes ». Les plus belles fleurs de la traduction s'épanouissent aux côtés des triomphes de la langue vernaculaire.

La critique littéraire est aussi une sorte de polysystème, et sa vitalité continue est due à sa réceptivité aux mutations à la fois internes et externes. L'étude des traductions peut déstabiliser les « catégories critiques » dans lesquelles la critique littéraire a tendance à se réfugier, telles que les « frontières linguistiques, temporelles et nationales ». peuvent remplacer les « versions insulaires et monoglottes » du développement littéraire.[49] Enfin, une critique littéraire infléchie par les études de traduction peut être une « nouvelle littérature comparée », une qui répond plus adéquatement à un monde de plus en plus globalisé dont les frontières de la langue et de la culture sont désormais perçues moins comme des murs que comme des membranes invitant au passage.[50] Il existe de nombreuses opportunités pour revigorer de nouvelles recherches dans ce domaine, mais un fait révélateur lorsque l'on examine les contributeurs à ces travaux en cours d'examen est le nombre de suspects habituels qui continuent de se présenter : Brenda M. Hosington et Robert Cummings sont dans trois des volumes, et Gordon Braden, Fred Schurink et Joyce Boro sont dans deux d'entre eux. Les lecteurs de cette revue ont probablement eu du déjà vu à cause de la réapparition des mêmes noms. Leur stature en tant que critiques de premier plan dans le mouvement est claire, mais il est également clair à quel point le groupe de critiques travaillant dans ce domaine est relativement restreint en ce moment. Le signe implicite est partout dans ces volumes : mouvement théorique grandissant, critiques recherchées.

Élargir le Canon de la traduction

Une place claire pour de nouvelles critiques est dans l'expansion du « canon » de traduction. Jusqu'à présent, les quelques ouvrages traduits qui avaient reçu une attention considérable de la part des érudits étaient ceux prescrits par la dernière grande période de critique de la traduction, marquée par la série Tudor Translation au tournant du XXe siècle qui à son tour inspira la publication du classique de F. O. Matthiessen. Traduction : Un art élisabéthain.[51] Les textes que la série Traduction Tudor a choisi d'imprimer étaient principalement des textes sources classiques traduits par des hommes pendant la période Tudor. La première série de Traductions Tudor (1892-1909) a donné l'élan nécessaire à Charles Whibley pour profiler les traductions dans le volume quatre de la Cambridge Histoire de la littérature anglaise[52] Ses sections sur « Les traductions et les classiques », Plutarque de North, Philemon Holland, Montaigne de Florio, Virgile de Stanyhurst, Virgile de Phaer, Ovide de Golding et Homère de Chapman montrent que le canon de la traduction se dirigeait déjà vers les traductions masculines élisabéthaines du classiques et quelques œuvres contemporaines choisies comme Montaigne. Whibley regroupe Sylvester, Fairfax et Harington dans une section avec l'ouverture dédaigneuse, "des poètes modernes, il n'y a pas si longtemps une histoire à raconter". Peut-être rendu plus fidèlement : des poètes modernes, il n'y a pas une histoire aussi longue que Whibley choisit de raconter. Pour ses efforts, Whibley a édité la deuxième série de Tudor Translations, qui raconte également la même histoire de traduction : des traductions des classiques importantes, des traductions d'auteurs contemporains moins.

Matthiessen Traduction : Un art élisabéthain est maintenant le locus classique pour son travail dans la traduction anglaise de la Renaissance, mais sa dette envers Whibley et la série Tudor Translation est indéniable. Dans sa préface, Matthiessen reconnaît que Whibley et la série ont inspiré son étude, et leur marque est sur son choix de traducteurs exemplaires - North, Holland, Hoby et Florio - qui sont les mêmes que Whibley écrit dans l'anthologie de Cambridge. Le livre de Matthiessen commence par la phrase souvent citée : « Une étude des traductions élisabéthaines est une étude des moyens par lesquels la Renaissance est arrivée en Angleterre » (3), et l'accent traditionnel mis sur la Renaissance en tant que renaissance des classiques est ce qui informe L'accent de Matthiessen, avec d'importantes œuvres contemporaines comme Castiglione et Montaigne, apportées parce qu'elles étaient au cœur de la Renaissance dans leurs propres langues vernaculaires. Matthiessen continue également à privilégier les traductions élisabéthaines, et il fait valoir que les traductions en prose sont les plus importantes. Alors que la critique de la traduction de la Renaissance a une dette envers Matthiessen et Whibley pour leur défense d'un art négligé, le canon restrictif qu'ils ont reconnu doit être renversé. Il n'est pas surprenant que les mêmes traducteurs sur lesquels Whibley et Matthiessen se soient concentrés aient reçu l'attention la plus critique au 20 e siècle. L'influence du canon de la traduction est encore visible dans la monographie de Reynolds, où l'auteur admet que « la colonne vertébrale de mon livre est formée par des traductions canoniques en anglais, réalisées en grande partie par des hommes » (304).

Lorsque Cummings a terminé son enquête sur la critique de la traduction en 2007, il a noté à quel point la critique s'est regroupée de manière disproportionnée autour des auteurs classiques. Les éditeurs du Histoire d'Oxford reconnaissent également que les entrées plus brèves sur les œuvres vernaculaires dans le volume sont dues en partie à la « tradition critique » (xi), une tradition encore dans l'ombre de Whibley et Matthiessen. Par exemple, dans l'entrée de Glyn Pursglove sur "Moral Kinds" (Histoire d'Oxford), chaque auteur classique traduit obtient sa propre sous-section, tandis que les auteurs vernaculaires sont regroupés dans la sous-catégorie ghettoïsée « Autres écrivains », qui occupe environ un dixième de l'article total. Les essais en Traductions Tudor et Carrefour culturel de la Renaissance, cependant, semblent s'écarter délibérément de ce canon. De nombreux essais portent sur des traductions non pas directement de l'auteur original mais de traductions intermédiaires, qui pendant de nombreuses années auraient été jugées inférieures par les chercheurs qui privilégient le statut de traductions « pures » provenant directement du texte source. La majorité des essais sont axés sur les œuvres vernaculaires continentales, et cela représente plus précisément l'éventail des auteurs traduits dans la Renaissance anglaise. Les données du RCCC montre que « plus des deux tiers des près de 1 200 personnes citées comme auteurs d'œuvres traduites étaient actives du milieu du XVe au début du XVIIe siècle…Carrefour culturel de la Renaissance xviii). Voilà pour Whibley « des poètes modernes, il n'y a pas si longtemps une histoire à raconter ». Mais le canon n'est pas seulement biaisé vers les textes classiques. Dans les langues vernaculaires continentales, l'accent avait été mis de manière disproportionnée sur l'influence de l'Italie sur la littérature anglaise. Les RCCC montre au contraire qu'au cours de 1473-1640, le nombre de textes traduits du français (1154) dépasse de loin l'italien (338). Une partie de l'écart dans les chiffres peut s'expliquer par le fait qu'un si grand nombre de traductions intermédiaires étaient en français, mais les données aident à soutenir les efforts d'un critique comme AEB Coldiron, qui a longtemps cherché à corriger le discours critique sur l'Italie influence dominante sur les lettres anglaises, comme si la littérature commençait ab ovo avec le mélange de Tottel. [53]

"Gathering Fruit: The ‘Profitable’ Translations of Thomas Paynell" d'Helen Moore (Traduction Tudor) et « Multilinguisme, romantisme et pédagogie linguistique ou, pourquoi tant de romans sentimentaux imprimés sous forme de textes polyglottes ? » de Joyce Boro (Traductions Tudor) remettent en question l'hypothèse selon laquelle l'humanisme a simplement suivi l'exemple d'Ascham et a évité les langues étrangères et les genres comme la romance. Moore montre comment les leçons de morale ont été extraites de la romance, et Boro montre comment les textes polyglottes en deux langues facilitaient l'apprentissage des langues. Dans "Learning Style from the Spanishs in Sixteenth-Century England" de Barry Taylor (Carrefour culturel de la Renaissance), les traductions de fictions amoureuses espagnoles populaires imitaient le style hautement maniéré et sobre de leurs textes sources, qui « servaient de contrepartie à la formation rhétorique basée sur le latin des écoles, des universités et des Inns of Court décrite par Peter Mack dans Rhétorique élisabéthaine (2000) » (xxiv). Ascham ne serait pas content.

Activé par les données du RCCC, des universitaires de la Catalogue culturel de la Renaissance les textes imprimés analysent maintenant de nombreux genres de traductions négligés, tels que les textes médicaux (les « traductions de John Hester de Leonardo Fioravanti : la carrière littéraire d'un distillateur de Londres » d'Isabelle Pantin), les manuels de navigation (les « 'For the Common Good and for the National Interest': Paratexts in English Translations of Navigational Works”), et des nouvelles imprimées de l'étranger ('Newes Lately Come' de SK Barker: European News Books in English Translation”).

En complément de cette expansion du contenu du canon de la traduction, des essais profilant des traducteurs avec peu ou pas d'acclamations antérieures. "La philologie humaniste et la controverse de la réforme d'Andrew W. Taylor: les traductions latines de John Christopherson de Philo Judaeus et d'Eusebius of Caesarea" (Traduction Tudor) reconstitue l'œuvre importante d'un humaniste catholique arrivé « à être sous-représenté dans des récits encore tributaires de la partialité protestante élisabéthaine » (95). "Henry Hexham (c. 1585-1650), soldat anglais, auteur, traducteur, lexicographe et médiateur culturel aux Pays-Bas" de Paul Hoftijzer (Carrefour culturel de la Renaissance) fournit le premier profil majeur d'un traducteur néerlandais prolifique, dont les réalisations (y compris le premier dictionnaire anglais-néerlandais) ont été obscurcies par l'attention disproportionnée accordée à la France, l'Espagne et l'Italie.

Les plus bienvenus sont les essais sur les femmes traductrices, tels que « Translating at Leisure : Gentlemen and Gentlewomen » de Gillian Wright (Histoire d'Oxford) et son entrée sur Mary Sidney Pembroke dans la section Études de cas des traducteurs du Histoire d'Oxford. Il y a cinq femmes traductrices – Anne Cooke (Lady Bacon), Anne Locke, la princesse Elizabeth, Mary Sidney Herbert et Elizabeth Russell – présentées dans « Tudor Englishwomen’s Translations of Continental Protestant Texts: The Interplay of Ideology and Historical Context » de Hosington (Traduction Tudor), et Hosington explique comment les forces culturelles et sociales ont affecté leurs traductions des sermons et traités de la Réforme. Ces femmes étaient « tout sauf silencieuses et isolées » et se sont plutôt engagées dans les « luttes idéologiques et politiques nées de la Réforme anglaise » (139). Les traductions de Locke des sermons de Calvin sur Ézéchias, soutient Hosington, cherchent à transférer la passion iconoclaste d'Ézéchias pour « encourager ses collègues évangéliques et protester contre la colonie élisabéthaine » (130). La princesse Elizabeth traduit « encore plus segregée » de Calvin (« encore plus à part ») par l'exact opposé, « plus en général », que Hosington relie à la révision d'Elizabeth de la sélection calviniste au « concept de communion libre et sans contrainte » (132) . Ce n'est qu'en 1605, près de cinquante ans après sa traduction, que Russell publia sa traduction d'un tract en latin sur la Cène du Seigneur écrit par John Ponet. Une partie de la raison de la date de publication de 1605 était de placer le tract dans le dialogue religieux déclenché par l'adhésion de Jacques, qui rappelait les disputes eucharistiques des années 1550. Tout au long de son article, Hosington souligne que ces déclarations politiques audacieuses des femmes traductrices ont également dû être négociées dans un contexte d'impression dominé par les hommes.

En raison de son intérêt pour les traités et les sermons continentaux, Hosington ne mentionne que brièvement deux des contributions les plus significatives de ces femmes traductrices : la traduction de 1564 de l'évêque Jewel par Lady Bacon. Apologia Ecclesiae Anglicanae, qui est devenu la traduction anglaise approuvée par rapport à une version antérieure, par un homme anonyme[54] et la traduction de Locke du Psaume 51, appelé Une méditation d'un pécheur pénitent : écrite d'une manière de paraphrase sur le 51 psaume de David,[55] et inclus à la fin de sa publication des sermons de Calvin. La traduction de Locke est particulièrement importante pour les études littéraires, car elle n'a été reconnue qu'au cours des vingt dernières années comme la première séquence de sonnets en anglais. Et pourtant, étonnamment, il n'y a pas une seule mention de Locke et de sa séquence dans le Histoire d'Oxford. Peut-être qu'elle était difficile à « faire », mais elle mérite sûrement une brève mention dans l'entrée de Joshua Scodel sur les paroles ou l'essai de Robert Cummings sur la traduction et l'innovation littéraire, ou en particulier un commentaire dans l'entrée des Psaumes de Donald Mackenzie ? Elle a peut-être été victime de la définition plus conservatrice de la traduction des éditeurs. Chacun des 26 sonnets de Locke est inspiré d'une ligne du Psaume 51, et ces lignes, qui sont traduites par Locke, sont imprimées à côté des sonnets eux-mêmes. Ainsi, les sonnets ne sont pas tout à fait des traductions et la traduction d'un Psaume réparti en lignes individuelles n'a peut-être pas été suffisante pour mériter d'être incluse en tant que traduction. Mais si le Histoire d'Oxford doit maintenant être la base du canon de la traduction pour cette génération d'érudits, c'est une tragédie qu'une traductrice aussi importante soit laissée en marge. Il y a encore du boulot, apparemment.

Edmund Spenser, traducteur

Un dernier traducteur qui a reçu plus d'attention ces derniers temps n'est autre que Spenser lui-même. Il commence sa carrière poétique comme traducteur des sonnets de Du Bellay en Un théâtre de mondains voluptueux (1569) et, comme Andrew Hadfield le soutient de manière convaincante dans ses « Edmund Spenser’s Translations of Du Bellay in Jan van der Noot’s Un théâtre pour les mondains voluptueux” (Traduction Tudor), ce fait mérite une attention plus critique. Alors qu'AEB Coldiron et Anne Lake Prescott ont toutes deux écrit des pièces classiques sur Du Bellay de Spenser,[56] Hadfield élargit utilement l'attention pour intégrer les conditions culturelles, à savoir les communautés polyglottes néerlandaises et françaises en exil à Londres, qui ont contribué à façonner le jeune Spenser. . Richard Mulcaster - avec son lien avec la littérature française et néerlandaise et avec des personnalités importantes des relations anglo-néerlandaises comme Daniel Roger - a probablement amené Spenser dans ce réseau et cette première opportunité de publication alors qu'il était encore à la Merchant Taylor's School, non loin de l'endroit où les exilés Jan van der Noot a vécu. Hadfield passe habilement de cette focalisation macro-culturelle à une analyse approfondie de plusieurs traductions de Spenser, démontrant, comme le fait Cummings, comment une focalisation culturelle et une analyse comparative peuvent être efficacement associées dans le même article. Hadfield soutient que le noyau de certains des thèmes centraux et des penchants stylistiques de Spenser a commencé avec ces traductions jeunes, mais précocement accomplies : ruines et destruction, numérologie symboliquement complexe, invasion et exil. Il est poignant de réfléchir avec Hadfield que ce qui était probablement la dernière œuvre de Spenser en tant que poète, Deux chants de mutabilité—avec ses références aux bandits et aux loups d'Irlande et à l'inconstance de toutes choses sous le soleil—revient à ses débuts en tant que poète-traducteur, sauf maintenant, sous la tutelle douloureuse de l'expérience, connaissant ces thèmes pour la première fois . Les dernières lignes de la traduction par Spenser du sonnet d'ouverture de Du Bellay semblent un écho proleptique de son envoi final dans le Chants: « tout n'est que vanité volante. / Alors je connais la solidité du monde, / Sith seul Dieu surmonte la force du temps, / En Dieu seul garde ma confiance. Dans le Deux chants de mutabilité, bien qu'affirmant le même thème du plus grand ordre de Dieu « surmontant la force du temps », la prière de Spenser au « grand Dieu du Sabbat » exprime plus de foi que de confiance. Si semblables, ces deux Spenser, mais combien ont changé.

La mesure dans laquelle la traduction informe la pratique de Spenser en tant que poète est mûre pour une enquête plus approfondie. Reynolds ne serait pas surpris que la récente traduction italienne de Les Reine des fées de Luca Manini a suscité la réflexion de Stephanie Jed dans cette revue sur l'espace « interlinguistique » de Spenser « entre les langues ». [57] Est-ce que Spenser Reine des fées un double pour la traduction ? Il a grandi dans un Londres polyglotte et de plus en plus diversifié, a été nourri par les volumes de Cambridge et a créé une terre de Faery qui ne tient pas les civilisations à distance, comme le pensait William Empson, mais les fait traverser leurs frontières textuelles et historiques. , en les fusionnant, en les affrontant et en les mélangeant. C'est une sorte de zone de traduction, un espace textuel – adaptant la définition originale de Mary Louis Pratt de la zone de contact – « où les cultures se rencontrent, s'affrontent et s'affrontent ». [58]

Il doit être significatif que le poète qui a commencé comme traducteur incorporait des fragments de traduction tout au long de son Reine des fées. S'ils étaient tous découverts et catalogués, des modèles émergeraient-ils ? Il doit y avoir une raison, par exemple, pour laquelle tant de traductions et de paraphrases de l'Arioste et du Tasse se produisent à des moments charnières du récit. Les trois premières strophes de II.x sont une traduction et une paraphrase proche des trois premières strophes de l'Arioste Orlando furieux, Chant Trois. Alors que les strophes de Spenser introduisent la chronique des rois britanniques à Gloriana dans la Maison de la tempérance, Ariosto a mis en place la vision de Bradamante de la lignée de la famille Este dans la grotte de Merlin. Spenser épissure en traduction des fragments du palais d'Armide du Tasse du chant seize du Gerusalemme liberata tout au long de son Bower of Bliss dans II.xii, le plus visiblement dans son interprétation du chant de la rose dans les strophes 74-75. Alors que la chanson du Tasse cède la place à une vision d'Armida, la chanson de Spenser mène directement à une description d'Acrasia. Un exemple plus ténu, mais qui mérite d'être noté, est l'entrée de Florimell dans III.i.15-16, alors qu'elle se faufile « tout d'un coup » dans le Reine des fées. Sa description comme une comète dans III.i.16.5-7 semble être une traduction du 4.28.3-6 du Tasse, où Armida entre dans le camp de Goffredo. Alors que l'entrée de Florimell brise le groupe de chevaliers et brise la structure ordonnée du Reine des fées dans l'entrelacement, le présage d'Armida fomente la discorde et libère les forces subversives de la romance dans l'épopée du Tasse.

Si les fragments de traduction de Spenser font écho à leur texte source, ils cherchent aussi à les dépasser. Comme l'a montré David Lee Miller, dans la traduction de Spenser de l'éloge topos du 3.1 de l'Arioste, Elizabeth "surmonte la Maison d'Este juste dans l'alexandrin—le neuvième vers par lequel la strophe spenserienne "surmonte" la strophe de l'Arioste ottava rima. »[59] La chronique d'Elizabeth est implicitement supérieure à celle de Bradamante. Dans Bower of Bliss, Spenser remanie les épisodes, amplifie et déplace l'orientation morale.[60] Ses traductions sont si parfaitement intégrées à son matériel original que Tasso devient un « plateau d'ivoire » rendu dans le « native hew » de l'anglais de Spenser, à tel point que l'art de la traduction de Spenser « que tout cela a forgé, n'est apparu nulle part » (II .xii.58.9), qui est bien sûr lui-même une traduction de « l'arte che tutto fa, nulla si scopre » du Tasse (GL 16.9.8) qui a presque réussi à effacer son texte source. Où finit la nature (texte source) et où commence l'art (traduction) ? La traduction est si travaillée qu'elle n'apparaît nulle part. Même l'« accresce » (augmentation) du Tasse devient « aggrace » dans Spenser. Ses traductions ajoutent de la grâce, remplaçant pratiquement le texte source. Et Fairfax imite Spenser avec sa traduction de la même ligne du Tasse comme « Nul n'apparaissait l'art que tout cela a forgé », ce qui ressemble plus à une paraphrase chiasmique de Spenser qu'à une traduction du Tasse. Il semble également suivre l'exemple de Spenser avec Florimell, où son « le peuple s'étonne de la lumière » (4.28.6) n'a pas d'équivalent réel dans le Tasse, mais suit le « À la vue duquel le peuple est consterné » (III. i.16.7). Fairfax ne peut pas lire le Tasse (et nous non plus) sauf via Spenser. Spenser prouve ce que les études de traduction ont soutenu tout au long. Les traductions sont des textes originaux. Vous ne pouvez pas revenir au texte source à travers eux. Il n'y a plus de texte source dans cette traduction. Le texte source a été modifié par la traduction et vous avez été modifié en le lisant.

Mais on ne peut s'empêcher de revenir chimériquement à la source.Au fur et à mesure que les lecteurs font la double traduction mentale des fragments de Spenser et essaient de les réinsérer dans leur texte source original, ils commencent à remarquer les transformations. Il n'y a pas de correspondance univoque à ces épisodes. Les chroniques de la Maison de la Tempérance font écho à la grotte de Merlin mais font également référence aux chroniques britanniques. Acrasia n'est pas seulement Armida, mais aussi les types de sorcières de Circé et d'Alcina. Et Florimell peut faire référence à Armida, mais elle a une affinité égale dans la même scène avec Daphné, Angelica et la force magnétique de la femelle en retraite désirée. Reynolds soutient que la traduction du poème fonctionne avec son texte source dans un rendu collaboratif de l'ur-poème. Les fragments de traduction de Spenser collaborent avec leurs textes sources pour évoquer ces types ur de chronique, de sorcière et d'objet féminin de désir. Il n'y a qu'un seul endroit, cependant, où tous ces types existent simultanément : les chemins « extrêmement spacieux et wyde » de ce « pays merveilleux de Faery ». Tous les moments de traduction discutés ici sont des points charnières dans le récit de Spenser - des chansons enchantant l'oreille de l'esprit et des comètes traversant l'œil de l'esprit - des points d'entrée annonçant des lieux à la fois anciens et nouveaux. Et le lecteur, cette troisième présence dans ces épisodes - lire par-dessus les épaules de Guyon et Arthur dans la scène de la chronique, regarder par-dessus les épaules de Guyon et du Palmer dans la tonnelle de la félicité, et surpris avec Guyon et Arthur par Florimell - dans l'acte d'être porté, se transforme, se traduit à travers ces seuils de lecture, acte qui est lui-même un processus de traduction, de transformation. Ascham avait raison : ce sont les enchantements de Circé.

Josué Reid
Université d'État de l'Est du Tennessee

[1] Roger Ascham, Le maître d'école (Londres : Iohn Daye, 1570), 26v.

[2] Susan Bassnett, Études de traduction, 3 e éd. (New York : Routledge, 2002), 11.


Histoire de la puissance aérienne

L'histoire de la puissance aérienne relate les grandes campagnes, les dirigeants, les succès et les échecs des forces aériennes dans le passé. Des témoignages et des articles historiques capteront votre intérêt, numéro après numéro. Des rubriques régulières vous tiendront au courant des nouveaux livres, des expositions du musée et des réunions.

Été 2021 – Volume 68, No.2

Voler haut, voler bas : Reconnaissance photographique SAC en Asie du Sud-Est

Guillaume Cahill

Gene Deatrick : une appréciation

Jonna Doolittle Hoppes

Les SA-2 et U-2 : les secrets révélés

John A. Schell

Les Mexicains pendant la Seconde Guerre mondiale : l'allié des airs de l'Amérique

Cynthia Buchanan

Ballons et dirigeables : une histoire plus légère que l'aviation aérienne – Par Anthony Burton, examen par Joseph Romito

Beaufighters: Over Sea, Sand and Steaming Jungles – Par Jack Colman & Richard Colman, Critique De Gary Connor

Showdown in Western Sahara Volume 2: Air Warfare over the Last African Colony, 1975-1991 – Par Tom Cooper, Albert Grandolini, & Adrien Fontanellaz, Critique de George W. Runkle

Ho Chi Minh Trail 1964-73: Steel Tiger, Barrel Roll et les guerres secrètes au Vietnam et au Laos – Par Peter E. Davies, examen par Joseph D. Yount

Les bombardiers français de la Seconde Guerre mondiale – Par José Fernandez et Patrick Laureau, Critique par Joseph Romito

Unités de bombardement et de reconnaissance Arado Ar 234 – Par Robert Forsythe et Nick Beale, examen par Gary Connor

Les As de la Luftwaffe dans la bataille d'Angleterre – Par Chris Goss, critique par Edward M. Young

La guerre en Extrême-Orient : le Japon se déchaîne 1942-1943 – Par Peter Harmsen, critique par Edward M. Young

V2 : Un roman de la Seconde Guerre mondiale – par Robert Harris, critique par Robert Huddleston

Oswald Boelcke : le premier as de chasse d'Allemagne et père du combat aérien – Par R. G. Head, examen par Gary Connor

Robert A. Lovett et le développement de la puissance aérienne américaine – Par David M. Jordan, examen par Steven D. Ellis

À travers l'adversité: la Grande-Bretagne et la guerre du Commonwealth dans les airs 1939-1945: Volume 1 – Par Ben Kite, critique par Edward M. Young

Mémoires d'un pilote de Stuka – Par Helmut Mahlke, Critique par Joseph Romito

US Air Cavalry Trooper contre soldat nord-vietnamien Vietnam 1965-1968 – Par Chris McNab, examen par John Cirafici

Inferno: La véritable histoire de l'héroïsme d'un tireur B-17 et de la campagne militaire la plus sanglante – Par Joe Pappalardo, examen par Steven Agoratus

Opération Colossus: Le premier raid aéroporté britannique de la Seconde Guerre mondiale – Par Lawrence Patterson, examen par Steven D. Ellis

Airpower Over Gallipoli – Par Sterling Michael Pavelec, Examen par Jayson A. Altieri

La bataille d'Héraklion. Crète 1941 : La bataille révélée par les comptes des alliés et de l'Axe – Par Yannis Prekatsounakis, examen par Steven D. Ellis

L'armée de l'air yougoslave dans la bataille pour la Slovénie, la Croatie et la Bosnie-Herzégovine, 1991-92, Vol. 1 – Par Aleksandar Radi, Critique par John Cirafici

Espionner depuis le ciel : aux commandes du renseignement aérien américain pendant la guerre froide – Par Robert L. Richardson, examen par Joseph Romito

Navires de guerre de la Seconde Guerre mondiale : YB-40 Flying Fortress et XB-41 Liberator Bomber Escorts – Par William Wolf, examen par Scott A. Willey


Voir la vidéo: Bilan lecture my hero academia tome 25 (Janvier 2022).