Podcasts sur l'histoire

Clés Viking de Suède

Clés Viking de Suède


Établissements vikings en Scandinavie et au-delà

Les Normands ont fait leur marque dans le nord de l'Europe et au-delà. Venez avec nous pour une visite des colonies vikings les plus connues.

Grâce en partie à une multitude d'émissions de télévision, la culture viking n'a jamais été aussi populaire. Alors que les scènes de bataille sont pour la plupart fantastiques, beaucoup sont curieux de la représentation de la vie quotidienne.

Comment connaissons-nous les colonies vikings ? Où étaient-ils, qui vivaient là, et en reste-t-il encore aujourd'hui ? Ce sont quelques-unes des questions les plus fréquemment posées que nous recevons, et elles constituent la base de cet article. Prendre plaisir!

Au-delà des communautés agricoles, les premières « villes » étaient principalement construites pour le commerce. Il s'agirait en partie de marchés et en partie de points d'importation et d'exportation.


Bases de la mythologie viking

Dans la religion nordique, il y a quatre phases de temps.

La première phase est la création du monde. La seconde est le commencement des temps. Le troisième est le Ragnarök, ou la destruction des mondes. Le dernier est la montée du nouveau monde de la mer.

Il y a neuf royaumes différents dans la mythologie nordique. Ces neuf royaumes s'étendent à partir du grand arbre du monde, Yggdrasil (dont le nom se traduit par « Cheval d'Odin », une référence à un mythe dans lequel Odin se sacrifie pour acquérir la sagesse des runes).

Le grand arbre est au centre de la cosmologie nordique, avec les neuf royaumes tous maintenus ensemble par ses branches et ses racines. Le destin de l'Univers est donc intrinsèquement lié au bien-être d'Yggdrasil.

Les noms originaux des neuf royaumes ne sont pas tout à fait clairs aujourd'hui, en raison de l'adaptation par des écrivains chrétiens tels que Snorri Sturluson, qui a finalement écrit la mythologie viking pour la première fois.

Neuf royaumes de la mythologie nordique

  1. Asgard- Royaume des Ases
  2. Alfheim- Royaume des Elfes Brillants
  3. Hel- Le royaume des morts (ajouté par Sturluson)
  4. Jotunheim- Le royaume des géants
  5. Midgard- Royaume des humains
  6. Muspelheim- Géant du Feu/Forces du Chaos
  7. Nidavellir- Royaume des Nains & Svartalfheim, Royaume des Elfes Noirs (Sturluson les a combinés dans le Royaume des Nains)
  8. Niflheim- Royaume de glace, neige et brume près de Muspelheim (ajouté par Sturluson)
  9. Vanaheim- Royaume des Vanirs

Le Ragnarök

Avant toute autre chose, il existait les royaumes opposés de Niflheim glacé et de Muspelheim enflammé, qui étaient séparés par le vide de Ginnungagap.

Au fil du temps, Nilfheim et Muspelheim se sont développés et se sont rencontrés, créant le premier géant, Ymir, et la vache, Audhumla.

La vache lécha la glace de Nilfheim, révélant Buri (ancêtre des dieux). Son fils, Borr, a procréé avec Bestla, la fille d'un géant, pour créer les premiers dieux nordiques - Odin, Vili et Vé. Ce trio a tué Ymir et a utilisé son corps pour créer le monde.

Lorsque les humains ont commencé à peupler ce monde, le temps a commencé. Au début, tout dans ce monde a son but et sa place et n'entre pas en conflit.

L'arbre du monde, Yggdrasil, se trouve dans le royaume d'Asgard des dieux. Ses racines englobent tous les autres royaumes, y compris Midgard (où résident les humains) et Jotunheim (où résident les géants).

Finalement, un dragon de la mort, Nidhogg, mordille les racines des arbres, le Jörmungandr (alias Midgard Serpent) provoque de violents troubles dans la mer avant de débarquer et de géants, nains et autres se lèvent et avancent vers une guerre avec les dieux.

Collectivement, ces conditions font boule de neige dans le chaos, et le Ragnarök commence par un hiver terrible. La terre s'enfonce dans la mer, le loup Fenrir se déchaîne et dévore le soleil, l'Arbre du Monde tremble et le Bifröst (le chemin entre Asgard et Midgard) s'effondre.

Les dieux vikings se réunissent pour se préparer au combat contre les Enfers. D'innombrables dieux (y compris des légendes telles que Odin, Thor, Týr, Freyr, Heimdallr et Loki) et leurs ennemis meurent, et un géant nommé Surtr utilise son épée flamboyante pour allumer un feu qui détruit tout.

Dans la phase finale de la légende viking, le feu donne naissance à une nouvelle vie, qui vient de la mer. Une nouvelle génération de dieux et d'humains est née. Cependant, dans certaines sources anciennes, il y a une destruction totale, et personne ne survit au Ragnarök.


3. Ils ne s'appelaient pas Vikings

Le mot Viking est un dérivé de Vikingar, qui en vieux norrois signifie &ldquoraider&rdquo ou &ldquopirate&rdquo. Ainsi, alors que nous les connaissons sous le nom de Vikings, ils ne se sont probablement jamais appelés ainsi.

Pour d'autres sociétés, ils étaient également connus sous différents noms, par exemple, les Allemands les appelaient Ascomanni, en Irlande ils étaient connus sous le nom de Dubgail et Finngail, et les Arabes et les Byzantins les appelaient Rus ou Varègues.

Les Anglo-Saxons les appelaient Danois.


Comprendre les Vikings danois

Runes écrites sur pierre au Danemark

Les Vikings sont souvent considérés comme des pilleurs et des pilleurs, mais beaucoup d'entre eux étaient des explorateurs et des commerçants courageux qui ont contribué à répandre l'influence viking au loin. On pense que les Vikings ont contribué à transformer le commerce européen en une économie de marché marchande. [1]

Vers le XIe siècle, le Danemark est entré dans une période connue sous le nom de Haut Moyen Âge. [2] Cette période marque le moment où les concepts médiévaux d'économie et de politique dans la société européenne sont arrivés au Danemark.

L'influence du christianisme a eu un effet particulièrement puissant sur les Vikings et aurait contribué à la fin de l'ère viking. Harald Bluetooth a embrassé la religion et l'a utilisé pour unir son empire, mais il a également semé les graines pour faire disparaître les Vikings.

Les Vikings étaient habiles à fabriquer des armes et à forger des bijoux et des armures complexes grâce à leurs compétences avancées en métallurgie. Ils s'adaptent à l'environnement des terres conquises et s'efforcent de perfectionner les techniques agricoles et de construire des structures pérennes.

Leur art comprenait la ferronnerie, l'artisanat du bois, les sculptures et la poterie, et de nombreux artefacts survivants ont été trouvés au fil des ans au Danemark et ailleurs. [3]

En raison de leur influence, les Vikings occupent toujours une place prépondérante dans la conscience danoise moderne.

Les Vikings sont connus pour leurs capacités maritimes. Mais jusqu'où ont-ils voyagé vers l'ouest ? Voir Vikings in America: The Evidence pour en savoir plus.

Les premières batailles vikings

À la fin du VIIIe siècle, les Vikings ont lancé une attaque contre le monastère de Lindisfarne dans le nord-est de l'Angleterre qui a marqué le début de l'ère viking. [4]

Les Vikings n'étaient pas influencés par les coutumes à l'époque qui comprenaient que les structures religieuses ne devaient pas être ciblées par la guerre, et ainsi les Vikings ont lancé plusieurs attaques contre des institutions religieuses non défendues et ont attaqué ces monastères sans hésitation.

Les premiers raids vikings étaient pour la plupart sporadiques, cherchant simplement des ressources et ne cherchant pas à établir leur domination. Plus tard, au 9ème siècle, les Vikings utiliseraient les conflits politiques tumultueux de l'époque pour pousser les attaques plus à l'intérieur des terres et commencer à conquérir des zones dans ce qui est maintenant la France, l'Allemagne et l'Angleterre.

Raid des Vikings danois en Angleterre

À la fin des années 800, les armées vikings danoises dirigées par Halfdan Ragnarsson et Sigurd Snake-In-The-Eye ont réussi à conquérir l'Angleterre.

Beaucoup d'entre eux se sont installés dans la région et sont devenus agriculteurs et commerçants. [5]

Contre le roi Alfred le Grand, Halfdan et son frère Sigurd menèrent la Grande armée païenne des Vikings du Danemark et envahirent avec succès l'Est-Anglie. [6]

Ils viendront établir le contrôle danois sur l'Angleterre pendant de nombreuses années à venir. Il n'est pas certain que le raid initial contre l'Angleterre ait été incité.

À quoi ressemblait exactement le Danemark avant l'arrivée des Vikings ? Voir Scandinavie avant les Vikings pour en savoir plus.

Domination viking danoise

Église chrétienne au Danemark

Au milieu du Xe siècle, Harald Bluetooth a contribué à consolider la domination des Vikings danois en unissant les différentes tribus qui existaient dans la région et en établissant le christianisme comme religion du pays.

Cette puissante vague de Vikings danois a effectivement provoqué une deuxième vague de l'ère viking. [7]

Grâce à leur puissance accumulée, ces Vikings danois avancés ont pu mener avec succès des raids à grande échelle dans toute l'Europe. Les Vikings danois de cette période ont ainsi pu étendre leur influence et assimiler leurs traditions et pratiques dans de nombreuses cultures différentes.

Au cours de cette période, les Vikings ont aidé à établir des structures sociales danoises qui ont divisé la société en trois classes principales : l'élite, les hommes et les femmes libres et les esclaves, également appelés esclaves. [8]

Les femmes vikings avaient historiquement plus de liberté que dans de nombreuses autres cultures de l'époque. Ils ont pu assumer des rôles de leadership communautaire, initier le divorce et posséder des biens. C'était une quantité assez remarquable d'indépendance pour les femmes à l'époque.

La chute des Vikings

En 1066, une invasion menée par les Vikings pour tenter de reprendre le contrôle du trône d'Angleterre fut vaincue par Guillaume, duc de Normandie. [9] Guillaume a été couronné roi d'Angleterre et a défendu avec succès l'empire contre les futures attaques vikings.

La dissolution des Vikings est due en partie aux efforts de Harald Bluetooth pour établir le christianisme dans l'empire. Le christianisme et d'autres idéaux européens ont commencé à remplacer et à modifier ce qui avait été considéré comme les traditions et la culture vikings.

Très vite, la société viking est absorbée et dépassée par les principaux courants culturels de l'Europe chrétienne et disparaît de l'existence.

L'âge des Vikings est généralement considéré comme révolu au XIe siècle.

Une chronologie des figures dirigeantes du Danemark au temps des Vikings

En raison du fait que la culture viking n'encourageait pas l'alphabétisation, il existe une grande quantité de spéculations et d'idées contradictoires sur les dirigeants vikings et la société car il existe très peu de documents survivants de l'époque.

La plupart des informations connues ont été glanées dans diverses sagas et textes, mais il existe encore de nombreux récits contradictoires.

Vous trouverez ci-dessous un résumé des dirigeants vikings au Danemark et leurs dates approximatives de règne.

Beaucoup de dirigeants avant Gorm l'Ancien ne sont connus que par des sagas et des histoires, et en tant que tels, une grande partie de leur histoire peut être fictive et se contredit souvent dans les sources.

Ivar Vidfamne

Né vers 612 dans ce qui est aujourd'hui le Danemark, Ivar Vidfavne (également appelé Ivar Vidfavne et Ivar Vidfadme) a régné sur le Danemark ainsi que sur certaines parties de la Norvège, de la Suède et de l'Angleterre. [10] En raison de sa conquête de grande envergure de la Scandinavie ainsi que de certaines parties de l'Europe, Ivar a reçu le surnom de Vidfamne, ce qui signifie « large sondage ».

A cette époque, la région qui allait devenir le Danemark était divisée en deux royaumes, la Scanie et la Zélande. [11] Ivar est né du souverain de Scanie, mais son père a été assassiné par sa mère, la fille du roi suédois.

Ivar s'enfuit pour se protéger, mais reviendra plus tard avec une armée pour se venger de sa mère suédoise. Il conquit la Suède puis prit le contrôle de la Scanie et de la Zélande. Ivar régnerait avec une main particulièrement dure.

Selon la saga Hervarar, il a découvert que sa fille avait épousé un roi d'un pays voisin, Gardariki. [12] Ivar a décidé d'attaquer Gardariki, mais à son arrivée, il aurait fait un rêve étrange et a demandé une interprétation avant de lancer son attaque.

L'interprète a comparé Ivar au serpent Midgaard, ce qui a bouleversé le roi et il s'est jeté par-dessus bord pour tenter de combattre l'interprète, qui se tenait sur le rivage. [13]

Ivar a disparu dans les vagues et n'a jamais été revu. Sa mort est donc placée à environ 700 après JC.

Valdar

Selon la saga Hervarar, Valdar a été vice-roi du Danemark sous Ivar Vidfamne et a épousé sa fille, Alfhild. [14] Il deviendrait roi de Scanie à la mort d'Ivar Vidfamne.

Valdar aurait eu deux fils. Ces fils étaient Randver et Harald Wartooth.

Randver

À la mort de Valdar, son fils Randver a repris le rôle de roi du Danemark au début des années 700. [15] Randver a épousé Asa Haraldsdottir d'Agder et a eu un fils, Sigurd Hring.

Selon l'historien danois Svend Ellehoj, Randver mourrait au milieu d'une bataille en Angleterre.

Ongendus

On pense qu'Ongendus a servi comme roi des Danois vers 710. [16] On pense généralement qu'il a été responsable du renforcement et de l'expansion de Dannevirke, bien que des sources contestent parfois l'étendue de ses contributions. [17]

Dannevirke servait de série de murs défensifs qui longeaient la frontière danoise et protégeaient la nation des invasions du sud. Dannevirke a également servi à protéger les routes commerciales danoises.

On sait très peu de choses sur Ongendus, à part qu'il est le premier roi danois à être noté dans la littérature contemporaine. [18] Selon Saint Willibrord, qui a visité les terres qui deviendraient le Danemark pendant qu'Ongendus régnait, Ongendus était « plus sauvage que n'importe quelle bête et plus dur que la pierre ». [19]

Ce serait tout à fait le compliment pour un souverain à l'époque viking, lorsqu'une nature brutale et des prouesses au combat étaient tenues en haute estime.

Harald Dent de guerre

L'autre fils de Valdar, Harald Wartooth est considéré comme un roi légendaire du Danemark et a régné au 8ème siècle, et, selon la source, son empire peut s'étendre pour inclure des parties de la Suède, de l'Allemagne, de l'Angleterre et du Jutland. [20]

Selon Saxo Grammaticus, il y a deux histoires sur la façon dont Harald a gagné le nom de "Wartooth". [21]

Dans un récit, Harald a reçu le nom après avoir perdu deux de ses dents lors d'une bataille contre Veseti, alors seigneur de Scania. Deux nouvelles dents auraient poussé pour remplacer les dents manquantes.

Dans un autre récit, Harald a reçu le nom simplement en raison de ses dents particulièrement saillantes. La plupart des récits semblent généralement voir le titre comme un titre complémentaire qui atteste de son habileté sur le champ de bataille.

À l'âge de 15 ans, en 705, Harald régna sur la Scanie et la Zélande, les deux royaumes constituant ce qui est aujourd'hui le Danemark. Il a décidé de revendiquer le trône de Suède puisque la famille de sa mère avait autrefois régné. Malgré son jeune âge, Harald a réussi à conquérir la Suède et à la défendre contre les dirigeants mineurs qui tentaient de la revendiquer.

Harald prit le contrôle des régions d'Angleterre conquises par Ivar Vidfamne et nomma une hiérarchie de rois mineurs et de jarls afin de lui rendre hommage. [22] Selon la source, Harald a un certain nombre de fils liés à lui, dont plusieurs qui deviendront plus tard des rois.

Le fait le plus intéressant à propos de Harald Wartooth est peut-être sa mort. Les Vikings croyaient qu'une mort sur le champ de bataille signifiait une vie après la mort au Valhalla, un royaume sacré réservé aux guerriers honorés. [23]

Réalisant qu'il était en train de mourir de vieillesse, Harald a suggéré à Hring, roi de Suède, de se battre pour qu'il puisse mourir au combat plutôt qu'au lit. À ce moment-là, Harald était aveugle et il partit en char dans la mêlée avec une épée dans chaque main. Il est mort dans cette bataille.

Sigfred

De 777 à 798 environ, les terres du Danemark actuel étaient dirigées par Sigfred. On pense qu'il a succédé à Harald Wartooth en tant que roi, mais il n'y a aucune preuve concluante de la chronologie du trône.

Selon Einhards Jahrbücher, Sigfred pourrait être associé au roi suédois Sigurd Hring, qui a vaincu Harald Wartooth sur le champ de bataille. [24] Sigurd Hring est considéré comme le père du notable héros viking Ragnar Lodbrok, qui sera raconté dans de nombreuses sagas au fil des ans. [25]

Par la même source, il a également été suggéré que Sigfred pourrait être le fils d'Ongendus, mais cela semble moins probable car cela placerait près de 50 ans entre les deux.

Ragnar Lodbrok

Selon Saxo Grammaticus, Ragnar a régné en tant que roi danois et suédois au début des années 800. C'est une figure populaire parmi les légendes et les sagas, mais les récits de ses actes varient énormément et il y a beaucoup de débats quant à savoir s'il a même existé en tant que personne singulière.

Dans le Dictionnaire historique des Vikings, Katherine Holman déclare qu'il est très probable que Ragnar soit un "amalgame de personnages historiques et d'invention littéraire". [26] Ainsi, Ragnar peut avoir été simplement un personnage fictif qui a compilé des éléments de vérité réaffectés de divers dirigeants de l'époque.

Quoi qu'il en soit, il est généralement admis que Ragnar avait plusieurs fils. Holman les énumère pour inclure Ivar the Boneless, Halfdan Ragnarsson, Bjorn Ironside, Ubba, Hvitserk et Sigurd Snake-in-the-Eye, bien que la crédibilité de Hvitserk soit plus douteuse que les autres. Ces fils allaient occuper divers postes de pouvoir dans l'empire viking.

Gudfred

Régnant de 804 à 810, Gudfred est l'un des premiers rois danois de l'ère viking à disposer de documents importants pour vérifier son règne. [27] Il a cherché à conquérir des terres en Europe occidentale, luttant spécifiquement contre les Francs sous Charlemagne, mais n'a pas fait beaucoup de progrès dans l'ensemble pendant sa période de règne.

Gudfred a pu acquérir une bonne quantité de terres d'Europe de l'Est, forçant les Slaves à lui rendre hommage. On pense également que Gudfred a apporté des contributions importantes au renforcement de Dannevirke en raison de son désir de protéger les terres danoises vikings des Francs au sud. Dannevirke a aidé à établir un mur de protection à la frontière avec la Saxe. [28]

Selon un récit de Notker de Saint-Gall, Gudfred a été assassiné par son propre fils avec une épée alors qu'il faisait de la fauconnerie. La motivation du meurtre serait due au fait que Gudfred avait abandonné sa femme et que le fils souhaitait venger l'honneur de sa mère. [29]

Halfdan Ragnarsson

Halfdan Ragnarsson est considéré comme l'un des fils de Ragnar Lodbrok. [30] Il partagerait le trône danois avec son frère, Sigurd Snake-in-the-eye.

En 865, il dirigea les Vikings dans ce qu'on appelait la Grande armée païenne et envahit l'Angleterre, luttant contre le roi Alfred le Grand. Avec ses frères, Halfdan a réussi à envahir l'Est-Anglie avec la Grande Armée païenne.

La grande armée païenne allait ensuite envahir la Northumbrie et en 866, ils capturèrent York. Halfdan deviendrait le commandant principal des forces vikings en Est-Anglie et continuerait à rivaliser pour le contrôle danois de la région pendant de nombreuses années à venir. Il finira par mourir au combat vers 877 environ.

Serpent dans les yeux de Sigurd

Le frère de Halfdan Ragnarsson, Sigurd a gagné son nom unique en raison de ce que l'on pense être un défaut physiologique de son œil qui avait la forme d'un serpent ou d'un dragon. Il est considéré comme un guerrier viking semi-légendaire et a régné sur les terres du Danemark du milieu à la fin du IXe siècle. [31]

On ne sait pas quand Sigurd est mort, et certains pensent qu'il est peut-être devenu le seul roi du Danemark après la mort de son frère, Halfdan Ragnarsson, en 873.

Olaf le Brash

Malheureusement, on sait très peu de choses sur Olaf le Brash, et la seule preuve de son règne est donnée par un érudit médiéval allemand nommé Adam de Brême, dont on sait également très peu au-delà de ses chroniques historiques. [32]

Olaf le Brash aurait gouverné le Danemark dans les années 900, usurpant le pouvoir d'un autre chef nommé Helge, qui n'est également connu que par les comptes d'Adam de Brême. Olaf aurait été un chef viking venu de Suède et conquis le Danemark. On ne sait pas grand-chose d'autre, à part qu'il a eu de nombreux fils qui ont continué sa dynastie pendant plusieurs générations.

Gorm l'Ancien

Peut-être l'un des souverains danois les plus célèbres à l'époque viking, Gorm l'Ancien a régné sur le Danemark de 936 à 958 environ. [33]

Il était également le père de Harald Bluetooth, un autre roi du Danemark très célèbre. Gorm est fréquemment cité comme le véritable début de la lignée royale danoise en raison du fait que son règne ne fait aucun doute, contrairement aux dirigeants précédemment déclarés.

Le règne de Gorm l'Ancien est mentionné par Adam de Brême, la chronique de Rosklide, la saga Jomsvikinge, la saga d'Olav Tryggvason, Saxo Grammaticus, Sven Aggesen, Hauksbok Fagrskinna et la saga Knylinge. Ces récits indiquent également clairement que Gorm était un féroce roi viking et qu'il a régné avec succès sur les terres jusqu'à sa mort en 958.

Gorm a régné depuis Jelling, où il a érigé des monuments runiques qui sont encore présents aujourd'hui. Ce site est maintenant considéré comme un site du patrimoine mondial de l'Unesco. Selon le site Web du site du patrimoine mondial, l'un des monuments est une grosse pierre qui dit "Le roi Gorm a fait ce monument à sa femme Thyra, l'ornement du Danemark".

Harald Bluetooth

Harald Bluetooth était le fils de Gorm l'Ancien et de la reine Thyra. Il est responsable d'avoir établi une pierre runique à Jelling en l'honneur de son père et de sa mère. Cette pierre fait maintenant partie du site du patrimoine mondial de l'Unesco à Jelling. [34]

Harald Bluetooth a conclu un accord de paix avec le Saint Empire romain germanique et s'est converti au catholicisme, augmentant ainsi l'influence de l'église chrétienne sur le Danemark et la Scandinavie. En plus de convertir les Danois au christianisme, Harald a pu unir les différentes tribus du Danemark et de la Norvège en un empire unifié et une religion établie.

Du fait qu'il a pu unir ces tribus, la technologie Bluetooth tire en fait son nom de Harald Bluetooth. [35] Jim Kardach, un ingénieur travaillant sur les technologies sans fil dans les années 1990, a vu une similitude dans l'unification de la Scandinavie par Harald avec ce qu'il espérait accomplir parmi les industries cellulaires et PC. Le nom était un gagnant et il existe toujours à ce jour, fournissant un rappel moderne à un roi viking du Danemark.

On pense que Harald Bluetooth est mort en 1070 aux mains de son fils, Sweyn Forkbeard (grand-père de Sweyn II Estridsen.)

Le roi Canut le Grand

On pense que Canute, également connu sous le nom de Cnut, est né entre 985 et 995 après JC et est souvent décrit comme un féroce chef viking. [36] Sous son règne en tant que prince danois, les forces de Canut ont pu conquérir l'intégralité de l'Angleterre à l'exception de Londres en 1015.

En 1016, Canut deviendra le roi d'Angleterre ainsi que certaines terres scandinaves à la suite d'un traité conclu en 1015 entre Canut et le roi Edmond d'Angleterre.

Canut n'a pris aucun risque en ce qui concerne les menaces contre son trône et n'a pas tardé à exécuter ou à exiler quiconque posait une revendication potentielle sur son royaume. [37]

Canut allait devenir roi du Danemark en 1019 et plus tard, en 1028, il obtenait en outre le trône de Norvège. Cela signifiait que Canut contrôlait un immense empire qui fut appelé l'Empire de la mer du Nord.

Du fait que Canut le Grand régnait sur la majorité des Vikings, il a pu protéger l'Angleterre des violents raids qui sévissaient dans le pays. Cela a permis au pays de commencer à se reconstruire et à prospérer.

Canut mourut en 1035. Son fils illégitime, Harald Ier, prendrait le contrôle de l'Angleterre. Le Danemark tomberait sous le contrôle du fils de Canut, Hardicanute.

Hardicanut

Hardicanut, également connu sous le nom de Harthacnut, était le fils de Canut et a grandi au Danemark. Au milieu du XIe siècle, alors que Canut était absent, le frère de Canut, Ulf, a établi le jeune Hardicanute comme roi du Danemark sans l'approbation de Canut. [38]

Canute est revenu et a exécuté Ulf, mais a promis que le trône danois serait hérité par son fils Hardicanute à sa mort.

À la mort de Canut en 1035, Hardicanute s'empara du Danemark. Ses tentatives pour revendiquer les terres de son père en Angleterre ont été contrecarrées par son demi-frère Harald I.

Hardicanute était connu pour son amour de l'alcool et de la gastronomie, et en 1042, il mourut de ce qui est généralement présumé être un accident vasculaire cérébral après des années de consommation excessive d'alcool et de mauvaises habitudes alimentaires.

Sweyn II Estridsen

Sweyn II Estridsen régna comme roi du Danemark de 1047 à 1074. Il était le fils d'un comte danois et une sœur de Canut I le Grand. [39] Son père a été effectivement exécuté sous le commandement de Canut et Sweyn s'est réfugié en Suède pour sa propre protection.

Après que Canut est mort en 1035 et que Magnus de Norvège a pris le contrôle du Danemark et est devenu roi en 1042, il a nommé Sweyn comme vice-roi.

Alors que Magnus était parti au combat en 1043, Sweyn revendiquait le trône viking danois. Cela a inévitablement entraîné un différend avec Magnus et son successeur désigné, Harald Sigurdsson, et la guerre a éclaté pour le droit au trône danois. [40]

Sweyn n'a pas réussi à vaincre les forces de Harald, mais les troupes de Harald n'ont pas non plus conquis efficacement le Danemark parce qu'elles préféraient piller et attaquer plutôt que d'établir la règle.

En 1064, les deux dirigeants décident de reprendre le contrôle de leurs pays respectifs, Harald prenant le contrôle de la Norvège et Sweyn dirigeant le Danemark, afin d'avoir plus de chances de victoire lors de l'invasion de l'Angleterre.

En 1069, les forces de Sweyn ont pu exécuter une attaque réussie contre l'Angleterre et se sont retrouvées dans une position avantageuse. Plutôt que de continuer à conquérir, cependant, Sweyn conclut un accord avec Guillaume Ier et se retira pacifiquement au Danemark.

De retour au Danemark, Sweyn a concentré son attention sur l'élimination de l'influence de l'église anglaise du pays et sur le soutien de l'église chrétienne danoise. Ses efforts ont été infructueux et l'ère viking était déjà presque dissoute.

Après sa mort, le royaume du Danemark serait gouverné par cinq de ses fils et sa lignée contrôlerait le trône pendant près de 300 ans.


Gotland - où l'histoire de l'ère viking rencontre des paysages naturels uniques

Quiconque a mis le pied sur le sol de Gotland conviendra qu'il y a quelque chose de magique à ce sujet. Cette île unique au large de la côte sud-est de la Suède a tout pour plaire : des paysages naturels, une histoire remarquable et des saveurs locales uniques. Promenez-vous dans les rues pavées de Visby - la principale ville de la côte est de l'île - et c'est comme si vous aviez été transporté à l'époque médiévale. En 1995, Visby est entrée sur la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO, et pour cause : Visby est la ville commerçante fortifiée la mieux conservée d'Europe du Nord. Entre le XIIe et le XIVe siècle, c'était le principal centre de la Ligue hanséatique dans la Baltique.

Le paysage urbain historique de Visby comprend un grand nombre de bâtiments et de structures architecturaux importants datant du XIIIe siècle. Enveloppant le centre centenaire, Ringmuren (le mur de la ville de Visby) - avec ses tours et ses portes - a été construit entre 1250 et 1288 et s'étend sur 3,5 kilomètres.

Le mur de la ville de Visby ('Ringmuren')

Le mur de la ville de Visby est un mur défensif médiéval entourant la ville suédoise de Visby sur l'île de Gotland au large de la côte sud-est de la Suède. Avec 3,4 des 3,6 kilomètres de mur d'origine encore debout, c'est le mur de la ville le mieux conservé de Scandinavie.

Photo : Emelie Asplund/imagebank.sweden.se

Découvrez la ville médiévale de Visby – et au-delà

Mis à part l'architecture historique, le caractère pittoresque des rues résidentielles de Visby, avec leurs cottages idylliques et l'abondance caractéristique de roses odorantes, contribue au charme unique de la ville. Cependant, il y a aussi beaucoup à découvrir au-delà des frontières de la ville.

Connu comme un haut lieu des gourmets, Gotland bénéficie des merveilleux produits locaux disponibles sur l'île - notamment des fruits de mer fraîchement pêchés - et propose également une importante scène de bière artisanale.

Elle vaut bien une visite à tout moment de l'année - chaque saison a son charme unique - mais l'île s'anime particulièrement en été, lorsque les températures tournent autour de 20 ° C et que les eaux sont les plus propices à la baignade. Même si la baignade n'est pas à l'ordre du jour, le littoral distinctif de Gotland a beaucoup à offrir. Les piles de la mer – ou « raukar » comme on les appelle en suédois – trouvées sur la côte est rocheuse est un spectacle presque surnaturel à voir.

Afficher l'image en plein écran

Gotland est une île de la mer Baltique à environ 90 km au large de la côte est de la Suède. Il est habité depuis longtemps, probablement depuis l'âge de pierre. Aujourd'hui, il y a plus de 40 000 sites antiques à Gotland, et la ville principale, Visby, avec ses remparts médiévaux, a été classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Photo : Jerker Andersson/imagebank.sweden.se

Photo : Jerker Andersson/imagebank.sweden.se

Photo : Emelie Asplund/imagebank.sweden.se

Photo : Helena Wahlman/imagebank.sweden.se

Fleurs sur l'île de Gotland

Photo : Jon Flobrant/Unsplash

Explorez les merveilles naturelles de Gotland

Gotland a des paysages naturels incroyables et comme il est principalement plat, c'est la destination de rêve pour les cyclistes. La côte d'Eksta est une option de vélo populaire avec beaucoup à offrir. Situé dans une réserve naturelle idyllique, ce tronçon côtier traverse la partie ouest de l'île, du village de pêcheurs de Djupvik à Hammarudden. Montez à bord d'un ferry pour explorer les îles voisines de Stora Karlsö et Lilla Karlsö, qui sont connues pour leur riche flore et faune.

Aucun voyage à Gotland n'est complet sans une visite à l'île de Fårö. Situé juste au nord-est de l'île principale, vous atteindrez cette destination de caractère avec un trajet gratuit de 8 minutes en ferry depuis Fårösund. Il est facile de comprendre pourquoi le réalisateur suédois de renommée mondiale Ingmar Bergman est tombé amoureux de cette île, où il a passé une grande partie de sa vie des années 1960 jusqu'à sa mort en 2007.

Fårö est entièrement formé de roche calcaire. Bien qu'il ait une beauté particulièrement accidentée dans certaines parties, il possède également des plages de sable (Sudersand est largement considérée comme l'une des meilleures plages de Suède) ainsi que des champs et des prairies. Fårö est également le site d'impressionnants raukar (piles calcaires marines), qui forment de superbes champs de sculptures naturelles au bord de la mer. Le bien nommé Stenkusten (Côte de pierre) sur la côte nord de Gotland est une autre destination avec le raukar emblématique.

Quand il est temps de faire le plein, pensez au restaurant de caractère Creperie Tati & Kutens Bensin. Installé dans une ancienne station-service et rempli de nostalgie des années 50, avec un juke-box en action, crêpes et galettes françaises sont au menu. Ces délicieuses friandises sont servies avec des garnitures et des accompagnements sains, tels que des légumes biologiques provenant du fermier local Frans Brozén.

Afficher l'image en plein écran

Des amis marchant le long de la mer empilent des « rauks » sur Fårö, une île au nord-est de Gotland.

Photo : Tina Axelsson/imagebank.sweden.se

Photo : Tina Axelsson/imagebank.sweden.se

Photo : Lucas Günther/imagebank.sweden.se

Monolithes de calcaire sur Gotland

Photo : Destination Gotland

Les saveurs uniques de la nourriture et de la bière de Gotland

L'histoire privilégiée de Gotland en tant que poste de traite l'a vu développer un penchant pour les ingrédients de terres lointaines - le safran en est un exemple. Le « Saffranspannkaka » (crêpe au safran, à base de riz) servi avec de la crème fouettée et de la confiture à base de myrtille - un parent de la mûre également connu sous le nom de salmbär - est un classique de Gotland à essayer.

En raison de ses fortes traditions de pêche, les fruits de mer de toutes sortes sont naturellement la clé, tandis que les mangeurs de viande devraient profiter de l'occasion pour essayer l'agneau local. L'élevage de moutons remonte à l'époque viking, et la viande est connue pour sa texture et sa saveur. La viande d'agneau (et la laine) sont les produits par excellence de Gotland, et le drapeau de l'île comporte même un devant et un centre de mouton.

Le ramslök (ail sauvage) et les asperges – blanches, vertes et violettes – prospèrent à Gotland, tout comme la truffe. Le genre que vous trouverez ici est unique à l'île. Simplement appelée truffe de Gotland (truffe noire de Bourgogne), cette spécialité régionale a son propre festival dédié, organisé chaque année en novembre. During this weekend-long event, you’ll get to immerse yourself in the world of truffles. Enjoy a well-balanced medley of activities, from truffle markets and events such as truffle-hunts to workshops and seminars held by experts in the field. A wide range of participating restaurants offer the opportunity to try truffles cooked in a variety of ways – from casual affairs to fine dining options.

As for drinks, the local 'Gotlandsdricka' – a smoky-sweet, juniper-flavoured traditional ale – has been made on the island for centuries. Locally brewed beer of other types is never out of reach. Gotlands Bryggeri is a well-established brewery offering up a long list of beer varieties across the island’s bars and restaurants. You’ll also find plenty of micro-breweries – look out for Barlingbo, Hop Shed Brewery and Snausarve Gårdsbryggeri, to name a few.


Did all Vikings raid?

This meant that a typical farmer did not have the time nor the necessary fighting experience to participate in these raids. Taking part in these raids was also very time-consuming because raids would often last many months and in some cases even years.

Most of the people within the Viking society would most likely have stayed at home their whole life, and some of them may never have left their local area.

While it was mostly the farmers who went on raids, it was the Jarls would be paid for the expedition and provided the ships to sail across the sea.

Photo: by Jelling – riget og regenten

The Jarls were what we today call the upper-class, and they had a lot more resources at their disposal than a farmer. This also meant that they had some of the best fighting equipment available, and some of them even had a sword, which was a very rare weapon in the Viking age.

The farmers and the other Karls who would go on these raids could only dream about getting their hands on a weapon like a sword, and they had to be satisfied with their own common weapons, such as axes, spears, and shields.


Finding old Viking Sewing Machine for Sale

By now you should know where you can look to find an old Viking sewing machine for sale. The first stop you should make is at eBay. They seem to have some available but not always at the right price. Then if you do an internet search you should find independent and small businesses, like antique and sewing machine repair shops, listing their Vikings individually.

Craigslist and other classified ads, whether online or locally, should be another great source to find someone willing to part with their Viking sewing machine. Sometimes you can get a motivated seller and get a great deal.

Next on the search list are friends and family members. They may know someone who is wanting to make a little extra cash selling their old Viking sewing machine. Then you can always put out a wanted classified ad letting friends and strangers know you are in the market for a Viking sewing machine that is in good condition.

There are lots of options available that help you secure a good old Viking for use or your collection.


Surprising New List of Surnames Shows if you Have a Viking in Your Family Tree

People are fascinated by learning about where their surnames come from and now many of them will find out they have Viking ancestors. That fascination has allowed companies that offer DNA analysis or guided genealogy research to become big business, especially in parts of the world where many of the inhabitants may be of immigrant stock. Attempts to investigate one’s roots have to have a starting point, though. Usually, it’s your surname.

Surnames generally offer insight into at least what country or general region our ancestors hail from, but only to a certain point. As ancient people spread, invaded, and colonized their way around the world, cultures became somewhat muddled, and the path to discovery less clear.

That point was recently highlighted in a story from Country Living, talking about a series of names that are closely linked to the Vikings, and many of them may surprise you.

A map of the route taken by the Vikings which arrived in England from Denmark, Norway, and southern Sweden in 865. Photo by Hel-hama CC BY-SA 3.0

It’s not very hard to work out that many surnames that end in –sen or –son have their roots in Scandinavia, where the early naming conventions involved identifying a man as being the “son of” his father that’s the seed of where names like Christiansen, Erikson, or Gunnarson come from.

Activity area of the Vikings, Mediterranean from the Black Sea , the Caspian Sea , the United Kingdom from Iceland , the North American continent.

Alexandra Sanmark of the Centre of Nordic Studies and the History Channel has been doing some new research into surnames that were common during the Viking Era, and found some surprising results. According to their work, millions of modern British people have names that suggest a Viking in their line 900 or more years ago.

  1. Roger(s)
  2. Rogerson
  3. Amour
  4. Tall
  5. Rendall
  6. Short
  7. Long
  8. Wise
  9. Good
  10. MacAuliffe
  11. McLeod
  12. McAvoy
  13. McIvor
  14. McDowell
  15. Doyle
  16. Flett
  17. Halcro
  18. Linklater
  19. Scarth
  20. Heddle

A number of the names on this list are also words that describe traits, either physical or personality traits, which is in keeping with the style of the time. During the Viking era, family names as we currently understand them weren’t in use. Instead, a person was given a first name and some type of second name to help identify them separately from anyone else with the same first name. That name was often a reference to parentage, but it could also refer to some identifying characteristic, which is how names like “Short”, “Long”, or “Wise” are on this list.

The clearly Scottish names that start with Mc or Mac may not sound Viking to our ears, but the prefix does the same job as the –son at the end of more obviously Scandinavian names. Both forms come from mac, which is the Gaelic equivalent of saying son of.

Map showing area of Viking settlement in the eighth (dark red), ninth (red), tenth (orange) and eleventh (yellow) centuries. The settlement of Iceland was part of a wider pattern of Viking migration.

Sanmark’s research has also shown that Scotland is one of the parts of the British Isles that had the most contact with Viking invaders centuries ago, especially Caithness, Shetland, and Orkney, so it’s not a surprise that so many names on this list are clearly of Scottish origin. The Vikings mostly sailed the Atlantic Ocean, raiding along the British Isles and the Western European coast.

There are other surnames that aren’t on this particular list which have Viking roots although they don’t jump out at you. In addition to being patronymics that show who your father is, or being called by some identifying feature of your own, people were also sometimes called second names that related to where they lived, or what they did for a living.

The website Behind the Name identifies the name Hall as being a Scandinavian surname, tying it to people who either lived or worked in the hall of a noble. The surname Ness comes from the English word ness and the Norwegian word nes, both of which refer to a promontory or headland, and is an example of being called for the place one lives.

In ancient times, genealogy was passed orally, an art that has become almost lost in our high tech world. The desire to know is clearly still a part of us however, and today’s research and technology are making it easier to find out the history of where and how you came to be.


Viking Keys from Sweden - History

Evidence of trade, diplomacy, and vast wealth on an unassuming island in the Baltic Sea

The accepted image of the Vikings as fearsome marauders who struck terror in the hearts of their innocent victims has endured for more than 1,000 years. Historians&rsquo accounts of the first major Viking attack, in 793, on a monastery on Lindisfarne off the northeast coast of England, have informed the Viking story. &ldquoThe church of St. Cuthbert is spattered with the blood of the priests of God,&rdquo wrote the Anglo-Saxon scholar Alcuin of York, &ldquostripped of all its furnishings, exposed to the plundering of pagans. Who is not afraid at this?&rdquo The Vikings are known to have gone on to launch a series of daring raids elsewhere in England, Ireland, and Scotland. They made inroads into France, Spain, and Portugal. They colonized Iceland and Greenland, and even crossed the Atlantic, establishing a settlement in the northern reaches of Newfoundland.

But these were primarily the exploits of Vikings from Norway and Denmark. Less well known are the Vikings of Sweden. Now, the archaeological site of Fröjel on Gotland, a large island in the Baltic Sea around 50 miles east of the Swedish mainland, is helping advance a more nuanced understanding of their activities. While they, too, embarked on ambitious journeys, they came into contact with a very different set of cultures&mdashlargely those of Eastern Europe and the Arab world. In addition, these Vikings combined a knack for trading, business, and diplomacy with a willingness to use their own brand of violence to amass great wealth and protect their autonomy.

Gotland today is part of Sweden, but during the Viking Age, roughly 800 to 1150, it was independently ruled. The accumulation of riches on the island from that time is exceptional. More than 700 silver hoards have been found there, and they include around 180,000 coins. By comparison, only 80,000 coins have been found in hoards on all of mainland Sweden, which is more than 100 times as large and had 10 times the population at the time. Just how an island that seemed largely given over to farming and had little in the way of natural resources, aside from sheep and limestone, built up such wealth has been puzzling. Excavations led by archaeologist Dan Carlsson, who runs an annual field school on the island through his cultural heritage management company, Arendus, are beginning to provide some answers.

Traces of around 60 Viking Age coastal settlements have been found on Gotland, says Carlsson. Most were small fishing hamlets with jetties apportioned among nearby farms. Fröjel, which was active from around 600 to 1150, was one of about 10 settlements that grew into small towns, and Carlsson believes that it became a key player in a far-reaching trade network. &ldquoGotlanders were middlemen,&rdquo he says, &ldquoand they benefited greatly from the exchange of goods from the West to the East, and the other way around.&rdquo

Situated between the Swedish mainland and the Baltic states, Gotland was a natural stopping-off point for trading voyages, and Carlsson&rsquos excavations at Fröjel have turned up an abundance of materials that came from afar: antler from mainland Sweden, glass from Italy, amber from Poland or Lithuania, rock crystal from the Caucasus, carnelian from the East, and even a clay egg from the Kiev area thought to symbolize the resurrection of Jesus Christ. And then, of course, there are the coins. Tens of thousands of the silver coins found in hoards on the island came from the Arab world.

Many Gotlanders themselves plied these trade routes. They would sail east to the shores of Eastern Europe and make their way down the great rivers of western Russia, trading and raiding along the way at least as far south as Constantinople, the capital of the Byzantine Empire, via the Black Sea. Some reports suggest that they also crossed the Caspian Sea and traveled all the way to Baghdad, then the capital of the Abbasid Caliphate.

Entire Viking families are believed to have made their way east. &ldquoIn the beginning, we thought it was just for trading,&rdquo says Carlsson, &ldquobut now we see there was a kind of settlement. You find Viking cemeteries far away from the main rivers, in the uplands.&rdquo Other evidence of Scandinavian presence in the region is plentiful. As early as the seventh century, there was a Gotlandic settlement at Grobina in Latvia, just inland from the point on the coast closest to Gotland. Large numbers of Scandinavian artifacts have been excavated in northwest Russia, including coin hoards, brooches, and other women&rsquos bronze jewelry. The Rus, the people that gave Russia its name, were made up in part of these Viking transplants. The term&rsquos origins are unclear, but it may have been derived from the Old Norse for &ldquoa crew of oarsmen&rdquo or a Greek word for &ldquoblondes.&rdquo

To investigate the links between the Gotland Vikings and the East, Carlsson turned his attention to museum collections and archaeological sites in northwest Russia. &ldquoIt is fascinating how many artifacts you find in every small museum,&rdquo he says. &ldquoIf they have a museum, they probably have Scandinavian artifacts.&rdquo For example, at the museum in Staraya Ladoga, east of St. Petersburg, Carlsson found a large number of Scandinavian items, oval brooches from mainland Sweden, combs, beads, pendants, and objects with runic inscriptions, and even three brooches in the Gotlandic style dating to the seventh and eighth centuries. Scandinavians were initially drawn to the area to obtain furs from local Finns, particularly miniver, the highly desirable white winter coat of the stoat, which they would then trade in Western Europe. As time went on, Staraya Ladoga served as a launching point for Viking forays to the Black and Caspian Seas.

These journeys entailed a good deal of risk. The route south from Kiev toward Constantinople along the Dnieper River was particularly hazardous. A mid-tenth-century document by the Byzantine emperor Constantine VII Porphyrogenitus tells of Vikings traveling this stretch each year after the spring thaw, which required portaging around a series of dangerous rapids and fending off attacks by local bandits known as the Pechenegs. The name of one of these rapids&mdashAifur, meaning &ldquoever-noisy&rdquo or &ldquoimpassable&rdquo&mdashappears on a runestone on Gotland dedicated to the memory of a man named Hrafn who died there.

People from the East may have traveled back to Gotland with the Vikings as well. At Fröjel, Carlsson has uncovered two Viking Age cemeteries, one dating from roughly 600 to 900, and the other from 900 to 1000. In all, Carlsson has excavated around 60 burials there, and isotopic analysis has shown that some 15 percent of the people whose graves have been excavated&mdashall buried in the earlier cemetery&mdashcame from elsewhere, possibly the East.

In their voyages, the Vikings of Gotland are thought to have traded a broad range of goods such as furs, beeswax, honey, cloth, salt, and iron, which they obtained through a combination of trade and violent theft. This activity, though, doesn&rsquot entirely account for the wealth that archaeologists have uncovered. In recent years, Carlsson and other experts have begun to suspect that a significant portion of their trade may have consisted of a commodity that has left little trace in the archaeological record: slaves. &ldquoWe still have some problems in explaining what made this island so rich,&rdquo says Carlsson. &ldquoWe know from written Arabic sources that the Rus&mdashthe Scandinavians in Russia&mdashwere transporting slaves. We just don&rsquot know how big their trading in slaves was.&rdquo

According to an early tenth-century account by Ibn Rusta, a Persian geographer, the Rus were nomadic raiders who would set upon Slavic people in their boats and take them captive. They would then transport them to Khazaria or Bulgar, a Silk Road trading hub on the Volga River, where they were offered for sale along with furs. &ldquoThey sell them for silver coins, which they set in belts and wear around their waists,&rdquo writes Ibn Rusta. Another source, Ibn Fadlan, a representative of the Abbasid Caliph of Baghdad who traveled to Bulgar in 921, reports seeing the Rus disembark from their boats with slave girls and sable skins for sale. The Rus warriors, according to his account, would pray to their gods: &ldquoI would like you to do me the favor of sending me a merchant who has large quantities of dinars and dirhams [Arab coins] and who will buy everything that I want and not argue with me over my price.&rdquo Whenever one of these warriors accumulated 10,000 coins, Ibn Fadlan says, he would melt them down into a neck ring for his wife.

It is unclear whether the Vikings transported Slavic slaves back to Gotland, but the practice of slavery appears to have been well established there. Les Guta Lag, a compendium of Gotlandic law thought to have been written down in 1220 includes rules regarding purchasing slaves, or thralls. &ldquoThe law says that if you buy a man, try him for six days, and if you are not satisfied, bring him back,&rdquo says Carlsson. &ldquoIt sounds like buying an ox or a cow.&rdquo Burials belonging to people who came from places other than Gotland are generally situated on the periphery of the graveyards with fewer grave goods, suggesting that they may have occupied a secondary tier of society&mdashperhaps as slaves.

For the Gotland Vikings, accumulation of wealth in the form of silver coins was clearly a priority, but they weren&rsquot interested in just any coins. They were unusually sensitive to the quality of imported silver and appear to have taken steps to gauge its purity. Until the mid-tenth century, almost all the coins found on Gotland came from the Arab world and were around 95 percent pure. According to Stockholm University numismatist Kenneth Jonsson, beginning around 955, these Arab coins were increasingly cut with copper, probably due to reduced silver production. Gotlanders stopped importing them. Near the end of the tenth century, when silver mining in Germany took off, Gotlanders began to trade and import high-quality German coins. Around 1055, coins from Frisia in northern Germany became debased, and Gotlanders halted imports of all German coins. At this juncture, ingots from the East became the island&rsquos primary source of silver.

Interestingly, when a silver source from the Arab or German world slipped in quality, Jonsson points out, and the Gotlanders rapidly cut off the debased supplies, their contemporaries on mainland Sweden and in areas of Eastern Europe did not. &ldquoWord must have spread around the island, saying, &lsquoDon&rsquot use these German coins anymore!&rsquo&rdquo says Jonsson. To test imported silver, Gotlanders would shave a bit of the metal with a knife so its contents could be assessed based on color and consistency, says Ny Björn Gustafsson of the Swedish National Heritage Board. He notes that many imported silver items found on Gotland were &ldquopecked&rdquo in this way, and that Gotlanders may also have tested imported coins by bending them. By contrast, silver items thought to have been made on Gotland&mdashincluding heavy arm rings with a zigzag pattern pressed into them&mdashwere not generally pecked or otherwise tested. &ldquoMy interpretation,&rdquo Gustafsson says, &ldquois that this jewelry acted as a traditional form of currency and was assumed to contain pure silver.&rdquo

These arm rings are among the most commonly found items in Gotland&rsquos hoards, along with coins, and experts had long assumed they were made on the island, but no evidence of their manufacture had been found until Carlsson&rsquos team uncovered a workshop area at Fröjel. &ldquoWe found the artifacts exactly where they had been dropped,&rdquo says Carlsson. There are precious stones: amber, carnelian, garnet. There are half-finished beads, cracked during drilling and discarded. There is elk antler for crafting combs. There is also a large lump of iron, as well as rivets for use in boats, coffins, and storage chests. And, providing evidence of a smelting operation, there are drops of silver.

Researchers found that the metalworkers of Fröjel used an apparatus called a cupellation hearth to transform a suspect source of imported silver, such as coins or ingots, into jewelry or decorated weapons with precisely calibrated silver content. They would melt the silver source with lead and blow air over the molten mélange with a bellows, causing the lead and other impurities to oxidize, separate from the silver, and attach to the hearth lining. The resulting pure silver would then be combined with other metals to produce a desired alloy. The cupellation technique is known from classical times, says Gustafsson, but so far this is the first and only time such a hearth has been found on Gotland. Only one other intact example from the Viking Age has been found in Sweden, at the mainland settlement of Sigtuna.

Traces of lead and other impurities were found embedded in pieces of the cupellation hearth among the material excavated from the workshop area at Fröjel. The hearth has been radiocarbon dated to around 1100. Also unearthed from the workshop area were fragments of molds imprinted with the zigzag patterns found on Gotlandic silver arm rings, establishing that they were, in fact, made on the island&mdashand that the workshop was the site of the full chain of production, from metal refinement to casting. &ldquoWe have these silver arm rings in many hoards all over Gotland,&rdquo says Carlsson. &ldquoBut we never before saw exactly where they were making them.&rdquo

During the Viking Age, Gotland seems to have been a more egalitarian society than mainland Sweden, which had a structure of nobles led by a king dating from at least the late tenth century. On Gotland, by contrast, farmers and merchants appear to have formed the upper class and, while some were more prosperous than others, they shared in governance through a series of local assemblies called things, which were overseen by a central authority called the Althing. According to the Guta Saga, the saga of the Gotlanders, which was written down around 1220, an emissary from Gotland forged a peace treaty with the Swedish king, ending a period of strife with the mainland Swedes. The treaty, believed to have been established in the eleventh century, required Gotland to pay an annual tax in exchange for continued independence, protection, and freedom to travel and trade.

Stratification did increase on the island as time passed, though. Archaeologists have found that, throughout the ninth and tenth centuries, silver hoards were distributed throughout Gotland, suggesting that wealth was more or less uniformly shared among the island&rsquos farmers. But around 1050, this pattern shifted. &ldquoIn the late eleventh century, you start to have fewer hoards overall, but, instead, there are some really massive hoards, usually found along the coast, containing many, many thousands of coins,&rdquo says Jonsson. This suggests that trading was increasingly controlled by a small number of coastal merchants.

This stratification accelerated near the end of the Viking Age, around 1140, when Gotland began to mint its own coins, becoming the first authority in the eastern Baltic region to do so. &ldquoGotlandic coins were used on mainland Sweden and in the Baltic countries,&rdquo says Majvor Östergren, an archaeologist who has studied the island&rsquos silver hoards. Whereas Gotlanders had valued foreign coins based on their weight alone, these coins, though hastily hammered out into an irregular shape, had a generally accepted value. More than eight million of these early Gotlandic coins are estimated to have been minted between 1140 and 1220, and more than 22,000 have been found, including 11,000 on Gotland alone.

Gotland is thought to have begun its coinage operation to take advantage of new trading opportunities made possible by strife among feuding groups on mainland Sweden and in western Russia. This allowed Gotland to make direct trading agreements with the Novgorod area of Russia and with powers to the island&rsquos southwest, including Denmark, Frisia, and northern Germany. Gotland&rsquos new coins helped facilitate trade between its Eastern and Western trading partners, and brought added profits to the island&rsquos elite through tolls, fees, and taxes levied on visiting traders. In order to maintain control over trade on the island, it was limited to a single harbor, Visby, which remains the island&rsquos largest town. As a result, the rest of Gotland&rsquos trading harbors, including Fröjel, declined in importance around 1150.

Gotland remained a wealthy island in the medieval period that followed the Viking Age, but, says Carlsson, &ldquoGotlanders stopped putting their silver in the ground. Instead, they built more than 90 stone churches during the twelfth and thirteenth centuries.&rdquo Although many archaeologists believe that the Gotland Vikings stashed their wealth in hoards for safekeeping, Carlsson thinks that, just as did the churches that were built later, they served a devotional purpose. In many cases, he argues, hoards do not appear to have been buried in houses but rather atop graves, roads, or borderlands. Indeed, some were barely buried at all because, he argues, others in the community knew not to touch them. &ldquoThese hoards were not meant to be taken up,&rdquo he says, &ldquobecause they were meant as a sort of sacrifice to the gods, to ensure a good harvest, good fortune, or a safer life.&rdquo In light of the scale, sophistication, and success of the Gotland Vikings&rsquo activities, these ritual depositions may have seemed to them a small price to pay.


Voir la vidéo: TAS Genesis The Lost Vikings by Archanfel in 27 (Janvier 2022).