Podcasts d'histoire

Porte-avions russes: de la guerre froide à nos jours

Porte-avions russes: de la guerre froide à nos jours

L'article suivant sur les porte-avions russes est un extrait du livre de Barrett Tillman On Wave and Wing: The 100 Year Quest to Perfect the Aircraft Carrier.


Pendant la guerre froide, la marine soviétique était prise entre le dogme communiste et la réalité nautique. Bien que la Russie ait critiqué le transporteur comme «le principal instrument d'agression» à une époque où Moscou n'avait pas de transporteur, un programme de construction a finalement vu le jour sur la Baltique.

En 1967, les Soviétiques ont lancé Moskva, porte-hélicoptère, suivie de sa sœur Leningrad deux ans plus tard. Il s'agissait de douze milliers de navires anti-sous-marins embarquant généralement quatorze hélicoptères Kamov. Tous deux ont pris leur retraite dans les années 1990.

Ensuite, parmi les porte-avions russes, vient la classe plus ambitieuse de quatre navires Kiev, mise en service entre 1975 et 1987. Classés comme «avions lourds transportant des croiseurs», ils ont déplacé 30 500 tonnes avec des «jets de saut» Yak-38 et des hélicoptères Kamov mis à jour. Mais ils étaient également des combattants de surface, chargés de missiles de croisière à longue portée. Le plus souvent, ils étaient affectés aux flottes méditerranéenne et septentrionale, aucun ne faisant beaucoup de distinction.

En 1993, les porte-avions russesKiev et Minsk ont été vendus à la Chine, devenant des attractions touristiques, tandis que Novorossiysk a été vendu pour la ferraille. Amiral de la flotte Gorshkov (anciennement Bakou) est allé en Inde en 2004, devenant INS Vikramaditya. Dans ce rôle, elle est devenue une véritable porteuse avec un arc de «saut à ski», embarquant des MiG-29K navalisés en 2010.

L'architecte de la Marine rouge, l'amiral Sergei Gorshkov, a reconnu les porte-avions à gros pont comme la mesure de grandes flottes, et il a soutenu un plan de construction. Au début des années 1980, les analystes américains prévoyaient une classe de peut-être quatre porte-avions soviétiques exploitant des chasseurs-bombardiers MiG et Sukhoi modifiés pour être utilisés par la flotte. Un résumé en 1983 a déclaré: "Nos adversaires présenteront leur premier CV authentique en 1988 ou 1989 avec l'organisation de groupes de travail à l'horizon (employant probablement plusieurs CV) d'ici la fin de la prochaine décennie."

La projection américaine s'est révélée significativement erronée. La classe de deux navires amiral Kouznetsov a commencé avec le nom de navire mis en service en 1991, rejoignant la flotte de la mer Noire à la fin de cette année. Cependant, le transporteur de 43 000 tonnes n'a commencé ses opérations d'avions à réaction qu'en 1993 avec des Sukhoi 33. Elle est tombée en et hors service pendant de nombreuses années mais est restée déployable à partir de 2016.

Kuznetsovla soeur de Varyag a été fixée à Riga en Ukraine en 1985 et était terminée aux deux tiers lorsque la construction a été annulée en 1988. Une décennie plus tard, elle a été vendue à la Chine communiste, où elle a été mise en service en 2012. Baptisée Liaoning, elle est devenue une plate-forme d'apprentissage pour la marine de l'Armée de libération du peuple. Elle pilote des Su-33 de construction chinoise avec des hélicoptères.

Quatre ans avant Liaoning a été commandé, le général de division Quian Lihua du ministère des Affaires étrangères du ministère chinois de la Défense a déclaré: «La marine de toute grande puissance… a le rêve d'avoir un ou plusieurs porte-avions. La question n'est pas de savoir si vous avez un porte-avions, mais ce que vous faites avec votre porte-avions. »

Cette déclaration indique une prise de conscience de la réalité. Le simple fait de posséder des porte-avions russes n'est pas une marque de porte-avions, car les opérations de combat nécessitent une durabilité qu'une coque ne peut pas livrer. Les marines à un seul transporteur doivent soit rester satisfaites du prestige perçu d'un «showboat», soit reconnaître qu'un premier flattop doit conduire à d'autres.